Art, culture et loisirs, Affaires municipales et développement régional

Municipalités gaspésiennes : plus d’argent en loisirs et culture

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Les loisirs et la culture représentaient 11,5 % du budget de Gaspé en 2012, une proportion équivalente à la moyenne des villes de même taille.

Les loisirs et la culture représentaient 11,5 % du budget de Gaspé en 2012, une proportion équivalente à la moyenne des villes de même taille. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ --  Les deux tiers des municipalités de la région investissent davantage dans les loisirs et la culture que leurs vis-à-vis du reste de la province. Ce bilan est surtout dû à la Baie-des-Chaleurs, où toutes les localités investissent plus que la moyenne.

GRAFFICI.CA a analysé le palmarès 2014 (http://cpp.hec.ca/palmares/index.html) publié par le Centre sur la productivité et la prospérité de l’école des Haute études commerciales (HEC) de Montréal. Basé sur des données de 2012, il compare 25 municipalités de la région (sur 42) aux localités québécoises de taille similaire.

Dans les MRC d’Avignon et de Bonaventure, toutes les municipalités classées dépensent plus que la moyenne provinciale en loisirs et en culture. Saint-Alphonse sort du lot avec 29,4 % de son budget consacré à ce domaine, soit le plus haut taux en Gaspésie et quatre fois plus que dans les municipalités québécoises de taille comparable.

 « D’avoir une politique familiale nous a permis de réaliser l’importance des loisirs et de la culture pour les jeunes familles », commente le maire Gérard Porlier. Saint-Alphonse, 700 habitants, emploie un professionnel en loisirs à temps plein et paie les frais du bâtiment où l’OSBL Carrefour loisir, art et culture est installé.
 
En dents de scie sur la pointe

Sur la pointe, Chandler et Gaspé investissent des sommes équivalentes à la moyenne provinciale, avec 181 $ par citoyen et 11,5 % de leur budget consacré aux loisirs et à la culture. Grande-Vallée, Port-Daniel-Gascons et Murdochville mettent plus de ressources que la moyenne (quatre fois pour Murdochville) alors que Sainte-Thérèse et Grande-Rivière se situent sous les municipalités de même taille.

Fait surprenant, Percé investit trois fois moins que la moyenne en loisirs et culture, C’est que l’aide reçue de Québec pour son statut de Site Patrimonial déclaré n’est pas comptée dans le palmarès, précise le maire André Boudreau.

Sainte-Anne se distingue

En Haute-Gaspésie, Sainte-Anne-des-Monts est la seule municipalité à dépenser plus que la moyenne pour les loisirs et la culture, avec 17 % de son budget. Les autres municipalités incluses dans le palmarès, soit Cap-Chat, Marsoui, Mont-Saint-Pierre et Mont-Louis sont toutes sous la moyenne.

Sainte-Anne-des-Monts dispose d’une maison de la culture, d’une bibliothèque ouverte six jours sur sept, d’un aréna, d’une piscine et d’un réseau de sentiers. Cette vitalité a contribué à un gain de population ces dernières années, estime la mairesse Micheline Pelletier. Sainte-Anne veut continuer dans cette voie, dit-elle, et demande une quote-part de ses voisines. « C’est nous qui avons les infrastructures supra-locales, sans aucune aide des autres municipalités [de la Haute-Gaspésie]. »

Des investissements qui vont se poursuivre

Le directeur général de l’Unité régionale loisir et sport, Nicolas Méthot, a vu plusieurs municipalités se doter de professionnels en loisirs ces dernières années. « Les municipalités sont conscientes qu’avec une ressource, leurs équipements sont plus et mieux utilisés », dit-il. Et dans le futur, « il y aura recrudescence des investissements dans les infrastructures [de loisirs], à cause de leur vétusté, notamment des arénas ».
Quant aux municipalités qui investissent peu, elles sont en train de s’ajuster, estime M. Méthot. Les six municipalités de l’est de la Haute-Gaspésie se sont regroupées pour embaucher un professionnel en loisirs, illustre-t-il.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.