Manifestation à Grande-Rivière et à Chandler

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Des centaines de voitures ont été interpellées durant toute la matinée mercredi  à Chandler et à Grande-Rivière

Des centaines de voitures ont été interpellées durant toute la matinée mercredi à Chandler et à Grande-Rivière Photo : Thierry Haroun

Des représentants d’organismes communautaires de la MRC du Rocher-Percé ont distribué, mercredi, des tracts pour dénoncer les politiques gouvernementales.

Nombreuses sont les dénonciations et les revendications qui se retrouvent sur ces tracts qui ont été distribués aux automobilistes aux ponts de Grande-Rivière et de Chandler mercredi matin.

Francine Lebreux, de la Maison des jeunes, était en poste sur le pont de Grande-Rivière depuis 6 h 00 du matin. «Les gens sont satisfaits. On leur distribue des tracts et ça se fait dans le respect, sans violence. On sent qu’on a l’appui de la population.»

Plus loin sur le pont du Grand Pabos à Chandler, ils étaient une trentaine de représentants du monde communautaire à distribuer leurs brochures et à dénoncer les politiques gouvernementales. «C’est aberrant de constater ce qui se passe depuis que le gouvernement Charest est en place. Les gens en ont ras-le-bol de la situation économique. Il faut qu’on fasse quelque chose et aviser les gens. Il y a des gens qui ne savaient même pas qu’ils allaient payer une taxe santé de 200 $.»

Le coordonnateur du Mouvement Action-Chômage de la Gaspésie, Gaétan Cousineau, était aussi sur place. Il a mentionné que ce type de manifestation est nécessaire pour tenter de se faire entendre par les ordres gouvernementaux. «C’est une réussite. Vous entendez comme moi les klaxons et c’est comme ça depuis tôt ce matin. On a dû solliciter quelque chose comme 600 ou 700 voitures. C’est important de passer notre message à la population et aux gouvernements [fédéral et provincial].

Parmi les enjeux qui sont à l’origine de cette action citoyenne, il y a les problèmes de l’accès au programme de l’assurance-amploi, la hausse des tarifs d’électricité, la hausse des frais de scolarité, la privatisation des services publics, la baisse d’impôts aux entreprises et le sous-financement des organismes communautaires.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.