Politique

Maisons d’hébergement : Damien Arsenault défend le ministre Bolduc

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le député de Bonaventure, Damien Arsenault.

Le député de Bonaventure, Damien Arsenault. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le député de Bonaventure, Damien Arsenault, se porte à la défense du ministre responsable de la région, Yves Bolduc, qui a été fortement critiqué par le Regroupement des organismes communautaires et alternatifs en santé mentale.

Rappelons que ces organismes ont demandé à Québec de rehausser leur financement afin d’assurer leur pérennité. De passage dans la région le 8 mars dernier, le ministre Bolduc a rencontré les représentants de ces organismes pour leur indiquer qu’aucun argent neuf ne leur sera alloué.

Présente à cette rencontre, la porte-parole du Regroupement et directrice du Centre Accalmie de Pointe-à-la-Croix, Dominique Bouchard, a sévèrement critiqué l’attitude de M. Bolduc. Selon elle, le ministre ne comprend pas la situation.

Elle l’accuse notamment de minimiser la fermeture éventuelle de ces organismes en prétendant que les établissements de santé pourraient prendre le relais s’il y avait une rupture de service. Selon Mme Bouchard, il est illusoire de penser que les hôpitaux pourraient convenablement prendre en charge la clientèle des maisons d’hébergement.

En mode solution, selon le député

Le député de Bonaventure, qui a aussi assisté à cette rencontre, a une toute autre lecture de la situation. L’élu estime que M. Bolduc «comprend très bien la situation», mais qu’il doit faire face à des restrictions budgétaires importantes.

Selon M. Arsenault, l’idée de M. Bolduc n’était pas de dire «vous n’aurez pas d’argent de plus, arrangez-vous avec ce que vous avez», mais plutôt de faire une «bonne équation entre ce que avez et ce que vous devez avoir comme mission.»

Le ministre souhaite que l’Agence de la santé et des services sociaux discute de cette problématique avec les maisons d’hébergement. Et advenant le cas où ces dernières ne seraient plus en mesure de répondre à la demande, M. Bolduc croit, contrairement à Mme Bouchard, que les établissements de santé pourraient récupérer la clientèle.

M. Arsenault appuie le ministre dans cette démarche. Selon lui, Mme Bouchard «devance un peu les choses» en concluant que les établissements ne seraient pas en mesure de prendre en charge la clientèle.

«Il reste à voir comment l’Agence va composer avec tout ça. Je suis convaincu qu’avec de la bonne volonté, il y a moyen de bien servir la population. Ce serait souhaitable que le budget soit bonifié et d’aucune façon, la mission des maisons d’hébergement est remise en cause.  Le ministre a simplement dit que s’il y a avait un bris de service, le gouvernement a l’obligation de trouver des solutions pour couvrir les besoins.»

2 commentaires

Albert Picard a écrit le 22 mars 2012

Le député de Bonaventure a été atteint par le coup de chaleur qui a frappé la région cette semaine. Sa position veut que si les centre d'hébergement pour personnes ayant une santé mentale vacillante doivent fermer, l'Agence de santé et de service sociaux pourra prendre le relais. Comment ? Cela il ne l'explique pas dans le contexte des restrictions budgétaires auquel il se réfère. Essayer ce comprendre monsieur Arsenault, c'est comme se mettre la tête dans un four micro-onde pour voir comment fonctionne l'électricité. Hum! Son coup de chaleur ne viendrait-il pas de là plutôt?

Annette Bujold a écrit le 21 mars 2012

Pourquoi les commentaires se sont envollés ???

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.