La musique traditionnelle en vedette à Carleton-sur-Mer

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
L'organisation de la Virée. De gauche à droite : Simone Arsenault, Yvon Arsenault, Julie Loubert, Pascal Alain, Sophie I. Gagnon, Samuel Téguel, Marianne Boudreau et Myreille Allard.

L'organisation de la Virée. De gauche à droite : Simone Arsenault, Yvon Arsenault, Julie Loubert, Pascal Alain, Sophie I. Gagnon, Samuel Téguel, Marianne Boudreau et Myreille Allard. Photo : Gracieuseté

Une programmation riche axée sur le patrimoine vivant sera à l'honneur dans le cadre de la 12e Virée de Carleton-sur-Mer, qui se tiendra du 5 au 7 octobre prochain.

Avec des artistes de la Gaspésie et d'ailleurs au Québec, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et même de la France, l'édition 2012 poursuit son objectif d'offrir de la musique et de la danse traditionnelle, des contes, des légendes et des expositions, avec une touche de modernité.

«La musique traditionnelle évolue avec son temps et on est loin de la soirée canadienne», explique le coordonnateur de l’événement, Samuel Téguel.

Il donne en exemple la formation montréalaise Maz qui, avec son premier album Télescope en nomination au prochain gala de l'ADISQ, fusionne la musique traditionnelle québécoise avec d'autres courants musicaux plus actuels comme le jazz.

Le festival s'est donné comme objectif d'aller chercher un public le plus large possible. «C'est ce qui fait le charme du festival. Il y a un côté intergénérationnel. C'est une façon de réunir toutes les générations, ce qui n'est pas nécessairement le cas de tous les événements qui diffusent de la musique pop», dit M. Téguel.

Encore cette année, un grand marché public se tiendra durant le festival avec des produits gaspésiens, ainsi que des ateliers de chant et de cirque, et des causeries.

Le festival peut compter sur un budget global de 130 000 $, incluant les échanges de services.

Chaque année, de 5000 à 7000 personnes participent à l'une ou l'autre des activités du festival.

La plus récente étude de provenance de la clientèle, tenue l'an dernier, a révélé que 25% des visiteurs provenaient de l'extérieur de la Baie-des-Chaleurs. «Ce n'est pas négligeable pour un événement qui se tient à cette période de l'année. L'objectif de prolonger la période touristique est atteint», conclut le coordonnateur de l’événement.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.