La lutte contre l’homophobie s’organise en Gaspésie

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
L’Association LGBT de la Baie-des-Chaleurs existe depuis l’automne 2011.

L’Association LGBT de la Baie-des-Chaleurs existe depuis l’automne 2011. Photo : Gracieuseté - Association LGBT de la Baie-des-Chaleurs

Les actions visant à lutter contre l’homophobie se sont multipliées dans la région au cours de la dernière année.

Depuis un an, deux associations gaspésiennes de soutien et de défense des droits des lesbiennes, des gais, des bisexuels et des transgenres (LGBT) ont vu le jour dans la région, une dans la Baie-des-Chaleurs et une autre à Chandler.

L’Agence de la santé et des services sociaux a par ailleurs mis en place différentes initiatives  comme des formations qui ont été offertes à 150 intervenants de la santé, de l’éducation, de l’emploi et de la justice pour les sensibiliser à l’importance d’adapter leurs interventions aux réalités des LGBT. «L’idée est de permettre aux LGBT de la région d’être à l’aise avec les différents intervenants de la société», explique Danielle Haché, responsable du dossier contre l’homophobie à l’Agence.

Alors que la Journée internationale de lutte contre l’homophobie se tiendra jeudi, l’organisme public mentionne qu’un véritable «mouvement LGBT» est né en Gaspésie au cours des douze derniers mois. «C’est un enjeu qui existe depuis plusieurs années, mais sa prise en charge s’est accélérée depuis un an», souligne Mme Haché.

Le réveil de la Gaspésie

La cofondatrice de l’Association des LGBT de la Baie-des-Chaleurs, Hélène Morin, constate pour sa part une «importante mobilisation» dans la région pour combattre l’homophobie.

Elle estime même que la Gaspésie peut se vanter d’être à l’avant-garde dans ce dossier. «Avant de mettre sur pied notre association, nous avons fait le tour des régions éloignées des grands centres pour voir ce qui se faisait ailleurs et nous avons trouvé très peu d’organismes comme le nôtre», dit-elle.

Fondée l’automne dernier, son association vise à combler un vide auprès des homosexuels de la région, autant chez les jeunes que chez les plus âgés. «Ici, ce n’est pas comme à Montréal où les LGBT ont des lieux, comme le village, pour se retrouver et socialiser. Il faut donc créer les conditions pour les aider à mieux vivre leur orientation sexuelle», explique Mme Morin. Pour ce faire, l’organisme organise différentes activités, comme des 5 à 7, des conférences et des ateliers éducatifs.

Importante étude en cours

Une étude visant à approfondir les réalités des LGBT en Gaspésie est par ailleurs actuellement en cours. Ce projet, initié par l’Association LGBT de la Baie-des-Chaleurs, est pris en charge par le Centre d’initiation à la recherche et d’aide au développement durable (CIRADD) du Cégep de la Gaspésie et des Îles. «La connaissance des besoins des homosexuels en Gaspésie est très limitée. Et pour offrir des services appropriés, il faut connaître les réalités. C’est ce que cette étude tentera d’illustrer», explique Mme Morin, précisant qu’un volet quantitatif est aussi prévu dans l’étude.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.