Moins d'État, prône Christian Rioux

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Christian Rioux est le premier candidat conservateur dans Gaspé depuis 1973 dans Gaspé

Christian Rioux est le premier candidat conservateur dans Gaspé depuis 1973 dans Gaspé Photo : Gracieuseté

Christian Rioux se présente sous la bannière « Équipe Adrien Pouliot - Parti conservateur du Québec » dans Gaspé. Telle est la dénomination exacte de son parti politique, insiste le candidat qui n'est pas vendu à l'interventionnisme d'État à tous vents.

Christian Rioux tient d'emblée à préciser que son parti n'est nullement attaché au Parti conservateur de Stephen Harper. Il s'inscrit toutefois dans la famille conservatrice sur le plan de l'économie et de la gouvernance de l'État. Âgé de 45 ans, M. Rioux est natif de Bonaventure et habite Gaspé depuis 1986. Il est technicien en informatique au cégep de la Gaspésie-les-Îles. Sa passion? « Je m'occupe d'un club de minéralogie depuis sept ans. » Intéressé par les débats de société, Christian Rioux a déposé un mémoire à titre personnel à la Commission Bouchard-Taylor (sur les accommodements raisonnables) ainsi qu'un autre à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec à titre de membre d'Équipe autonomiste (un petit parti politique).
Cela dit, son programme est flanqué à droite de l'échiquier politique : diminuer la taille de l'état, baisser les impôts et les tarifs. « Donc, en résumé, retourner l'argent dans les poches des gens au lieu des poches du gouvernement », dit-il, avant d'ajouter : « Il faut cesser les déficits dès le premier mandat et commencer à rembourser la dette. Parce que le problème actuel n'est pas un problème de revenus, on est déjà taxé au maximum, c'est un problème de dépenses. Il faut diminuer la taille de l'état et déléguer au privé quand c'est possible de le faire à moindre coût. Nous n'avons pas le choix, les gouvernements précédents nous ont mis, depuis des décennies, dans le trou. Il faut maintenant s'en sortir. Ce ne sont pas des décisions faciles. Si on ne fait rien, ce sont nos enfants qui vont être pris avec cette énorme dette sur leurs épaules. »

En éducation, le parti de M. Rioux priorisera le versement de bons d'études aux parents et l'abolition des commissions scolaires. En ce qui concerne le réseau de garderies, les parents qui travaillent recevraient 100 $ par semaine qu'ils pourront utiliser à leur guise dans le réseau. À propos des syndicats, le vote secret serait obligatoire et les centrales syndicales « devraient ouvrir leurs livres pour montrer où va l'argent des syndiqués ». Le parti de M. Rioux prône la fin des subventions aux éoliennes et concernant l'exploitation du pétrole, il précise ceci : « Ceux qui disent qu'on peut se passer de pétrole vivent dans une bulle ». « Je ne veux pas d'une Gaspésie pauvre où les jeunes partent faire leur vie ailleurs et qui n'est qu'un endroit où les Baby-Boomers viennent y finir leurs jours. Je veux d'une Gaspésie prospère. »

5 commentaires

Yvette a écrit le 18 mars 2014

Bravo pour votre courage et votre détermination, c'est important de constater que des jeunes gens s'intéressent à la politique et à l'avenir de nos enfants

Karine a écrit le 18 mars 2014

Félicitations M. Rioux! Nous aussi on veut voir une Gaspésie prospère et non juste un coin pour aller en vacances, mais bien un endroit où potentiellement s'installer et y vivre avec notre famille.

Christian Rioux a écrit le 17 mars 2014

Je tiens a préciser à M. Brown que je ne suis pas professeur, je suis technicien en informatique. Et non je n'ai pas plus de vacances l'été que les autres. Je tiens aussi a dire que je suis seul, sans équipe et sans budget. C'est avec mon argent que je fait campagne, et en prenant dans mes vacances annuelles. Il s'agit d'engagement citoyen en vers un système où les vieux partis ne répondent plus aux attentes des citoyens inquiets de l'avenir du Québec.

Dany Brown a écrit le 14 mars 2014

J'ai remarqué qu'il y a plein de profs comme candidat. C'est donc ben platte l'enseignement pour se lancer en politique! Ou bien c'est parce que, quoiqu'on en dise les longues vacances d'été donnent du temps réfléchir à son avenir. C'est vrai qu,on peu prendre sa retraite à 55 ans, alors retraite de l'enseignement plus retraite de politicien après seulement deux mandats, c'est un peu attirant.

Bob Eichenberger a écrit le 14 mars 2014

Prospérité - pétrole ? Quand des représentants d'Hydro-Québec sont venus rencontrer la population pour défendre le forage à Miguasha, ils ont clairement dit que ça ne créerait pas d'emplois. ils l'ont dit devant une salle remplie de témoins. Ils ont aussi dit qu'ils n'était pas au courant du sabotage du projet du prototype de l'auto électrique mais leur crédibilité a été endommagé depuis, entre autres par un documentaire de «Découvertes» Ceci dit, je serais pour; une usine de véhicules électriques à «moteur-roue» en Gaspésie.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.