Maria et Bonaventure s’associent à la recherche

Par ,
Les municipalités de Maria et de Bonaventure participeront à une vaste recherche mise de l’avant par l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) sur les changements climatiques.

Les municipalités de Maria et de Bonaventure participeront à une vaste recherche mise de l’avant par l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) sur les changements climatiques. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Dix communautés de l’est du Canada ayant subi la tempête historique de décembre dernier, dont Maria et Bonaventure en Gaspésie, participeront à une vaste recherche mise de l’avant par l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) sur les changements climatiques.

Le codirecteur de l’Alliance de Recherche Universités-Communautés – Défis des communautés côtières (ARUC-DCC), le professeur Steve Plante, explique que le travail de réflexion se fera fait «en partenariat avec les communautés locales pour identifier les grands besoins et les enjeux, et trouver les outils qui leur conviennent.» L’ARUC-DCC bénéficiera d’une période de cinq ans pour développer sa vision.

Recherche sociale

La recherche se concentrera sur le facteur social que constitue la lutte aux changements climatiques. «Nous ne sommes pas là pour déterminer si une municipalité a besoin d’un mur d’enrochement ou non», illustre-t-il. «Nous allons travailler sur la cohésion de la communauté, le sentiment d’appartenance, ou comment développer des réseaux.»

Un sinistre peut occasionner une détresse. L’ARUC-DCC promet donc de s’intéresser au côté psychosocial de la chose. «On peut voir apparaître des dépressions, des séparations ou des gens qui diminuent leur hygiène personnelle», donne-t-il en exemple. La prise en charge d’individus victimes de ce type de problème sera facilitée croit M. Plante.

La recherche est financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.