Développement économique et exportation

Maintien du modèle pêcheur-propriétaire : le NPD rassuré

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les politiques sur la séparation des flottilles et le modèle de pêcheur-propriétaire est maintenu dans l'Est du Canada.

Les politiques sur la séparation des flottilles et le modèle de pêcheur-propriétaire est maintenu dans l'Est du Canada. Photo : Johanne Fournier

Le ministre des Pêches et des Océans du Canada, Keith Ashfeild, a récemment confirmé le maintien du modèle du pêcheur-propriétaire dans l’Est du Canada, une décision qui rassure le Nouveau Parti démocratique (NPD).

L’opposition officielle à Ottawa, la Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM) et plusieurs organisations de pêcheurs de l’Est du Canada craignent depuis plusieurs semaines l’abolition des politiques de séparation des flottilles et du principe du propriétaire-exploitant (pêcheur-propriétaire), deux éléments qui protègent les petites entreprises de pêches.

Au cours des derniers mois, certains ministres fédéraux, dont Maxime Bernier lors de son passage en Gaspésie cet été, ont laissé entendre que le gouvernement conservateur avait l’intention de remettre en question ce modèle.

Le député néo-démocrate de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, se réjouit de constater que ce ne sera pas le cas et soutient que le gouvernement fédéral a fait volte-face grâce aux pressions de son parti et des localités côtières. «Le NPD et les pêcheurs ont longtemps talonné les conservateurs sur cette question. Le recul du gouvernement est une excellente nouvelle pour notre région», déclare le porte-parole adjoint de l’opposition officielle en matière de pêche.

Selon M. Toone, le maintien du modèle actuel permettra de préserver la vitalité économique des communautés côtières. «Ça permet aux petits pêcheurs et aux petites entreprises de dépenser chez nous, en plus d’éviter que les grosses compagnies de l’extérieur prennent nos permis et pêchent notre poisson», souligne M. Toone.  

Précisons que les politiques de la séparation des flottilles aide les petits pêcheurs, notamment en empêchant les grandes entreprises d’acheter les quotas des propriétaires exploitants.

Le ministre nie

Par voie de communiqué, le ministre Keith Ashfeild a nié avoir voulu remettre en question le modèle de gestion des pêches dans l’Est du Canada. «J’ai été mécontent – et bien franchement en colère – lorsque j’ai constaté certaines inexactitudes qui ont fait surface au cours des derniers mois suggérant que les politiques de séparation des flottilles et sur les propriétaires exploitants seraient éliminées», écrit-il.

La CRÉGÎM se réjouit  

La Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles se dit satisfaite par le maintien des politiques de la séparation des flottilles et du principe du pêcheur-propriétaire.

Le président de l’organisme, Bertrand Berger, soutient que ce dénouement démontre que la pression peut porter ses fruits. «Ça signifie que quand il y a une levée de bouclier de la part de tous les intervenants, les choses peuvent fonctionner. Espérons maintenant que ce sera le cas dans le dossier de la réforme de l’assurance-emploi», dit-il.

À lire aussi

Les capitaines-propriétaires veulent se faire entendre

La CRÉGÎM craint la disparition des villages de pêcheurs

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.