Politique, Agriculture, pêcheries et alimentation, Transport

Mobilisation pour sauver le Centre de trafic maritime

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le sauvetage du Centre de communications et de trafic maritime de Rivière-au-Renard retiendra l'attention au cours des prochaines semaines.

Le sauvetage du Centre de communications et de trafic maritime de Rivière-au-Renard retiendra l'attention au cours des prochaines semaines. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Dans la foulée du maintien du centre de recherche et de sauvetage de Québec, une mobilisation voit le jour afin de sauver le Centre de communications et de trafic maritime de Rivière-au-Renard, dont la fermeture est prévue en mai 2015.

« On va continuer à battre pour maintenir ce service », indique le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Il rappelle que le golfe du Saint-Laurent est rempli de spécificités bien pointues.

Advenant sa fermeture, les opérations seraient centralisées aux Escoumins, sur la Côte-Nord.

« La distance entre le golfe et le centre des Escoumins, qu'est-ce qui nous dit que techniquement, les communications vont être bonnes? Il faut regarder tous les aspects de sécurité et techniques entourant ce dossier », souligne M. Côté.

Les pêcheurs mobilisés

Le porte-parole des pêcheurs et conseiller municipal à la Ville de Gaspé, Réginald Cotton, va plus loin.

Il affirme qu'une note interne remise aux employés du centre de Rivière-au-Renard évoque des problèmes techniques reliés aux communications pour retarder le regroupement du centre avec celui des Escoumins.

« Ce sont des ondes radios. Tu ne peux parler deux [personnes] en même temps. Ça arrive souvent. Il peut arriver plusieurs catastrophes simultanément et ils ont des problèmes avec ça, explique M. Cotton. Au niveau de la sécurité, c'est impardonnable. »

Selon lui, c'est une « bonne nouvelle ». Peu importe la solution qui sera mise de l'avant, dit-il, cela reste des ondes radios et les techniciens ne pourront passer outre cette problématique.

Toone demeure actif

Selon le député néodémocrate de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, davantage de pétroliers circuleront dans le golfe en raison de la construction éventuelle d'oléoducs à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick et Cacouna, au Bas-Saint-Laurent.

« Ça va tripler la quantité de pétrole dans le golfe », avance le député.

Il se dit préoccupé d'autant plus que le commissaire à l'environnement estime qu'en cas de déversement de pétrole en hiver, le Canada n'a aucune capacité pour nettoyer un hypothétique désastre.

Par ailleurs, M. Toone soutient que les effectifs des Escoumins ne seraient pas augmentés pour faire face à l'achalandage accru.

« Juste le stress [des employés] va occasionner une augmentation du risque. Comment peut-on sauver des sous en mettant à risque la vie des pêcheurs et des marins? C'est inacceptable », analyse M. Toone.

« C'est une goutte d'eau dans l'océan », renchérit le maire de Gaspé devant les économies estimées par cette fermeture.

Actuellement, 12 employés travaillent au centre de Rivière-au-Renard. La masse salariale est d'environ 800 000 $ par année.

Daniel Côté veut rencontrer les intervenants fédéraux pour les sensibiliser d'ici la fin mars.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.