Éducation

LA MAISON DES EXILÉS

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Cassandre Vassart Courteau, Nathan Bouffard, Catherine Mercier et Benjamin Décarie Daigneault ont quitté la région de Montréal pour venir étudier à Gaspé.

Cassandre Vassart Courteau, Nathan Bouffard, Catherine Mercier et Benjamin Décarie Daigneault ont quitté la région de Montréal pour venir étudier à Gaspé. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – Ils sont quatre jeunes originaires de Montréal et des environs. Pour leurs études collégiales, ils ont choisi de faire le saut vers le campus de Gaspé. Et ils partagent une maison dans le secteur Sunny Bank. GRAFFICI.CA a rencontré ces étudiants, loin d’être des oiseaux rares au Cégep de la Gaspésie et des Îles, où le quart de la clientèle vient désormais de l’extérieur de la région.


Benjamin Décarie Daigneault, étudiant en Sciences humaines, est originaire de Boucherville. Un cégep, il y en a un à dix minutes d’autobus de chez ses parents. « J’avais un désir de quitter la ville, de m’émanciper du milieu familial. Avec mon ex-copine, on s’est dit qu’on allait faire quelque chose de différent, un voyage ou aller étudier ailleurs. On a pris la carte du Québec et on a choisi l’endroit le plus loin. »


Ses colocataires s’appellent Nathan Bouffard, Cassandre Vassart Courteau et Catherine Mercier. Ils reçoivent GRAFFICI.CA dans leur location qu’ils surnomment « la maison verte ». En boutade, Benjamin l'appelle parfois "la maison des exilés". Ils décrivent leurs parcours pendant que Sammy, le labrador de la famille Mercier lui aussi transplanté à Gaspé, lorgne le gâteau aux bananes posé sur la table.

Pour une affiche dans le métro
Catherine, originaire de Lanaudière, a d’abord été attirée par Montréal, où elle a étudié un an. « J’étais déprimée, ça ne fonctionnait pas. Puis j’ai vu une affiche dans le métro, "Ton Cégep grandeur nature", avec le Cap Bon Ami ». Elle a fait une demande de bourse et l’a obtenue. Elle s’est installée à Gaspé pour poursuivre ses cours en Arts et lettres et en Sciences humaines.


Cassandre étudiait au collègue anglo-montréalais John-Abbott, qui offre une session d’échange avec le Cégep de la Gaspésie. Elle en avait assez de la routine et s’est inscrite. Même si elle n’avait jamais mis les pieds en Gaspésie. « J’ai réalisé que je m’en allais aussi loin juste à l’arrêt d’autobus à Rimouski. On est arrivés à Gaspé en pleine nuit. » Rien pour traumatiser Cassandre.  Elle est restée deux sessions plutôt qu’une, est repartie à Montréal un an et est de retour au campus de Gaspé depuis janvier.


Nathan Bouffard, aussi Montréalais, a connu la région via sa sœur, qui travaille à Maria. En la visitant, il est « tombé en amour avec la région ». « Je suis venu dans la Baie-des-Chaleurs, j’ai travaillé à Carleton. Je me suis dit : je vais chercher quelque chose à étudier là-bas. » Il a trouvé : il complète une Technique en éducation spécialisée à Gaspé.

Occupés comme des ministres
Les quatre « exilés » ont eu du mal à trouver un moment pour l’entrevue. Ils ont des horaires de ministres. Outre les cours, il y a un café philosophique, un film à voir pour le Prix collégial du cinéma québécois ou une conférence à écouter… « Il y a beaucoup de parascolaire ici. Et vu que tout le monde se connaît, il y a toujours quelqu’un pour te dire "Viens donc avec moi!" », lance Catherine.


Certains de leurs proches leur avaient pourtant prédit une vie morne. « J’entendais "tu vas t’ennuyer, il n’y a rien à faire". Mais je suis 100 millions de fois plus actif qu’avant », lance Benjamin. À force de témoigner en faveur de la région, il a convaincu six autres étudiants de tenter Gaspé.


« Mes parents ne comprenaient pas. Ils pensaient que j’allais m’ennuyer. Mais ils m’ont vue heureuse. Ils ont dit : "la Gaspésie te fait du bien". Maintenant, les deux sont venus me voir, ils ont adoré et ils ont compris », dit Catherine.


À la fin de l’été, tous les quatre partent vers l’université à Sherbrooke ou Québec. Mais leurs projets d’avenir, ils les rêvent en Gaspésie. Benjamin s’imagine enseignant de philosophie au Cégep. Catherine et Nathan aimeraient ouvrir un centre de ressourcement axé sur la nature dans la région. Cassandre se voit aussi enseigner au Cégep et construire une maison autosuffisante en énergie.


25 % des étudiants
Sur les 1064 étudiants inscrits au Cégep de la Gaspésie et des Îles à la dernière rentrée, 204 venaient d’autres régions du Québec et 59, de l’international. Au total, 25 % des étudiants ne sont donc ni Gaspésiens, ni Madelinots. C’était 21 % l’année précédente.


Ces chiffres n’incluent pas 26 étudiants des collèges de Montréal qui participent cet hiver au programme de mobilité dont a bénéficié Cassandre il y a deux ans.


En Techniques du tourisme d’aventure, un programme unique au Québec dispensé au campus de Gaspé, presque tous les étudiants viennent de l’extérieur de la région.


Plusieurs étudiants internationaux sont aussi inscrits à un programme de « double diplomation ». Ces jeunes français ont complété un diplôme technique chez eux. Ils viennent étudier un an de plus ici pour décrocher aussi un diplôme québécois.


En Technologie forestière, 7 des 18 étudiants sont Français, dont 4 en double diplomation, calcule l’enseignant Claude Berger. « Il y a une bonne adaptation, ils se mêlent très bien. Il y a une belle complicité entre Français et Québécois. Et certains visent de poursuivre à l’Université Laval en génie forestier », note-t-il.


D’autres Français préparent leur arrivée, indique M. Berger. « D’après ce qu’on en sait, il y a beaucoup d’engouement pour notre programme. Il y a déjà des demandes d’étudiants qui commenceront en août.»


Recrutement : moins de moyens
« Si on remonte à leur création, les cégeps étaient là pour répondre à la clientèle régionale. Mais comme on vit un déclin démographique et qu’on veut continuer à offrir une diversité de programmes, l’objectif est d’avoir un nombre conséquent d’étudiants. Pour ça, il faut sortir de la région », dit le directeur général du Cégep, Yves Galipeau.


De 2011 à 2016, des dizaines d’étudiants ont reçu des bourses du Cégep et de la Conférence régionale des élus, pour un total de 461 000 $. Pour 20 % de ces bénéficiaires, la bourse a joué un rôle dans la décision d’étudier en Gaspésie ou aux Îles. Ces montants auront toutefois disparu à la fin de l’année scolaire, la CRÉ ayant été abolie.


Les budgets de recrutement ont pâti des coupes au Cégep. De 212 000 $ investis en 2010-2011, ce montant est passé à 128 000 $ en 2015-2016. Ces sommes n’incluent pas les ressources humaines. Mais le nombre d’employés qui peuvent se consacrer au recrutement a fondu lui aussi.
« On aimerait avoir plus d’argent. Mais le fait d’en avoir moins nous a amenés à être plus attentifs à nos stratégies. On utilise davantage les médias sociaux. On met des ressources en commun avec les cégeps de l’Est-du-Québec », illustre M. Galipeau.


Le nombre d’étudiants au Cégep a atteint son niveau le plus bas en six ans à la rentrée 2015, malgré l’apport de l’extérieur. Les jeunes qui finissent leur secondaire dans la région sont de moins en moins nombreux, explique M. Galipeau. « Le déclin va se poursuivre jusqu’en 2020, 2021. On est dans les pires années. On ne peut pas prévoir l’avenir, mais on continue comme on l’a fait, avec du recrutement en Europe, des ententes de mobilité nationale. On va chercher des jeunes en autobus à Montréal pour deux jours ici et on organise une journée Cégep/secondaire. »

30 commentaires

UNCLCC-BDRIJ a écrit le 11 mars 2019

Selon un rapport du groupe américain de sécurité informatique publié en avril 2014 cité par l’AFP, la France, l’Allemagne, l’Angleterre et la Suisse ont été les pays les plus touchés par la cybercriminalité. Les cybercriminels tirent avantage des vulnérabilités liées aux logiciels, aux matériels et aux comportements humains en ligne. Ils cherchent, entre autres, à usurper les renseignements personnels et commerciaux en recourant à la fraude et à l’extorsion. Les cybercriminels qui ciblent les pays de l’Europe mènent leurs activités à l’échelle mondiale, souvent depuis des zones hors d’atteinte des organismes européens d’application de la loi. En phase de la Stratégie internationale de cybersécurité, le gouvernement français crée l’Unité Nationale de Coordination de la Lutte Contre la Cybercriminalité (UNCLCC). Cette unité a pour rôle d’assurer la coordination des enquêtes sur les dossiers de cybercriminalité en France, de collaborer avec des partenaires à l’échelle internationale surtout en Afrique. Elle permet également aux citoyens français et aux entreprises de signaler les cybercrimes grâce au Centre Antifraude qui est sous la direction du Ministère Public. Les techniciens en criminalistique sont affectés dans toutes les Brigades Départementales de Renseignements et d’Investigations Judiciaires (BDRIJ). Ces techniciens en collaboration avec les gendarmes doivent s’adapter à l’évolution rapide des dossiers de cybercriminalité et des délits informatiques. Si vos comptes bancaires ou vos cartes de crédit font l’objet d’un cybercrime, ou que vous faites l’objet d’une quelconque arnaque, alors n’hésitez pas à déposer une plainte en ligne à la BDRIJ et prenez soin de conserver le numéro du rapport pour référence ultérieure. Adresses : brigadesdepartementales@gmail.com / unclcc-bdrij@outlook.fr NB : Dès que vous les contactez, ils vous redirigeront vers les adresses professionnelles afin que les échanges soient sécurisés.

contacticcpolice a écrit le 6 mars 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 6 mars 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 6 mars 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

UNCLCC-BDRIJ a écrit le 28 février 2019

Selon un rapport du groupe américain de sécurité informatique publié en avril 2014 cité par l’AFP, la France, l’Allemagne, l’Angleterre et la Suisse ont été les pays les plus touchés par la cybercriminalité. Les cybercriminels tirent avantage des vulnérabilités liées aux logiciels, aux matériels et aux comportements humains en ligne. Ils cherchent, entre autres, à usurper les renseignements personnels et commerciaux en recourant à la fraude et à l’extorsion. Les cybercriminels qui ciblent les pays de l’Europe mènent leurs activités à l’échelle mondiale, souvent depuis des zones hors d’atteinte des organismes européens d’application de la loi. En phase de la Stratégie internationale de cybersécurité, le gouvernement français crée l’Unité Nationale de Coordination de la Lutte Contre la Cybercriminalité (UNCLCC). Cette unité a pour rôle d’assurer la coordination des enquêtes sur les dossiers de cybercriminalité en France, de collaborer avec des partenaires à l’échelle internationale surtout en Afrique. Elle permet également aux citoyens français et aux entreprises de signaler les cybercrimes grâce au Centre Antifraude qui est sous la direction du Ministère Public. Les techniciens en criminalistique sont affectés dans toutes les Brigades Départementales de Renseignements et d’Investigations Judiciaires (BDRIJ). Ces techniciens en collaboration avec les gendarmes doivent s’adapter à l’évolution rapide des dossiers de cybercriminalité et des délits informatiques. Si vos comptes bancaires ou vos cartes de crédit font l’objet d’un cybercrime, ou que vous faites l’objet d’une quelconque arnaque, alors n’hésitez pas à déposer une plainte en ligne à la BDRIJ et prenez soin de conserver le numéro du rapport pour référence ultérieure. Adresses : brigadesdepartementales@gmail.com / unclcc-bdrij@outlook.fr NB : Dès que vous les contactez, ils vous redirigeront vers les adresses professionnelles afin que les échanges soient sécurisés.

DGCCRF a écrit le 8 février 2019

AVIS AUX UTILISATEURS D’INTERNET Chers citoyens utilisateurs d’internet de tout genre, la cellule de remboursement étrangère (DGCCRF) demande à toute victime d’escroquerie de différentes formes de bien vouloir prendre contact avec la direction des associations d’aides aux victimes d’arnaque sur internet Composée de policiers et de gendarmes,la plate-forme « INFOS ARNAQUES FRAUDES ET ESCROQUERIES» est chargée d’informer, de conseiller et d’orienter les personnes victimes d’une escroquerie. Le service est ouvert 24H / 24H du lundi au dimanche au +33644698567 afin de bénéficier d’un remboursement étranger du double au triple grâce aux preuves en leurs possessions. Web: https://dgccrfassociation368656203.wordpress.com Mail : cellule-antifraude@null.net / associationsauvonsvictimes@gmail.com

DGCCRF a écrit le 8 février 2019

AVIS AUX UTILISATEURS D’INTERNET Chers citoyens utilisateurs d’internet de tout genre, la cellule de remboursement étrangère (DGCCRF) demande à toute victime d’escroquerie de différentes formes de bien vouloir prendre contact avec la direction des associations d’aides aux victimes d’arnaque sur internet Composée de policiers et de gendarmes,la plate-forme « INFOS ARNAQUES FRAUDES ET ESCROQUERIES» est chargée d’informer, de conseiller et d’orienter les personnes victimes d’une escroquerie. Le service est ouvert 24H / 24H du lundi au dimanche au +33644698567 afin de bénéficier d’un remboursement étranger du double au triple grâce aux preuves en leurs possessions. Web: https://dgccrfassociation368656203.wordpress.com Mail : cellule-antifraude@null.net / associationsauvonsvictimes@gmail.com

contacticcpolice a écrit le 4 février 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 4 février 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 4 février 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 4 février 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 4 février 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 28 janvier 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 28 janvier 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 28 janvier 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 23 janvier 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 23 janvier 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

YASMINE a écrit le 21 janvier 2019

!!!!! A VOTRE ATTENTION VICTIME D’ARNAQUE !!! E-mails : officederepression@gmail.com Je suis YASMINE CURET et je viens faire part de ce message pour vous dire que je me suis fait arnaquer par un homme, je vous explique mon histoire. En effet j’ai fais la connaissance de cet homme sur un site de rencontre et nous avons sympathisé plusieurs semaines avant qu’il ne me dise qu’il doit effectuer un voyage en Afrique dans le soucis de son travail et une fois sur place ces problèmes, et moi éprise de lui je lui faisais parvenir tout le temps de l’argent constamment jusqu’à un jour ou une copine a moi m’a fait savoir qu’elle avait elle aussi été victime de ce genre de chose. Elle m’a tout de suite mise en contact avec un agent de police de lutte contre la cybercriminalité et en suivant les instructions du fonctionnaire de police cet escroc a été arrêter ensuite j’ai récupérer tout mon argent, si vous avez été victime d’une arnaque de ce genre contacter le il saura quoi faire pour vous aidez. E-mails: officederepression@gmail.com Cordialement YASMINE.

YASMINE a écrit le 21 janvier 2019

!!!!! A VOTRE ATTENTION VICTIME D’ARNAQUE !!! E-mails : officederepression@gmail.com Je suis YASMINE CURET et je viens faire part de ce message pour vous dire que je me suis fait arnaquer par un homme, je vous explique mon histoire. En effet j’ai fais la connaissance de cet homme sur un site de rencontre et nous avons sympathisé plusieurs semaines avant qu’il ne me dise qu’il doit effectuer un voyage en Afrique dans le soucis de son travail et une fois sur place ces problèmes, et moi éprise de lui je lui faisais parvenir tout le temps de l’argent constamment jusqu’à un jour ou une copine a moi m’a fait savoir qu’elle avait elle aussi été victime de ce genre de chose. Elle m’a tout de suite mise en contact avec un agent de police de lutte contre la cybercriminalité et en suivant les instructions du fonctionnaire de police cet escroc a été arrêter ensuite j’ai récupérer tout mon argent, si vous avez été victime d’une arnaque de ce genre contacter le il saura quoi faire pour vous aidez. E-mails: officederepression@gmail.com Cordialement YASMINE.

YASMINE a écrit le 21 janvier 2019

!!!!! A VOTRE ATTENTION VICTIME D’ARNAQUE !!! E-mails : officederepression@gmail.com Je suis YASMINE CURET et je viens faire part de ce message pour vous dire que je me suis fait arnaquer par un homme, je vous explique mon histoire. En effet j’ai fais la connaissance de cet homme sur un site de rencontre et nous avons sympathisé plusieurs semaines avant qu’il ne me dise qu’il doit effectuer un voyage en Afrique dans le soucis de son travail et une fois sur place ces problèmes, et moi éprise de lui je lui faisais parvenir tout le temps de l’argent constamment jusqu’à un jour ou une copine a moi m’a fait savoir qu’elle avait elle aussi été victime de ce genre de chose. Elle m’a tout de suite mise en contact avec un agent de police de lutte contre la cybercriminalité et en suivant les instructions du fonctionnaire de police cet escroc a été arrêter ensuite j’ai récupérer tout mon argent, si vous avez été victime d’une arnaque de ce genre contacter le il saura quoi faire pour vous aidez. E-mails: officederepression@gmail.com Cordialement YASMINE.

contactfedpol a écrit le 21 janvier 2019

Désormais, la communauté européenne propose aux personnes "victime d'arnaque sur Internet " un point de contact central : le SCOCI - Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet. Créé sur l'initiative du Département fédéral de justice et police (DFJP) et de la Conférence des chefs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP), le SCOCI fait partie de l'Office fédéral de la police (fedpol.ch). N’ayez aucune honte ! Le piège qui s’est refermé sur vous était inévitable certainement à cause de vos failles. Il n’y a pas de honte à en avoir. Avec notre service, travaillez cela, travaillez la confiance et l’estime de vous-même et revivez car avec votre collaboration et notre expertise le service transmettra les dossiers 'cybercrime' aux autorités "de poursuite pénale" compétentes en Suisse, France et à l'étranger afin que ces escrocs puissent être mis aux arrêts et répondre de leur forfait devant les juridictions compétentes. E-mails: contact.scoci@gmail.com / contact.scoci@gmail.com Signalez à SCOCI si vous avez déjà été victime d'une arnaque ou d'un abus sur internet et perdu de grosse somme d’argent. Des spécialistes se chargeront de vérifier vos informations et prendront – le cas échéant – les mesures nécessaires. Suivant le cas, ils vous redirigeront vers les autorités compétentes. Attention: Veuillez laisser votre adresse e-mail personnelle dans le cas ou vous nous contacter par messagerie, SCOCI vous enverra un accusé de réception par courriel. Vous pourrez alors, en répondant à ce courriel, faire parvenir à SCOCI d'éventuels documents (PDF, Word, etc.) présentant le contenu de votre arnaque.

contactfedpol a écrit le 21 janvier 2019

Désormais, la communauté européenne propose aux personnes "victime d'arnaque sur Internet " un point de contact central : le SCOCI - Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet. Créé sur l'initiative du Département fédéral de justice et police (DFJP) et de la Conférence des chefs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP), le SCOCI fait partie de l'Office fédéral de la police (fedpol.ch). N’ayez aucune honte ! Le piège qui s’est refermé sur vous était inévitable certainement à cause de vos failles. Il n’y a pas de honte à en avoir. Avec notre service, travaillez cela, travaillez la confiance et l’estime de vous-même et revivez car avec votre collaboration et notre expertise le service transmettra les dossiers 'cybercrime' aux autorités "de poursuite pénale" compétentes en Suisse, France et à l'étranger afin que ces escrocs puissent être mis aux arrêts et répondre de leur forfait devant les juridictions compétentes. E-mails: contact.scoci@gmail.com / contact.scoci@gmail.com Signalez à SCOCI si vous avez déjà été victime d'une arnaque ou d'un abus sur internet et perdu de grosse somme d’argent. Des spécialistes se chargeront de vérifier vos informations et prendront – le cas échéant – les mesures nécessaires. Suivant le cas, ils vous redirigeront vers les autorités compétentes. Attention: Veuillez laisser votre adresse e-mail personnelle dans le cas ou vous nous contacter par messagerie, SCOCI vous enverra un accusé de réception par courriel. Vous pourrez alors, en répondant à ce courriel, faire parvenir à SCOCI d'éventuels documents (PDF, Word, etc.) présentant le contenu de votre arnaque.

contacticcpolice a écrit le 16 janvier 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

contacticcpolice a écrit le 16 janvier 2019

Suite à l’appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace un certain nombre de résolutions importantes ont été prises. Ainsi Si vous êtes victime d’infractions liées aux escroqueries (phishing, fausse loterie, utilisation frauduleuse de moyens de paiement, menaces, usurpation d’identité…),vous pouvez directement déposer plainte auprès d’un service de Police nationale ou de Gendarmerie nationale ou bien adresser un courrier au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance compétent. Il existe également des services compétents spécialisés dans le traitement judiciaire de la cybercriminalité que vous pouvez contacter afin de leur soumettre les faits dont vous avez été victime. En outre, la Police et la Gendarmerie nationale ont toutes deux mis en place un réseau territorial d’enquêteurs spécialisés en cybercriminalité répartis par zones de compétence. Les Investigateurs en Cybercriminalité (ICC/Police) et les N-TECH Gendarmerie) reçoivent vos plaintes par e-mail à l’adresse suivante : euro.investigat.cybercrime@gmail.com / euro.investigat.cybercrime@consultant.com Un enquêteur spécialisé en cybercriminalité prendra contact avec vous dès réception de votre email et vous donnera les démarches à suivre pour l’arrestation de vos escrocs et la suite de la procédure judiciaire afin que justice soit rendue et que vous soyez dédommagé.

solange a écrit le 19 décembre 2018

J’ai été victime d’une grosse arnaque. Le coupable derrière le profil utilisé était un homme qui se dit être femme d’affaire du milieu pétrolier qui devait se rendre urgemment en Afrique. A son arrivée en afrique, elle m'a fait signe de vie et nous avons dialogué sur skype pendant quelques semaines. Suite a cela, elle m'a dit qu’elle a été victime d’une agression et me demandait de l’aide, c’est a partir de cet instant que mon calvaire a commencé, j'ai perdu jusqu'à 23.600 euros. Compte tenu de la situation, j’ai porté plainte auprès de la gendarmerie dans ma localité mais rien n'a été fait car le coupable étant en afrique ainsi donc je me suis rapprocher du service interpol luttant contre les arnaques sur internet en afrique qui a pris mon dossier en main et cette personne qui se faisait passer pour un français a été arrêté puis j'ai récupéré mon argent ainsi que des dédommagements. Soyons vigilants sur internet et surtout sur les réseaux sociaux, alors si vous pensez être victime d'une arnaque, vous pouvez prendre contact avec le service Interpol et ils vous aideront à arrêter votre arnaqueur, voici leurs adresses: officederepression@gmail.com

solange a écrit le 19 décembre 2018

J’ai été victime d’une grosse arnaque. Le coupable derrière le profil utilisé était un homme qui se dit être femme d’affaire du milieu pétrolier qui devait se rendre urgemment en Afrique. A son arrivée en afrique, elle m'a fait signe de vie et nous avons dialogué sur skype pendant quelques semaines. Suite a cela, elle m'a dit qu’elle a été victime d’une agression et me demandait de l’aide, c’est a partir de cet instant que mon calvaire a commencé, j'ai perdu jusqu'à 23.600 euros. Compte tenu de la situation, j’ai porté plainte auprès de la gendarmerie dans ma localité mais rien n'a été fait car le coupable étant en afrique ainsi donc je me suis rapprocher du service interpol luttant contre les arnaques sur internet en afrique qui a pris mon dossier en main et cette personne qui se faisait passer pour un français a été arrêté puis j'ai récupéré mon argent ainsi que des dédommagements. Soyons vigilants sur internet et surtout sur les réseaux sociaux, alors si vous pensez être victime d'une arnaque, vous pouvez prendre contact avec le service Interpol et ils vous aideront à arrêter votre arnaqueur, voici leurs adresses: officederepression@gmail.com

SOS AUX VICTIMES a écrit le 13 novembre 2018

La peur est le premier mal de l’homme. Etre victime d’une arnaque ou fraude n’est pas une fatalité, mais ne rien faire pour la combattre est la pire des erreurs à ne pas commettre. Des milliers d’internautes ont perdu de l’argent via western union, money gramm., virement bancaire, PayPal, PCS etc… tout simplement parce que certaines personnes malintentionnées ont abusés de leur confiance. Tous les jours des milliers de victimes sont enregistrés, totalement dérobés de leur bien et ne savent plus à quel sein se vouer. Pour éradiquer ce mal qui gangrène la société, les victimes et les acteurs de la lutte contre la cybercriminalité doivent se mettre dans une synergie d’action afin de mettre fin à cette pratique malsaine. A cet effet, une équipe de spécialiste en cybercriminalité et des Officiers de Police Judiciaire coordonné par le Major du cyber sécurité Mr Fabrice CRASNIER a été mise en place pour soulager les peines des personnes victimes. Quelques soient la nature de l’arnaque dont vous êtes victimes, n'hésitez pas à déposer une plainte. Une équipe est à votre disposition 24H / 24H. - dès que vous déposez la plainte avec des preuves probantes, elle sera enregistrée et étudier avec un accusé de réception. - vous serez informés des différentes démarches jusqu’à l’arrestation des escrocs. -vous restez en contact permanent avec l’équipe pour une franche collaboration et pour toutes autres informations complémentaires. - vous serez informé à chaque étape de la procédure. Une fois que nous allons mettre la main sur vos escrocs, ils seront présentés à la justice pour que vous soyez remboursés ou dédommagés suivant la décision de la justice. NB : toutes ces procédures sont entièrement gratuites car nous avons prêté serment pour servir avec abnégation et dévouement la population. Alors chères victimes, sortez de votre mutisme afin qu’ensemble nous puissions décourager a jamais ces cybers délinquants. Adresses mails : fabricecrasnier@gmail.com / fabricecrasnier@consultant.com

SIGNAL ARNAQUE a écrit le 10 novembre 2018

Il nous a été donné de constater la recrudescence de nombreuses attaques ciblant les particuliers mais aussi les entreprises et les administrations. Elles visent à obtenir des informations personnelles afin de les exploiter pour arnaquer, portant préjudices aux internautes. Internet est un espace de liberté où chacun peut communiquer et s'épanouir. Les droits de tous doivent y être respectés, pour que la « toile » reste un espace d'échanges et de respect. Pour remédier à ces pratiques malsaines, l’Organisme International de Répression Contre la Cybercriminalité (OIRCC) et la Brigade d’enquêtes sur les fraudes aux technologies de l’information (BEFTI) créés par les pouvoirs publics sont à la disposition des populations victimes de toutes les formes de criminalité sur internet. Une vaste campagne d’arrestation des escrocs est initiée par les services compétents au début du second semestre de cette année afin que les victimes soient remboursées pour une fin d’année apaisée. Alors nous exhortons toutes les victimes de différentes sortes d’arnaque qui ont des preuves probantes à nous contacter pour déposer plainte. Une seule adresse pour signaler que vous êtes victimes d’une arnaque. ADRESSES MAILS : brigade_signal_arnaque@outlook.fr/ brigade_anti_fraude@europamel.net / brigade_signal_arnaque@europe.com

solution a écrit le 5 mai 2017

Profitez de votre voyance gratuite et confidentielle Pour vos problèmes de : Conflit familial , Rupture amoureuse,Divorce,Procès,Orientation professionnelle,Voyage ,Vous manquez de visibilité etc... Veuillez m'écrire :amanilasolution@gmail.com

solution a écrit le 5 mai 2017

Profitez de votre voyance gratuite et confidentielle Pour vos problèmes de : Conflit familial , Rupture amoureuse,Divorce,Procès,Orientation professionnelle,Voyage ,Vous manquez de visibilité etc... Veuillez m'écrire :amanilasolution@gmail.com

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.