Politique

Le ministre Lelièvre mécontent d'Hydro-Québec

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le ministre Gaétan Lelièvre rappelle Hydro-Québec à l'ordre

Le ministre Gaétan Lelièvre rappelle Hydro-Québec à l'ordre Photo : Thierry Haroun

Le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, déplore le fait qu'Hydro-Québec ne tient pas ses promesses en matière de création d'emplois dans l'est du Québec.

Le syndicat de la société d'État pour l'est du Québec avait récemment accusé son employeur de renier ses engagements de maintien des emplois dans la région pour n'avoir pas embauché, comme promis, à son bureau de Rimouski, un adjoint à la direction pour diriger les opérations pour l'est de la province, incluant la Gaspésie. En clair, depuis le départ à la retraite en avril 2012 du directeur régional qui était basé à Rimouski, ce poste a été aboli et les décisions sont désormais prises depuis la Vieille Capitale, ce qu'avait vivement déploré le syndicat. Ce mécontentement trouve désormais écho chez le ministre Lelièvre.

 

« Quand notre gouvernement a demandé à Hydro-Québec l'année dernière de faire des efforts de rationalisation, je me souviens très bien des paroles de la première ministre Pauline Marois quand elle a demandé ce défi à la société d'État en précisant toutefois que ces efforts ne devaient pas toucher les régions qui ont des problèmes d'employabilité et de taux de chômage élevé », a rappelé le ministre avant d'ajouter : « On est très déçu d'Hydro-Québec dans ce dossier et au sein du caucus des députés on ressent beaucoup de mécontentement. Il y avait un poste (d'adjoint) qui devait être créé pour notre région et on attend toujours après » signe M. Lelièvre.

 

La médecine qu'applique Hydro-Québec dans l'est de la province semble se répéter ailleurs, ajoute le ministre. « Je peux vous dire que ce type de dossier se généralise dans l'ensemble des régions », assure-t-il en précisant que cette question fait partie des « priorités » de son gouvernement.

 

On rappellera que lors de la sortie du syndicat, le porte-parole d'Hydro-Québec, Réjean Savard, avait défendu son entreprise en déclarant « qu'il est faux de prétendre qu'Hydro-Québec a annoncé aux représentants syndicaux qu'aucun directeur adjoint ne sera embauché à son bureau de Rimouski pour diriger les opérations de la société d’État dans l'est du Québec. C'est un poste qui n'est effectivement pas comblé en ce moment. On ne ferme pas la porte (à une telle embauche) ».

3 commentaires

André C a écrit le 22 décembre 2013

Plusieurs postes ont été coupés à Gaspé et en Gaspésie et déplacés ''en ville'' par Hydro Q. Par exemple, maintenant, des travailleurs de HQ viennent de Rivière du Loup pour évaluer les travaux à effectuer sur le Réseau en Gaspésie. Ainsi, les délais d'attente subit par les clients et les entrepreneurs électriques ont explosés. J'ai déjà écrit sur le bloque du PQ :.. '' A partir du moment ou le gouvernement arrêtera la centralisation des emplois en ville et que ces emplois demeurent et augmente en région, du même souffle, le problème de circulation en ville diminuera.''

Albert Picard a écrit le 21 décembre 2013

La gestion par des coups de pied au cul, c'est comme essayer de motiver par décret. Je pense plutôt qu'Hydro-Québec doit être une entreprise citoyenne, un fer de lance d'une économie plus responsable, soucieuse d'impacter plus positivement l'économie des régions qui l'accueillent. La motivation de son personnel devrait venir avec une généreuse politique de redistribution d'une partie des bénéfices. Par ailleurs, les enjeux écologiques ont déjà investi la société civile. Les dirigeants se doivent donc d'y être plus sensibles. Et Monsieur Lelièvre en premier lieu.

Gaston Langlais a écrit le 20 décembre 2013

Bonjour, Dire que l'Hydro-Québec a déjà été notre grande fierté. Sa masse de cadres a décidé depuis longtemps que la Société leur appartenait en propre. Leur odieuse gestion se moque de la clientèle et du véritable patron: Le Gouvernement du Québec. C'est un gros coup de pied au cul de bien des cadres au siège social de l'Entreprise qui pourrait initier un changement devenu nécessaire. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.