Médias

CE MOIS-CI DANS VOTRE JOURNAL GRAFFICI...

Par Karyne Boudreau, rédactrice en chef, graffici.ca
La nouvelle cuvée du Journal GRAFFICI est actuellement distribuée dans les 150 points de chute de tout le territoire gaspésien.

La nouvelle cuvée du Journal GRAFFICI est actuellement distribuée dans les 150 points de chute de tout le territoire gaspésien. Photo : Photo de UNE Roger Saint-Laurent, Anie Cayouette, graphiste

NEW RICHOMND, 10 AVRIL 2015

UN TOUR EN TAXI... QUI DOIVENT SE DIVERSIFIER POUR SURVIVRE
LES ARTS DE LA SCÈNE CHEZ NOUS : GÂTÉS PAR NOS DIFFUSEURS
PROFIL D'ORGANISMES ET DE TRAVAILLEURS TOUCHÉS PAR LA VAGUE DE COUPURES
RENCONTRE AVEC MARIE-THÉRÈSE FOREST QUI NOUS DIT: LE FÉMINISME, "QU'OSSA DONNE?"

La nouvelle cuvée du Journal GRAFFICI est actuellement distribuée dans les 150 points de chute de tout le territoire. Le journal regorge encore ce mois-ci de dossiers fouillés et originaux qui sauront vous informer et vous inviter à la réflexion sur les grands enjeux qui touchent les gaspésiens.

GASPÉSIENS GÂTÉS PAR NOS DIFFUSEURS EN ART DE LA SCÈNE
Saviez-vous que nos diffuseurs gaspésiens et madelinots en art de la scène offrent 78 % plus de spectacles qu’ailleurs au Québec en proportion de la population? Seulement en GASPÉSIE, plus de 38 000 billets ont été vendus sur le territoire en 2014 par les diffuseurs membres du Réseau des organisateurs de spectacles de l’Est-du-Québec (ROSEQ) offrant une programmation toute l’année. GRAFFICI a analysé les récentes données de l’Institut de la statistique du Québec et s’est entretenu avec nos principaux diffuseurs pour vous offrir un portrait de cette industrie.

VAGUE DE COUPURES : ORGANISMES ET TRAVAILLEURS DANS LE TUMULTE
Également, GRAFFICI a fait un tour d’horizon non exhaustif des impacts de l’austérité en Gaspésie pour constater que bien des organismes sont dans le tumulte, ayant perdu des plumes en même temps que disparaissaient la Conférence régionale des élus (CRÉ) et quatre des cinq centres locaux de développement (CLD). Des nouvelles des travailleurs ayant perdu leur emploi et une analyse de la situation en compagnie de plusieurs représentants d’organismes actuellement éprouvés.

Finalement, on vous amène faire un tour de taxi, cette industrie qui doit se diversifier pour survivre autour de la péninsule, et on rencontre Marie-Thérèse Forest qui nous dit : le Féminisme, « qu’ossa donne? ».

OÙ EST PASSÉ VOTRE GRAFFICI?
La nouvelle cuvée du Journal GRAFFICI est distribuée ces jours-ci dans 150 lieux de distribution sur le territoire gaspésien. Consultez GRAFFICI.CA pour savoir où le trouver.

Pour vous abonner et continuer à le recevoir par la poste, contactez Maryse Brunelle au 418 392-7440, poste 10. Pour 45 $ par année, recevez 11 parutions du journal et 4 magazines.

À PROPOS DE LA COOPÉRATIVE

Depuis 15 ans, GRAFFICI est une coopérative de solidarité qui, au fil du temps, s’est engagée, par le développement de ses différentes plateformes (Web, Journal et Magazine), à offrir une information régionale fouillée et de qualité. L’un des objectifs de l’entreprise est aussi de faire travailler des gens de la région. Elle compte 6 employés et fait appel à plus d’une dizaine de collaborateurs et fournisseurs locaux.

Les revenus de GRAFFICI proviennent à 95 % de la publicité. En vous abonnant ou en devenant membre de la coopérative, vous aiderez à diversifier nos sources de revenus et à devenir plus solide encore pour mieux vous servir.

NOS PUBLICATIONS SONT ÉGALEMENT DISPONIBLES EN FORMAT ÉLECTRONIQUE DANS LA SECTION KIOSQUE DE NOTRE SITE INTERNET COMPLÈTEMENT REMANIÉ POUR VOUS EN DONNER ENCORE PLUS!


4 commentaires

Replica Omega Watches a écrit le 15 juillet 2019

It is perfect time to make some plans for the future and it is time to be happy. I’ve read this post and if I could I desire to suggest you few interesting things or tips. Perhaps you could write next articles referring to this article. I want to read more things about it!

Josée Roussy a écrit le 22 avril 2015

Référence aux festivals et à la diffusion régulière en salle – la dévitalisation – Je tiens tout d'abord à remercier le Graffici pour l'excellent travail sur le dossier de la fréquentation des salles dans notre région. Ce dossier est complexe puisqu'il y a plusieurs facteurs qui influencent celui-ci. Je tenais à répondre à la conclusion sur laquelle se termine l'article. Nous avons discuté longuement Karine et moi sur les défis que nous rencontrons comme diffuseur de spectacle en salle. Lors de notre entrevue, il y avait eu dans les médias le commentaire de Louis-Jean Cormier sur le taux d'occupation (dévitalisation) en salle. J'ai mentionné à Karine que l'un des défis des diffuseurs dans les grands centres (où il y a surabondance de l'offre culturelle) est de concurrencer le prix de leur billet pour un spectacle versus le coût d'un passeport en festival et surtout le nombre de spectacles que celui-ci donne accès ! Bien sûr, cela n'est pas le seul défi, il y en a d'autres que j'ai d'ailleurs mentionné. Le vieillissement de la population, les jeunes qui veulent vivre une expérience plus qu'un spectacle ! La danse contemporaine, le théâtre de création sont les mal aimés du taux d'occupation! Voilà. Nous avons discuté de divers points. Je mentionnais à Karine que nous avons su en gaspésie développer notre offre culturelle en synergie. Le FMBM a développé une offre forte et particulière tout en respectant l'écologie culturelle de son milieu. Le Festival en chanson de Petite-Vallée se démarque par sa mission artistique et sa capacité faire émerger des talents exceptionnels ! Le Festival la Virée à Carleton-sur-mer met de l'avant la musique traditionnelle. Le Festival de Cap d'Espoir festival populaire et festif là où l'on se rassemble pour chanter à l'unisson avec nos artistes ! Tous ont su se développer et s'épanouir grâce au respect de l'écologie culturelle . Je crois à nos modèles d'affaires où la concertation et les partenariats sont au rendez-vous. Je nous trouve culturellement fort, ici ! Je continuerai à porter sur toutes les tribunes notre spécificité sur le plan culturel ! Je crois sincèrement à nos festivals gaspésiens. Culturellement vôtre, Josée.

Jean-Marie Fallu a écrit le 19 avril 2015

Dans le dossier « Arts de la scène » de la dernière édition de Graffici, j’ai été étonné de lire un propos de Josée Roussy, dg de CD Spectacles à Gaspé, qui déclarait ceci : « On ne peut rivaliser avec les festivals qui, malheureusement, dévitalisent l’assistance dans les salles. » Je pense qu’elle tire sur un mauvais pigeon et qu’elle apprendra avec le temps que les festivals, bien au contraire, peuvent être bénéfiques aux salles car ils créent en amont un engouement populaire pour la musique et la chanson. Avec leurs volet populaire et communautaire, les festivals, comme le FMBM à Gaspé, réussissent avec brio à démocratiser les arts de la scène en attirant dans la rue des gens qui, sans être au départ nécessairement des adeptes du spectacle, finissent par y prendre goût et devenir à la longue de futurs consommateurs de spectacles. Le défi des diffuseurs de spectacles en salles n’est-il pas de chercher à repêcher ces nouveaux adeptes plutôt que de tirer sur un allié. - Jean-Marie Fallu, Gaspé

Jean-Marie Fallu a écrit le 19 avril 2015

Dans le dossier « Arts de la scène » de la dernière édition de Graffici, j’ai été étonné de lire un propos de Josée Roussy, dg de CD Spectacles à Gaspé, qui déclarait ceci : « On ne peut rivaliser avec les festivals qui, malheureusement, dévitalisent l’assistance dans les salles. » Je pense qu’elle tire sur un mauvais pigeon et qu’elle apprendra avec le temps que les festivals, bien au contraire, peuvent être bénéfiques aux salles car ils créent en amont un engouement populaire pour la musique et la chanson. Avec leurs volet populaire et communautaire, les festivals, comme le FMBM à Gaspé, réussissent avec brio à démocratiser les arts de la scène en attirant dans la rue des gens qui, sans être au départ nécessairement des adeptes du spectacle, finissent par y prendre goût et devenir à la longue de futurs consommateurs de spectacles. Le défi des diffuseurs de spectacles en salles n’est-il pas de chercher à repêcher ces nouveaux adeptes plutôt que de tirer sur un allié. - Jean-Marie Fallu, Gaspé

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.