Murdochville : la fermeture fait partie des scénarios de Québec

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Gaétan Lelièvre constate «un recul des conditions de vie du milieu» à Murdochville.

Gaétan Lelièvre constate «un recul des conditions de vie du milieu» à Murdochville. Photo : Geneviève Gélinas

Le ministre Gaétan Lelièvre est ouvert à «tous les scénarios» pour Murdochville, y compris celui de déménager les résidants et de fermer la ville.

«Le statu quo n’est plus envisageable. […] Je ne pourrai jamais cautionner un gouvernement qui laisse mourir à petit feu une communauté», a affirmé le député de Gaspé et ministre responsable de la région en conférence de presse lundi à Gaspé.

Le ministre constate «un recul des conditions de vie du milieu». La quincaillerie est fermée malgré l’aide qui lui a été apportée, note-t-il. Le propriétaire de la station-service lui a confié que ses réservoirs étaient «à maturité» et qu’il y penserait à deux fois avant de réinvestir, rapporte M. Lelièvre. Et des rumeurs circulent sur une éventuelle diminution des heures d’ouverture de l’urgence du CLSC, qui fonctionne actuellement 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Étude sur les coûts

La municipalité de Murdochville a commandé une étude à la firme BPR sur le coût de mise à niveau de ses infrastructures comme l’aqueduc, les égouts, l’aréna et le centre de ski. La première ministre Pauline Marois viendra en personne à Murdochville une fois l’étude déposée, promet M. Lelièvre.

La décision repose toutefois sur les épaules des résidants, souligne le ministre. «On va rencontrer les gens de Murdochville pour voir comment ils voient leur avenir. J’entends toutes les visions. Certains veulent l’amélioration des services, d’autres disent "oui, mais", d’autres aimeraient être relocalisés sur une base volontaire.»

Fruit mûr?

Lors d’un référendum en 2002, près des deux tiers des résidants s’étaient prononcés en faveur de la fermeture de leur ville. Le gouvernement du Parti québécois avait décidé de garder la ville ouverte, a rappelé GRAFFICI.CA au ministre. «En 2002, je ne crois pas que le fruit était mûr, répond-il. Il fallait laisser la chance au coureur. Fermer une ville mono-industrielle en quelques mois, ç’aurait un drôle de message à envoyer.»

Selon M. Lelièvre, «les 10 ans qu’on s’est donnés nous ont permis de poser un meilleur diagnostic.» La population de Murdochville a vieilli et pourrait voir les choses autrement, ajoute-t-il.

«Si la communauté s’entend [pour fermer la ville], c’est clair que des indemnités devraient être versées», a aussi déclaré M. Lelièvre.

La fermeture de la fonderie de cuivre a fait perdre 300 emplois à Murdochville en 2002. Depuis, la population est passée de 1400 à 760 résidants.

22 commentaires

Martin Pelletier a écrit le 20 décembre 2012

Petite précision, le Martin Pelletier qui entretient la discussion n'est pas moi, Martin Pelletier, qui habite à Murdochville!!! Nos points de vue sont diamétralement opposés!!!

Caroline a écrit le 20 décembre 2012

J'ai toujours dis que Murdochville était et est le coeur de la gaspésie (à cause de son emplacement géographique) seule ville au coeur de la pointe Gaspésienne... Mais du coeur les gens de murdoch, tant ceux d'hier que ceux d'aujourd'hui, en ont toujours eu ! La population d'aujourd'hui fait face à des choix difficiles, Nous qui ne sommes plus là ne pouvons que les encourager les soutenirs dans leur décision. Et ne jamais oublier .... Bonne chance gens de murdoch ! Pour moi personnellement je trouverais triste de « fermer les lumières de la ville» Et c'est vrai murdochville est une ville où il y a toujours fait bon d'y vivre !

marc thibault a écrit le 20 décembre 2012

avec de la volonté politique,des idées,des fonceurs,et du $$$$$$$$$,,,tout peut changer,,,,,,,le potentiel,,,est -la..avec du marketing,,,,,macro-economique,,,,,,,,tout est possible,,,,,suffit du courage,,,travail......et ne pas lacher prise,,,,,,,si vou voulez vivre heureux dans ce bon coin ,,,joyeux noel et bonne année

Paul a écrit le 19 décembre 2012

Claude Dorion, Claude Gagnon, Franck, Mathieu Couture, Isabelle Francois et Francine Chouinard, j'ai une bonne idée, pourquoi vous ne vous substituez pas au gouvernement et maintenez vous même votre ville ouverte, ah ah, je ne sais pas si votre amour pour votre ville ne s'estomperait pas un peu !!!!!!!

Joseph Leblanc a écrit le 19 décembre 2012

Une seul chose trop loin ( RUBBER MARKET ). Voila .

JF a écrit le 19 décembre 2012

@Philippe Pelletier Il faut éviter d'éparpilller l'offre lorsque la demande existante peine à faire vivre ce qui existe. Avant de développer Murdochville il faudrait peut-être que l'on soit près du point de saturation ailleurs sinon on risque de pénaliser tout le monde. Pour ce qui est du retour à la terre c'est que ce n'est pas à l'ensemble de la population de payer pour les gens qui vont s'installer au milieu d'un bucolique nulle part et qui après s'apercoivent qu'avoir des services c'est pratique dans le fond.

Philippe Pelletier a écrit le 19 décembre 2012

@JF Je comprends votre point de vue mais il faut comparer ce qui se compare. Pin Rouge a été créé à la base sur des décisions politiques, sans égard à sa disposition géographique. Il se développe toujours ainsi, préférant construire exclusivement des chalets à fort prix plutôt que d'installer également une remontée mécanique digne de ce nom (5 chalets de moins = une chaise déprayable). Les environs de Murdochville ont un immense potentiel, il suffit de trouver une façon de le développer, mais certes pas à tout prix. Je ne saisi pas très bien votre allusion au retour à la terre en faisant référence à l'Industrie récréo-touristique non plus. Mais vous avez un point: Ste-Anne-des-Monts a déjà plus d'infrastructures d'accueil pour les entreprises et se situe à 30 minutes du Parc. Mais devrait-elle être la seule ville qui développe le créneau plein air? Je pose la question.

JF a écrit le 19 décembre 2012

@Philippe Pelletier Des villes avec du potentiel il y en a beaucoup et des mieux équipées pour accueillir les touristes et les entreprises. Le parc de la Gaspésie est plus près d'un aéroport et des services de meilleures qualité par exemple. Ce n'est pas Field of Dreams ou "Build it and they will come". M. Malenfant s'est essayé avec Pin Rouge et ça vivote depuis son ouverture sur le respirateur artificiel. Les expériences de retour à la nature sur le dos des contribuables du reste du Québec à un moment donné faudrait que ça cesse.

Philippe Pelletier a écrit le 19 décembre 2012

@ Martin Pelletier Une solution de votre part? Vous en avez presque cité une en faisant référence à M. Couture et Mme Castilloux, mais avez bien vite fait de retomber dans votre habituelle démagogie. Cette ville a besoin de diversification économique. Elle a un potentiel hallucinant de part son environnement immédiat. Mais non! Faut fermer ça, ça coûte cher! Il y a un haut taux de chômage en Gaspésie. Faudrait fermer ça aussi? On a des choix à faire disait JF plus bas. Lesquels?

claude gagnon a écrit le 19 décembre 2012

si on aurait ferme terre neuve quand i en arrachait on aurait passer a cote d une des plus grosse richesse du canada terre neuve es riche dennont du temps au temps et a notre ville oublion pas que chandler new ricmond on vecu la fermeture de leur mono entreprise et on les a pas ferme

Claude Doiron a écrit le 19 décembre 2012

Quelle tristesse que d'entendre parler de la fermeture de notre ville. J'ai passé 25 ans de ma vie à Murdochville, maman est arrivée là pour y travailler dans les camps de travailleurs qui travaillaient à l'ouverture de la mine. Il n'y avait encore aucune rue et maman a vu cette ville naître et à la fois mourir. Maman est décédée en août 2011 et à part sa maladie ce qui l'affligeait le plus c'était de voir ce que Murdochville était devenu, elle qui était si fière de sa maison de ses fleurs, etc...Mais surtout fière que nous ses enfants ayons pu bénéficier de cette belle enfance avec cette qualité de vie qui faisait l'envie de bien des endroits au Québec. Maman était aussi fière et reconnaissante de ces gens qui se battaient pour sauvegarder notre ville. Chaque fois qu'il y avait un petit projet dans l'air à Murdochville, elle s'empressait de nous le communiquer avec sa voix pleine d'espoir. Vous savez dans le cadre de mon travail, plusieurs me demandent d'où je viens pour être aussi avenant avec les gens, aussi gentil etc ... ici je me garde une petite gêne...je leur réponds tout simplement : vous n’avez encore rien vu, venez faire un tour à Murdochville ils sont comme moi mais n'on pas tous eu la même chance de s'en sortir après la fermeture de la mine. Mon beau-père qui est un sage financier me disait l'autre jour, tu sais, le gouvernement du Québec a consenti un prêt de 400M$ sans intérêts à la compagnie Rio-Tinto Alcan pour 30 ans. Le financement de ce prêt assumé par la dette de notre province s'élèvera à plus de 600M $ à raison de 5% par année. Par leur taxe et leur impôt, les contribuables du Québec auront ainsi versé plus de 1 milliard $ pour soutenir une compagnie qui n'est plus canadienne, qui met des employées en lock-out et verse une prime de 8 M $ à deux de ses dirigeants grâce aux intérêts que nous devons assumer. Imaginez-vous qu'avec la moitié de ces sommes versées, nous en aurions assez pour débâtir et rebâtir un Murdochville flambant neuf . Le problème est donc politique selon moi et il faut cesser de mettre la faute sur un ou sur l'autre, sur le conseil municipal et surtout cessons de se diviser sur la question. Tant et aussi longtemps qu'il n'y aura pas une volonté ferme du gouvernement du Québec de sauver Murdochville par des investissements dans des projets créateurs d'emplois, la situation sera ainsi et malheureusement ça n'ira pas en s'améliorant. Le gouvernement a la capacité de sauver note ville c’est le courage politique de le faire qui leur manque malheureusement. Ne tuons pas l’espoir des gens qui demeurent toujours à Murdochville, c’est tout ce qu’ils leur reste pour le moment.

Francine Chouinard a écrit le 19 décembre 2012

Cette nouvelle vient toucher le fond de mon coeur. On apprend cette nouvelle comme on annonce la météo. J'habite à Murdoch depuis 51 ans et je continuerai à défendre mon droit de rester où je je veux. Je dis NON à la fermeture de Murdochville, un point c'est tout !

Franck a écrit le 18 décembre 2012

C'est une ville magnifique. De plus c'est une ville qui mise sur l'énergie renouvelable. Il y a la possibilité d'ouvrir un grand data center fonctionnant au vert :). La Gaspésie regorge de trésors tant au niveau humain qu'environnemental.

Glenda Castilloux a écrit le 18 décembre 2012

Commentaires d'une nouvelle arrivante...Je suis de Murdochville depuis maintenant 2 ans...je fêterai mon 2ieme anniversaire le 29 décembre 2012...J'y suis venue par amour...l'amour d'un homme certe mais aussi l'amour de ma région natale. J'ai été éblouie à mon arrivée par la quantité de neige, totalement naturelle qu'on y retrouve...et l'énergie de ces gens de coeur...Des personnes passionnées impliquées dans toutes les sphères de la municipalité : économique, sportive, sociale, culturelle et j'en passe...Je trouve inconcevable la pensée de fermeture de ce petit paradis...Tellement de potentiel malheureusement latant : le site enchanteur du Lac York avec ses chalets rustiques, une pente de ski située en plein centre de la ville,un centre d'interprétation du cuivre avec ses galeries sous-terraines des ressources humaines qui ne demandent qu'à mettre à profit leur potentiel...Je n'ai pas de réponse certe pour empêcher l'éventuelle fermeture par contre, si investissement il y a, je souhaite de tout coeur que ce soit en ayant en tête le développement de ces ressources au potentiel intestimables. Pour ma part, j'ai trouvé à Murdochville un travail valorisant et surtout des gens extraordinaires. J'aime ma région et je tiens à ce que mon fils de 12 ans y fasse le plein d'expériences enrichissantes.

Francois Isabel a écrit le 18 décembre 2012

Bonjour! Je suis un «utilisateur» occasionnel des montagnes de Murdochville, comme tant d'autre. Votre ville est une destination de choix dans l'est pour le ski et la motoneige et de loin devant le Vermont ou d'autre destination comparable! Mes pensée rejoignent grandement les propos de Mathieu Couture, un peu plus haut. Quoi que les habitants de Murdoch feront, je respecterai leur décisions. Bonne chance!

Mathieu Couture a écrit le 18 décembre 2012

Depuis maintenant 1 an, je suis propriétaire d'une belle petite maison à Murdochville. Moi et ma conjointe, voyons un potentiel énorme à cette ville. Nous avons achetés à Murdochville pour profiter de l'hiver. Plusieurs résidents et fonctionnaires ne le réalisent peut-être pas, mais Murdochville regorge d'une richesse que peu d'endroits au Canada ont... l'or blanc, c'est à dire la neige dans les montagnes! La neige se fait de plus en plus rare et les gens voyagent même pour la trouver. Développer et investir dans le potentiel récréotouristique d'hiver comme d'été serait selon moi un excellent moyen pour relancer l'économie locale. Prenez comme exemple d'anciennes villes minières canadiennes telles; Golden, Nelson, Fernie, Rossland, etc. qui ont su profiter d'une situation semblable. Elles sont maintenant toutes reconnues mondialement pour leurs activités récréotouristiques et leurs paysages à couper le souffle. Murdochville a le même potentiel, mais dans l'est de l'Amérique du Nord! Par mon métier j'ai voyagé tout le Canada et les États-Unis, j'ai navigué sur la mer Méditerranée, j'ai vue Rome, Venise, Istambul, la Turquie, la Croatie, le Brésil et je peux vous dire qu'on a rien a envier à ces endroits... ne reste qu'à développer son potentiel! Comme en a fait mention le prestigieux magazine National Géographique en 2011: "Gaspésie l'une des 20 meilleures destination à visiter au monde" seule destination canadienne choisie. Murdochville est à ma connaissance la seule ville de la Gaspésie au coeur des Chic-Chocs... elle est donc un atout de taille pour la région. Ma conjointe est agent de bord pour une compagnie aérienne et comme vous le savez plusieurs français viennent visiter la Gaspésie en été... pourquoi ne pas travailler pour les accueillir durant l'hiver? - Le temps est venu de supporter les jeunes entrepreneurs qui ont une vision différente de la région. - Osez soutenir les nouvelles idées des jeunes natifs ceci aidera certainement à les garder dans la région. Une place comme Murdochville sera sans aucun doute un endroit de prédilection dans un futur rapproché. Avant de donner toutes nos richesses, de vendre nos terrains ou de fermer la ville, arrêtez de penser que seul une mine pourrait refaire vivre la ville, il y a d'autres possibilités. P.S. Pourquoi le gouvernement n'a pas donné de réponse dans les délais requis à l'investisseur qui voulait investir pour ouvrir une auberge de luxe au lac York? Ça serait dommage de dire "on aurait dont dû!" Il n'y a jamais de problèmes, que des solutions. Mathieu Couture, 35 ans natif de Montréal et FIER propriétaire d'une maison à Murdochville.

marie-france a écrit le 18 décembre 2012

Je trouve que ce baser sur le fait que oui la quincaillerie est fermé et que M Gauthier ne sache pas s'il doit oui ou non investir dans son entreprise de pétrole son les 2 éléments que l'on puisse prendre pour savoir si une ville peux oui ou non fermée. Les 793 citoyens qui sont installés a Murdochville ont leurs raisons de bien vouloir rester. C'est un endroit paisible avec des gens de cœurs. Beaucoup d'entre nous fessons du bénévolat dans la communauté afin de conserver nos acquis. Et d'améliorer nos conditions. Ce n'est pas tout d'envoyer de l'argent a une ville mais ca prend des projets a long terme. Pour moi une fermeture non mais un structure afin de pouvoir conserver nos gens et qu'ils puissent en tirer une subsistance oui.

Bruno Cyr a écrit le 18 décembre 2012

Je suis daccord avec Martin (quand les arbres sont mort, un nettoyage s'impose) c'est juste que les arbres sont morts le 27 Avril 2002 et sa couter plusieurs millions de dollars pour le nettoyage sauf que ca rien changer. En faite Murdochville a été un vrai paradis mais un moment donné dans la vie il faut savoir se réveiller et garder les pieds sur terre. Moi ca ma couté 10 ans de ma vie et plusieurs milliers de dollars pour en venir au meme pointt qu'en 2002 alors quande M.Lelievre dit qu'on ne peut pas fermer une ville monoindustriel comme ca et ben moi je répond oui...pkoi dépenser des million de dollars pour en arriver a la meme place? et ne dite pas que personne ne lavais dit que sa allais faire ca apres 40 ans a la meme place je crois qui a du monde qui savais ce quil disais et en voila la preuve!!! A quand M Lelievre une loi pour les compagnie miniere etrangere qui stipulerais qu'apres savoir remplie les poches il faut remettre les terrains comme il l'etais a leurs arrivée et dédomager les gens qui on rendue possible leurs richesse ....Bonne chance ceux qui reste je vous souhaite que vous soyez dédomager a votre juste valeur....

Francine Roy a écrit le 18 décembre 2012

Si le choix des gouvernements il y a dix ans était de relancer la Ville de Murdochville...j'ai de la difficulté à croire que ce soit maintenant le choix du nouveau gouvernement.... Si tel est le cas, alors tout ce que nous avons fait n'aura servi à rien...et nous serons encore une fois à la case départ. Est-ce le souhait de la majorité des gens qui habitent Murdochville....j'en doute.

Marie-Eve Tessier a écrit le 18 décembre 2012

HAN ! Ça serait terrible de fermer Murdochville !! Pour les fois où j'y suis passée (entre autres à l'école), les gens semblaient fiers et heureux d'y vivre ! Il y a là-bas une communauté tissée serrée, qui se tient et se serre les coude, pas seulement une ancienne ville industrielle ...

Jean-François Tapp a écrit le 18 décembre 2012

Ce serait une véritable catastrophe que de fermer la ville! La reconversion économique tarde toutefois à se faire. Il me semble par contre que toutes les cartes ne sont pas encore jouées...mais la population ne rajeunit pas! Bon succès Murdoch!

JF a écrit le 18 décembre 2012

Fermez ça au plus vite. L'argent ne pousse pas dans les arbres et on a des choix à faire.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.