Développement économique et exportation

Manifestation contre la fermeture du Vieux Ste-Anne

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Une manifestation se tiendra dimanche à 13 h devant le Resto-Bar Le Vieux Ste-Anne, afin de dénoncer sa fermeture et de soutenir son propriétaire.

Une manifestation se tiendra dimanche à 13 h devant le Resto-Bar Le Vieux Ste-Anne, afin de dénoncer sa fermeture et de soutenir son propriétaire. Photo : Gracieuseté

Une manifestation visant à dénoncer la fermeture du Resto-Bar Le Vieux Ste-Anne et à appuyer le propriétaire du lieu se tiendra dimanche à 13h devant l'établissement de Sainte-Anne-des-Monts. 

C'est avec regret que le propriétaire a dû se contraindre à mettre la clé sous la porte dimanche dernier. «On ferme par manque de liquidités et d'appui du gouvernement», déplore Dany Vallée. Celui-ci affirme avoir tout fait avant d'en arriver à une telle décision. «On avait trouvé une solution pour avoir moins de salaires à payer, explique-t-il. Ma femme et moi, on assumait les heures de jour et mon fils faisait celles du soir. Mais c'était trop peu, trop tard.»

Lors de sa dernière journée d'ouverture, environ 125 personnes étaient présentes. «Il y avait à peu près 125 personnes qui pleuraient», raconte le propriétaire.

Pendant la saison estivale, où le commerce fonctionnait bien, il engageait jusqu'à 26 employés. «Ces gens-là sont actuellement au chômage, se désole l'employeur. Ce sont aussi 26 familles. Certains veulent quitter la région parce qu'on n'a plus de travail à leur offrir.»

Les économies d'une vie

Dany Vallée a fait un retour dans sa ville natale après avoir vécu pendant 25 ans sur la rive-sud de Montréal. Depuis qu'il a acheté le resto-bar en 2010, l'homme affirme avoir englouti 200 000$ dans ce projet. «Pour nous autres, ça représente 25 ans d'économie, après avoir vendu notre maison pour acheter le bâtiment et pour pouvoir rénover», admet-il tristement.

Le lieu, qui était, à l'origine, l'Hôtel Beaurivage, est pratiquement une institution à Sainte-Anne-des-Monts. Quinze chambres se trouvaient aux étages supérieurs. Huit d'entre elles, complètement rénovées, étaient louées pour plusieurs mois à des travailleurs de l'extérieur. «J'ai dû les avertir de se trouver un autre endroit», fait savoir l'aubergiste.

L'homme d'affaires a demandé l'aide du député de Gaspé, Gaétan Lelièvre. «Il a fait un communiqué de presse qui semble être le point final, indique-t-il. Même si j'ai jasé avec son attaché politique, qui m'a dit qu'il y avait encore quelque chose à faire, je n'y crois pas. Pourtant, on demande pas grand chose au gouvernement!»

Ému par la solidarité

Dany Vallée se dit touché par la manifestation organisée en appui aux difficultés financières qui l'a forcé à cesser les activités de son entreprise. «Ce mouvement de solidarité, c'est une preuve d'amour», estime-t-il.

L'événement est organisé par Mélanie Miville, qui animait et chantait à chaque semaine dans le cadre des activités qui étaient organisées au Vieux Ste-Anne. «Le samedi soir, des groupes musicaux se produisaient et on avait aussi un DJ, décrit le propriétaire des lieux. On faisait aussi des soirées country le vendredi soir. On permettait à des jeunes de se faire connaître.»

5 commentaires

Gaston Poirier a écrit le 18 mars 2013

Entièrement d'accord avec Jean-François L.!

Michel Denis a écrit le 17 mars 2013

Excellente idée M. Jean-François L., j'espère que votre idée lancée fera boule de neige.Peut-être qu'avec la pâque qui vient l,entrprise saura ressusciter.

Jean-François L. a écrit le 16 mars 2013

Bonjour, D'entrée de jeu, je me désole de la fermeture (peut-être temporaire) de cette institution. Toutefois, je crois qu'il serait aussi pertinent de racheter l'entreprise sous forme de coopérative ou de société par action. Une communauté solidaire ne doit pas seulement se fier aux autorités politiques pour se développer, mais apprendre à s'unir, entreprendre et devenir autonome face à son développement. Toutes les solutions existent lorsque l'on met à profit les compétences et l'intelligence des gens. Si vous avez besoin de conseil, je pense que les organismes comme le CLD et la SADC peuvent accompagner une démarche vers une coopérative ou achat par des actionnaires. Imaginez la fierté de la population annemontoise de développer cette institution collectivement. Bon succès à vous!

Michel Denis a écrit le 15 mars 2013

Çà doit être difficile d'être rentable e restauration si la clientèle n'est pas au rendez-vous mais il est aussi possible que ce soit difficile d'atteindre le seuil de rentabilité si la reglementation est étouffante.Dans un état moman comme le Québec ,il est possible que ce soit le cas ,car si nous sommes capitaliste nous ne sommes pas dans une société de libre entreprise.La liberté que nous avons est seulement celle de se lanceere ou non en affaire.Malheureusement surtout lorsque qu,il est question d,un lieu de diffusion pour notre culture ,certain échoue.

Rolando S. a écrit le 15 mars 2013

Le gouvernement aime bien annoncer aux quatre vents qu'il va appuyer les PME afin de soutenir le développement bla bla bla. Malheureusement, on est loin de la parole aux actes. C'est très difficile de rester "debout" en restauration/hébergement. Mais il y a aussi une part de responsabilité de la clientèle. On peut aider à créer et maintenir des emplois en appuyant les entreprises locales. Malheureusement, je vois mal comment le gouvernement pourrait sauver cette entreprise. Je crois que la clé est dans la formation en gestion et autres que le gouvernement devrait assurer.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.