Neige, grésil et verglas : Dame nature n’offre aucun répit

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Neige, grésil et pluie verglaçante ont marqué la journée de lundi sur le territoire gaspésien.

Neige, grésil et pluie verglaçante ont marqué la journée de lundi sur le territoire gaspésien. Photo : Nelson Sergerie

CHANDLER – L’hiver rigoureux que connaît la Gaspésie se poursuit lundi alors que des mélanges de précipitations se sont abattus sur la région depuis l’aube.

Les quelque cinq centimètres et la poudrerie tombée tôt le matin à Gaspé ont cédé la place sur l’heure du midi au grésil et à la pluie verglaçante, rendant les conditions routières difficiles.

Transports Québec indiquait en début d’après-midi lundi que toutes les routes du territoire étaient enneigées, mais que la visibilité était généralement bonne.

La poudrerie dans les secteurs de l’Estran et la route 198 réduisait la visibilité dans ces secteurs.

Conséquence : la Régie intermunicipale de transport Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a suspendu son service dans le secteur de Grande-Vallée sur l’heure du midi.

Début d’hiver en lion

Un record de précipitation a été enregistré en décembre, en Gaspésie.

Selon Météomédia, 162 centimètres (cm) de neige ont été mesurés à Gaspé. La moyenne est de 75 cm. Il était tombé quelque 65 cm de neige durant la période comprise entre le 22 et le 24 décembre.

Par ailleurs, Environnement Canada a enregistré 47 cm de neige au sol à la fin du mois dernier, deux fois plus que la normale qui est de 27 cm.

Par ailleurs, à peine 2,2 millimètres (mm) de pluie ont été enregistrés en décembre, alors que la normale est de 37 mm.

Et des records de froid

La nouvelle année s’est faite sous une vague de froid intense. Plusieurs records ont été battus du 1er au 4 janvier.

Le 2 janvier, selon Environnement Canada, le thermomètre est descendu jusqu’à -32,5 degrés Celsius à Gaspé, effaçant une marque établie il y a 30 ans alors que le mercure était descendu à -25,7˚, en 1984.

Un record du plus bas maximum a également été battu le 2 janvier. Il a fait -23,6˚ dans la journée. L’ancienne marque était de -17,4˚ établie en 1996.

Le mercure est descendu plus bas la nuit suivante, battant un record de 20 ans. Il a fait -33,4˚ dans la nuit du 3 janvier.

Malgré tout, le record du plus bas minimum absolu a tenu la route. Le 22 janvier 1984, il a été établi à -35,5˚.

« On a battu des records de plus bas maximum et minimum au cours de la période. On les a battus par quatre ou cinq degrés. Moi, de mémoire, je ne me souviens pas d’avoir vu un temps aussi froid », explique le météorologue André Cantin d’Environnement Canada.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.