Politique, Tourisme

Malgré les investissements à Forillon, Philip Toone demeure insatisfait

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Une partie des travaux réalisés à Penouille à l'été 2012.

Une partie des travaux réalisés à Penouille à l'été 2012. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Le député fédéral de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, ne sera entièrement satisfait qu'une fois le parc Forillon ouvert 12 mois par année.

Alors que la direction du parc annonçait récemment de nouveaux investissements de 14,9 M$ pour la reconstruction de la route 132 entre Cap-aux-Os et Cap-des-Rosiers, le député réclame davantage : « Le parc Forillon a été laissé beaucoup trop de côté. L'idée d'avoir fermé le parc l'hiver et laisser ça aux organismes communautaires [pour le ski de fond uniquement]... Parcs Canada devrait être notre partenaire. On veut un vrai partenaire et non pas un ami quand ça lui tente. J'espère que Parcs Canada prendra ça au sérieux », lance le député Toone.

Il souligne que malgré les investissements effectués à Penouille au cours des dernières années et la reconstruction du quai de Cap-des-Rosiers au cours des derniers mois, les besoins de Forillon demeurent importants : « C'est important de célébrer les succès. Cap-des-Rosiers est un bel exemple : ça faisait des années que ça traînait. Ils auraient dû le faire avant. Cela aurait été moins coûteux. Les bâtisses sont dans un état pitoyable », analyse le député, qui précise que la situation est semblable dans tout le réseau de Parcs Canada.

« Il va falloir beaucoup plus d'attention pour que Forillon devienne la perle qu'on nous a promise », explique M. Toone, tout de même satisfait des avancées faites au cours des dernières années.

Ottawa a annoncé 395 M$ supplémentaires dans le dernier budget pour des infrastructures dans les parcs alors que les besoins sont estimés à 3 milliards $, selon le député. Il indique que les parcs sont des joyaux du patrimoine canadien et qu’il ne faut pas les laisser pour contre.

La promotion doit se poursuivre

Philip Toone indique que la promotion du parc doit se poursuivre, se basant sur les investissements de 150 000 $ effectués l'an dernier.
« L'an passé, le parc a mis beaucoup plus de publicité pour Forillon et cela a donné beaucoup plus de fréquentation dans un contexte de baisse de touristes dans la région. Si on en fait la promotion, les gens s'y intéressent », conclut le député.

L'été dernier, les campings avaient connu une augmentation de la fréquentation de 4,2 pour cent.

1 commentaire

Julie a écrit le 3 mai 2014

Bravo monsieur Toone, l'expropriation dans l'impunité est trop répandue dans notre pays, et c'est drôle, on a une densité de population parmi les plus faibles au monde. La fermeture de Forillon l'hiver, la démolition de l'aérogare de Mirabel, le gâchis de l'ancien centre-ville de Hull, il y a plein d'exemples du mépris des gouvernements pour les collectivités des expropriés.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.