Méthane dans des puits : rien d’alarmant, selon Québec

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Des techniciens du ministère de l’Environnement ont échantillonné l’eau souterraine d’Haldimand en août et septembre 2013.

Des techniciens du ministère de l’Environnement ont échantillonné l’eau souterraine d’Haldimand en août et septembre 2013. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – Deux propriétaires de puits artésiens d’Haldimand devront prendre des mesures préventives après la découverte de méthane dans leur eau. Les concentrations mesurées n’ont toutefois rien d’alarmant ni d’inhabituel, précise le ministère québécois de l’Environnement.

Dans le contexte d'une étude hydrogéologique, le ministère a mesuré le taux de méthane des 75 puits artésiens situés dans un rayon de deux kilomètres du site projeté du forage Haldimand n° 4. Résultat : deux puits présentaient des concentrations de 9,8 mg/l et 11 mg/l, soit légèrement au-dessus du seuil (7 mg/l) où l’on recommande de poser un évent de ventilation sur le puits.

La présence de méthane dans des puits n'a « rien d'inhabituel au Québec ou ailleurs », écrit le ministère. Les risques sont davantage liés à la sécurité des personnes – il s’agit d’un gaz inflammable -- qu'à la qualité de l'eau. Mais il faudrait des concentrations supérieures à 28 mg/l pour engendrer des risques d'explosion. « Le méthane dissous n’est pas toxique pour la santé humaine », ajoute le ministère.
 
Labo indépendant exigé


Le comité Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé demeure inquiet. Bien des puits du secteur Haldimand n’ont pas été échantillonnés, notamment autour des forages Haldimand n° 1 et n° 2, souligne la présidente, Lise Chartrand. « C'est inquiétant pour les gens qui n'ont pas été testés. On ne sait pas ce qui se passe. […] On ne boit plus notre eau de la même manière. » Le comité réclame un laboratoire indépendant qui analyserait l’eau de tous les puits du secteur.
 
Le maire de Gaspé, Daniel Côté, ne veut pas s’en mêler, arguant qu’il ne dispose pas d’information suffisante. Il demande au ministère de l’Environnement de venir présenter ses résultats à Gaspé.

Le ministère complètera son étude hydrogéologique fin mars ou début avril et la présentera à la population « dans les semaines qui suivent. »
Le méthane (CH4) est un gaz de la famille des hydrocarbures. Il est inodore, incolore et sans goût.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.