Nouveau plan d’action pour les jeunes anglophones

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Plus d'une centaine de jeunes étaient réunis mercredi à la Station touristique Pin Rouge de New Richmond pour le dévoilement du Plan d'action jeunesse 2011-2015.

Plus d'une centaine de jeunes étaient réunis mercredi à la Station touristique Pin Rouge de New Richmond pour le dévoilement du Plan d'action jeunesse 2011-2015. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le Comité d’action sociale anglophone (CASA) a réuni plus d’une centaine de jeunes anglophones de la région et ses partenaires à la Station touristique Pin Rouge de New Richmond, mercredi, afin d’annoncer le lancement d’un vaste plan d’action jeunesse pour la communauté anglophone gaspésienne.

La directrice générale de CASA, Cathy Brown, travaille depuis 2004 avec sept partenaires pour mettre en œuvre ce plan qui vise à améliorer l’offre de services auprès des jeunes anglophones de la Gaspésie et de renforcer leur sentiment d’appartenance à la région.

Le plan couvrira trois principaux thèmes, soit le développement des compétences d’employabilité, la préparation pour l’avenir et le renforcement du sentiment d’appartenance à la région. Trois coordonnateurs seront embauchés pour organiser des activités et des projets en lien avec chacune de ces thématiques. Plus de 2000 jeunes anglophones sont visés par ce projet.

Plus d’appartenance

Mme Brown fait le constat que les jeunes anglophones sont beaucoup moins attachés à la péninsule comparativement aux francophones. «C’est une situation qui doit changer si on souhaite que notre communauté se développe. Actuellement, nos jeunes quittent et ne reviennent plus», explique-t-elle

Pour renverser cette tendance, le plan d’action prévoit la tenue de 5 à 7, la création d’un forum des jeunes ambassadeurs et l’organisation d’une campagne de promotion ayant pour thème la Gaspésie. Cette dernière prendra la forme de productions animées destinées aux élèves du secondaire.

Des emplois

Toujours selon la directrice de CASA, les principales causes de l’exode définitif des jeunes anglophones est l’absence d’établissement collégial anglophone sur le territoire et les «préjugés» envers la situation de l’emploi en Gaspésie. «Une fois leurs études terminées, la plupart n’ont pas le réflexe de revenir, pensant qu’il n’y a pas d’emploi ici», dit-elle en précisant que les jeunes anglophones ne participent pas aux ateliers d’employabilité offerts par le secteur francophone

C’est pour cette raison, explique Mme Brown, que le plan d’action prévoit aussi offrir aux jeunes anglophones des ateliers sur l’entrepreneuriat et l’employabilité. Une campagne afin de promouvoir les programmes d’emplois pour les jeunes sera aussi lancée. L’objectif est de leur présenter les possibilités qu’offre la Gaspésie et de les inciter à prendre leur place dans la région.

Le Plan d’action jeunesse 2011-2015 bénéficie d’un budget de 500 000 $ et est rendu possible grâce au partenariat entre CASA, la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles, la Commission jeunesse Gaspésie-les-Îles, le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, la Commission scolaire Eastern Shores, la Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire et Vision Gaspé-Percé Now.

1 commentaire

Rolando a écrit le 1 décembre 2011

Bonne nouvelle, Joanie Robichaud en parlait récemment dans un de ses billets sur son blogue du Graffici.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.