Politique

Le maire Bruno Cloutier insiste sur son indépendance

Par ,
Le maire Bruno Cloutier devant son drapeau des Patriotes. «Il en faudrait plus, des gens comme eux», lance-t-il.

Le maire Bruno Cloutier devant son drapeau des Patriotes. «Il en faudrait plus, des gens comme eux», lance-t-il. Photo : Ariane Aubert Bonn

PERCÉ – Le maire Bruno Cloutier insiste sur sa position indépendante par rapport au regroupement des Citoyens vigilants du grand Percé, à la suite de sa rencontre avec la Ligue d’Action Civique (LAC).

À la suite du passage de la LAC dans la région la semaine dernière et l’article de Graffici.ca qui a suivi, le maire Bruno Cloutier a insisté pour dire qu’il salue le travail de l’organisme en matière de dénonciation de la corruption, mais qu’il ne veut pas être associé à leur point de vue concernant les Citoyens vigilants du grand Percé ni celui qui a été émis sur Georges Mamelonet.

«Dans le cas de Georges Mamelonet, la Commission municipale a tranché. Il a déjà assez souffert des conséquences de ses gestes, je trouve ça un peu ‘’dégeulasse’’ qu’on ressorte ça sur la table maintenant que c’est réglé, quatre ans après qu’il ne soit plus au pouvoir. Si on a quelque chose à me reprocher, à moi, j’aimerais bien qu’on le fasse pendant que je suis encore à la mairie. Je les invite à tout fouiller, d’ailleurs», a lancé le maire, irrité de voir que des dossiers reviennent sur la table après autant de temps.

De plus, bien que le président de la LAC, Frédéric Lapointe, ait précisé qu’il rencontre toutes les personnes intéressées par le poste de maire de façon détachée et impartiale, le maire Bruno Cloutier, qui ne se présentera pas aux prochaines élections, a tenu à affirmer qu’il ne partageait pas les impressions de la LAC par rapport aux Citoyens vigilants du grand Percé, dont il juge les interventions abusives. «À cause de leurs questions qui n’en finissaient plus, on a été obligés de réduire la période de questions dans les assemblées à cinq minutes par personne. C’est certain qu’on aurait préféré ne pas avoir à faire ça, mais ça ne finissait plus. Ils nous posaient des questions dont ils connaissaient bien souvent la réponse, juste pour voir ce qu’on allait répondre», affirme le maire. Selon lui, ce type de vigilance n’est pas nécessaire et a fait perdre beaucoup de temps et d’argent à la municipalité, une valeur d’environ 90 000 $ en temps et frais juridiques. Il affirme qu’à ce jour, rien n’a été reproché à ses méthodes de gestion.

Lors d’une précédente entrevue donnée par Owen Bouchard, un aspirant maire et membre des Citoyens vigilants, il a affirmé que les membres de son groupe ont toujours agi de façon détachée, sans intérêt dans les sujets abordés, dans le simple but de s’assurer de la saine gestion des dossiers.

6 commentaires

Jean-Philippe Chartrand a écrit le 9 août 2013

M. Gagné, je crois qu'il faut nuancer. Ce serait une erreur que de traiter le cas des "vigilants" d'une façon aussi réductrice. On ne peut pas résumer ça à "P.Q. contre Libéraux". À la source de ce phénomène, il y a cette manie, cette obsession, qui anime les quatre membres (environ) de ce groupe. Je suis bien placé pour le savoir, mon mandat de chargé de projet pour Percé l'Incontournable m'a amené à recevoir près de 150 courriels en moins de deux ans. Pendant cette même période, la ville en a reçu 400 et la MRC à peu près autant. La plupart du temps, les réponses ou les explications données n'ont fait que provoquer d'autres questions et commentaires. 1000 courriels! Sans compter les plaintes au MAMROT, à la S.Q., à DEC, au MFEQ, au MCCCF, à l'environnement. Chaque mois, le groupe se procure les copies de chèque de la ville et reconstruit en secret la comptabilité municipale pour tenter d'y trouver quelque chose. Visitez leur blogue pour mieux comprendre le chaos qui abritent leurs esprits: http://citoyensvigilants.blogspot.ca/2013/08/seance-extraordinaire-du-18-juillet.html Politique, taxes, tourisme durable, garage municipale, piscine de Percé, développement, déneigement, refonte de la carte électorale, Côte surprise, piratage, abribus, ALOUETTE! Ils n'ont pas de boutte et n'arrêteront pas. Mamelonet ou non.

Gaëtan Essiambre a écrit le 8 août 2013

Bien corrigé, Mr Cloutier. Ces gens (LAC) viennent d'ailleurs et ont l'air de croire le premier venu sans fouiller plus loin. Merci de dénoncer leur naîve position Pro-Vigilants et vous avez raison: la campagne de salissage envers Mr Mamelonet est passée date. C'est là qu'on voit toute la quintessence de ce regroupement de citoyens, ¨accros¨ de la petite politicaillerie. Au bout du compte, leurs efforts coûteux ne servent qu'à ralentir l'avancement des dossiers. Et par surcroît, il reste toujours à entendre des mots positifs de leur part quant au futur de Percé. Toujours facile d'être contre toute idée nouvelle quand on n'est pas impliqué dans le mouvement. En ce moment, il y a beaucoup de dossiers importants qui urgent à Percé et les citoyens se doivent d'encourager et d'épauler leur conseil de Ville. Autant que le salissage de Mr Mamelonet, les Vigilants sont passés date...

Nathalie Lacasse a écrit le 8 août 2013

Voici ce qui arrive lorsque l'on donne les rennes à des personnes qui grattent la cenne. Ce sont eux qui finissent par nous coûter le plus cher et ce à cause de leur aveuglement. http://www.radio-canada.ca/regions/bas-st-laurent/2013/08/07/001-carleton-sur-mer-eau-potable.shtml Et dire qu'un candidat aux élections de novembre à la mairie de Percé se targue de vouloir faire pareil.

Gaston Langlais a écrit le 8 août 2013

Bonjour, Lors du passage des représentants de la Ligue d'action civique, j'avais formulé un bref commentaire, en écrivant que ces personnages étaient chanceux d'obtenir des entrevues avec les élus locaux puis de rencontrer par la suite d'autres personnes pour leur faire éventuellement la lutte. J'aurais pu aller plus loin mais enfin... Je pense que les commis-voyageurs de la LAC devraient investir tout leur temps, tous leurs efforts à Montréal et les environs, là où les accumulations de saloperies politiques nous ont coûté des centaines de millions $, voire des milliards $ et qui continuent toujours à nous appauvrir collectivement. Ce que nous avons le moins besoin en Gaspésie ce sont d'élus municipaux de type fonctionnaire. Des élus soumis, aplatis qui vont en pèlerinage à Québec pour quêter la permission de déplacer une simple lumière de rue. Pourquoi le Quai de Percé est-il fonctionnel cet été? C'est parce que le Maire Bruno Cloutier et son Conseil municipal se sont tenus debout et ont rapidement tassé Pêches et Océans Canada, une première au Québec. En novembre prochain, il faudra faire le choix entre des apôtres de l'écrasement ce qui assure notre sous-développement et de trop rares partisans de la position verticale, ce qui accorde au moins l'avantage de soulever le respect. Puisqu'il est question de M. Georges Mamelonet je voudrais écrire à nouveau qu'il a valorisé une espèce encore non-exploitée qui s'appelle l'oursin. La poursuite de Pêches et Océans Canada contre lui demeure toujours à mes yeux une stupidité. Je pense à M. Pierre Péres du célèbre restaurant le Gargantua qui avait mis en valeur les petits bigorneaux qu'il récoltait le long des quais. Pourrait-il le faire aujourd'hui, s'il était encore parmi nous, sans être emprisonné? C'est ça la gestion, la domination des centralisateurs urbains dépourvus de culture et de connaissances historiques. Pour ce qui du reste, M. Mamelonet a fait ce qu'il pouvait avec ce qu'il avait et croyez-moi, je ne suis pas son avocat. Gaston Langlais - Gaspé.

Jean-François Gagné a écrit le 7 août 2013

Il faut être aveugle pour croire aux agissements détachés du groupe d'action politique les Citoyens vigilants du grand Percé et de Owen Bouchard. C'est la politique provinciale qui les intéressent et leur acharnement sur le dossier de Georges Mamelonet le prouve très bien. C'est dommage que les citoyens de Percé et de la MRC Rocher Percé soient dans l'obligation d'assumer les coûts reliés à leurs interventions politiques déguisées.

Jean-François Gagné a écrit le 7 août 2013

Il faut être aveugle pour croire aux agissements détachés du groupe d'action politique les Citoyens vigilants du grand Percé et de Owen Bouchard. C'est la politique provinciale qui les intéressent et leur acharnement sur le dossier de Georges Mamelonet le prouve très bien. C'est dommage que les citoyens de Percé et de la MRC Rocher Percé soient dans l'obligation d'assumer les coûts reliés à leurs interventions politiques déguisées.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.