Main-d'oeuvre locale : « Québec doit intervenir »

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les grutiers ont dû quitter le parc éolien Transalta la semaine dernière à la suite de l'intervention de la Commission de la construction du Québec.

Les grutiers ont dû quitter le parc éolien Transalta la semaine dernière à la suite de l'intervention de la Commission de la construction du Québec. Photo : Antoine Rivard-Déziel

NEW CARLISLE — La MRC Bonaventure accorde son appui aux grutiers gaspésiens qui ont tenté d'empêcher des travailleurs de l'extérieur d'accéder à une partie du parc éolien de Transalta à St-Alphonse. 

Par voie de résolution, les maires blâment les entreprises qui font appel à une main-d'oeuvre non locale, alors que des travailleurs gaspésiens sont disponibles. « Le gouvernement avait mentionné qu'il y aurait un minimum de 60 % de contenu régional dans le dossier éolien, tous travaux ou fourniture confondus », est-il écrit dans la résolution.

Les élus de la MRC demandent au gouvernement du Québec d'intervenir « pour apporter un correctif immédiatement », souligne le préfet, Jean-Guy Poirier.

 

Rappel

Il y a deux semaines, une quinzaine de grutiers ont bloqué un chantier du parc éolien de Transalta pour dénoncer la compagnie Enercon, qui a fait appel à une firme de Montréal, JM Francoeur, pour effectuer des travaux de maintenance. Aucun Gaspésien n'a été engagé, malgré la disponibilité d'une main-d'oeuvre locale et qualifiée. 

Le groupe a assuré une présence sur le site pendant trois jours pour empêcher les grutiers de l'extérieur d'accéder au site. Les manifestants ont quitté les lieux jeudi, après l'intervention de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Cette dernière les a menacés de les mettre à l’amende et a fait référence à une éventuelle menace d'injonction du propriétaire. Selon la CCQ, Enercon respecte la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'oeuvre dans l'industrie en faisant appel à des travailleurs de l'extérieur.

Une situation dénoncée par l'un des grutiers qui manifestait. « Avec les nouvelles lois de la construction, les compagnies d'extérieur peuvent venir et, nous, on regarde le train passer », avait dit Jean Babin, en faisant référence aux nouvelles règles contre le placement syndical.

 

« Aujourd'hui, la bataille est peut-être perdue, mais ce sera pour mieux rebondir. En Gaspésie, on n'a pas les moyens de perdre les emplois disponibles. Là, on a la chance d'avoir le travail qu'on fait depuis des années, pour lequel on est qualifié, mais on n'y a pas accès », avait-il déclaré, à la suite de l'intervention de la CCQ au parc éolien.

 

Poirier de retour à la FQM

Par ailleurs, le maire de St-Siméon et préfet de la MRC Bonaventure, Jean-Guy Poirier, a été réélu administrateur à la Fédération québécoise des municipalités. Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre a quant à lui été élu. Avec la mairesse de Murdochville, la Gaspésie-les-Îles compte trois administrateurs au sein de l'organisation. 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.