Santé, services sociaux et communautaire

La maison Le RADEAU ferme définitivement ses portes

Par Karyne Boudreau, journaliste, graffici.ca
La ressource offrait six lits en soins palliatifs pour des gens en fin de vie dans un environnement tranquille bordé d’une rivière.

La ressource offrait six lits en soins palliatifs pour des gens en fin de vie dans un environnement tranquille bordé d’une rivière. Photo : Gracieuseté

NEW RICHMOND — La ressource de soins palliatifs La Maison le Radeau ferme définitivement ses portes, et le conseil d’administration mets en vente la maison qui accueillait, depuis 2006, des patients en fin de vie.

 

Il s’agissait de la seule ressource du genre en Gaspésie et aux Îles. Depuis la suspension des soins en septembre dernier, le conseil d’administration s’est évertué à chercher des solutions au sous-financement qui accablait la ressource, mais en vainc.

 

Pour reprendre les activités, un financement annuel assuré de 370 000 $ aurait été nécessaire alors que l’Agence de la santé et des services sociaux allouait 180 000 $ annuellement au RADEAU.

 

 

« Les discussions et les arrangements ponctuels avec le CSSS du Rocher-Percé et, plus particulièrement, avec l’Agence de la santé et des services sociaux Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, ne garantissaient pas un financement viable et raisonnable », soutient l’organisation dans un communiqué émis en début de semaine.

 

Dans un contexte où plusieurs recommandations de la Commission spéciale Mourir dans la dignité exposent l’importance de privilégier les soins palliatifs à domicile, hors hôpital, c’est visiblement dans l’incompréhension et avec beaucoup d’amertume que le conseil d’administration de La Maison le Radeau se résigne à vendre.

 

La vente ciblera en priorité les organismes communautaires afin de laisser ce bâtiment accessible au public.

1 commentaire

Henri Lafresnaye a écrit le 9 janvier 2014

C'est vraiment dommage pour les bénévoles qui ont mis beaucoup de leur temps depuis la mise en place de cette maison de voir leurs efforts réduits a néant. C'est aussi malheureux pour les gens qui auraient pu bénificier de ce service essentiel dans notre région.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.