Politique

Loi 78 : le député de Bonaventure répond aux nombreuses critiques

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le député de Bonaventure, Damien Arsenault.

Le député de Bonaventure, Damien Arsenault. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le député libéral de Bonaventure, Damien Arsenault, répond aux nombreuses critiques qui ont été formulées à l'égard de la loi 78 depuis son adoption à l’Assemblée nationale vendredi dernier.

En entrevue à GRAFFICI.CA, le député a martelé que la loi 78 n’empêche pas les manifestations, mais vise plutôt à mieux les encadrer pour «éviter les dérapages» et «assurer le sécurité» des manifestants.  

Rappelons que la pièce législative, qui vise à régler le conflit étudiant, exige aux organisateurs des manifestations de 50 personnes ou plus de dévoiler aux policiers, au moins huit heures avant le début de celle-ci, la date, l’heure, la durée, le lieu, l’itinéraire et les moyens de transport utilisés.

Un citoyen qui contreviendrait à cette règle est passible d’une amende de 1 000 $ à 5 000 $. Ce montant est de 7 000 $ à 35 000 $ pour un dirigeant, un employé ou un représentant d’une association étudiante ou d’une association de salariés et de 25 000 $ à 125 000 $ pour une association étudiante ou une association de salariés.

Cette disposition a suscité une vague d’indignation chez les fédérations étudiantes, les grandes centrales syndicales, le Parti québécois et Québec solidaire, qui y voient une atteinte aux libertés fondamentales, comme la liberté d’association et d’expression.

M. Arsenault dit «comprendre» ces critiques, mais tient à rappeler que le droit d’organiser des manifestations et d’y participer existe toujours au Québec. «La loi n’empêche pas les manifestations. Mais c’est normal de vouloir les encadrer quand on voit des dérapages et on assiste au non-respect des lois», dit-il en faisant référence aux nombreuses manifestations qui ont tourné à la violence au cours des dernières semaines, notamment à Montréal.

À l’écoute de «la majorité»

Le député de Bonaventure est par ailleurs convaincu que le gouvernement a été à l’écoute des Québécois en adoptant la loi spéciale. «C’est malheureux, mais je ne peux pas reconnaître que ceux qui contestent la hausse des frais de scolarité représentent la majorité. On voit les manifestants, mais en même temps, beaucoup de gens ont interpellé le gouvernement pour qu’il agisse, pour qu’il ramène la paix sociale. Selon moi, la majorité soutient le gouvernement», dit-il.

Manifestations en Gaspésie

Alors que des manifestations pour dénoncer la loi 78 auront lieu mardi en soirée un peu partout en Gaspésie, dont une à Bonaventure, M. Arsenault a appelé ces concitoyens à respecter les lois. «Le droit de manifester est là. On peut, comme population, comme individu, le faire en respectant les lois», indique-t-il avant d’ajouter que les appels au non-respect des lois ne devraient pas être acceptés par le gouvernement.

17 commentaires

jcpomerleau a écrit le 27 mai 2012

Le manque à gagner de l'État vient du fait que nous avons le gouvernement le plus corrompu de notre histoire au pouvoir. Pour compenser a matraque les étudiants pour leur faire les poches. On aurait due en profiter pour poser une question à ce député : Dans quelles circonstances la réserve estimée de 40 milliards de baril de pétrole sur Anticosti , un bien publique, a été bradé aux amis du régime Charest ? http://www.vigile.net/Anticosti-La-question-qui-tue

jcpomerleau a écrit le 27 mai 2012

Le manque à gagner de l'État vient du fait que nous avons le gouvernement le plus corrompu de notre histoire au pouvoir. Pour compenser a matraque les étudiants pour leur faire les poches. On aurait due en profiter pour poser une question à ce député : Dans quelles circonstances la réserve estimée de 40 milliards de baril de pétrole sur Anticosti , un bien publique, a été bradé aux amis du régime Charest ? http://www.vigile.net/Anticosti-La-question-qui-tue

Mathieu Fournier a écrit le 23 mai 2012

"C'est triste les gens qui n'ont pas d'humour."

Bilbo a écrit le 23 mai 2012

DÉMOCRATIE: du grec demos cratos, qui signifie "le pouvoir au peuple". Prétendre que c'est le fait de mettre une croix dans une case une fois aux quatre ans est très réducteur. La citoyenneté se vit et s'exprime au quotidien, de multiples façons.

Albert Picard a écrit le 23 mai 2012

L'histoire de la couche, monsieur Gagné, c'était une blague, histoire de détendre l'atmosphère. S.V.P. N'ayez pas la peau si mince car cela rend les échanges aussi sympathiques qu'une porte de prison. D'ailleurs vous êtes-vous demandé à quoi servaient les prisons et la police avant 78 ?

yvan gagnés a écrit le 23 mai 2012

bien facile de parler et de dire aux autre quoi faire quand c'est pas nous qui somme en avant. et surtout, pas tres utile de passer personnellement sur internet surtout avec les commentaire présentés du genre " on change un gouvernement reguilierement pour la meme raison que les couche ". contrairement a ce que certain peuvent penser, je suis certain que mr. le deputé investit son temps de bien meilleure facon que sur facebook twitter ou autre site de blabla rempli de commentaire inutile venant de gens aux opinions arretées. Pour ceux envers qui la loi 78 a pour effet le plus gros scandal connu prouvant le mauvais fonctionnement du gouvernement, sortez de votre tete l'idee de " on empeche tout ce qui ressemble aux manif, 10personnes ensemble parlant fort sont considérés comme manifestants, un pieton avec un foulard peut etre arreté pour le port du masque illegal, etc." youhou?? c'est peut-etre mieux de laisser les enragés briser les vitrine, lancer des morceaux d'asphalte aux policiers, arreter le metro avec des bombes fumigenes ? la loi sert a empecher les manifestation illegal, pas a empecher toute sorte de manifestation. les commercants a montreal ne sont surement pas toujours heureux de voir les vitrines de leur magasin en eclat. Et point de vue personel et appart : en effet cette greve fait parti de l'histoire , probablement la plus absurde. on se croirais en pleine jungle entouré de makake et babouin.

Martin Zibeau a écrit le 22 mai 2012

Monsieur le député, Lisez-vous ces commentaires des fois ? Est-ce que ça vous tente d'y prendre part ? Moi, je vous encourage à le faire. Vos opinions comptent, et surtout, les questions que vous nous poseriez pourraient nous aider nous. Peut-être n'est-ce pas le cas dans la vraie vie, mais le rôle de député que j'imagine, est celui d'une personne proche des gens. Avant la "ligne de partie", il y a l'opinion des gens de votre circonscription. Êtes-vous d'accord ? Je vous encourage, monsieur Arsenault, à prendre part aux débats de société qui a lieu présentement. Les étudiants, nous ont ouvert la voie, peut-être pas de la manière dont 100% de la population l'aurait souhaité, mais bon ! Personnellement, j'aimerais bien revoir le Damien Arsenault que j'ai rencontré dans le courant de la dernière élection. Si ce message se rend à vous (et je n'ai aucun doute que quelqu'un de votre équipe, sinon vous, en prendrez connaissance), prenez-donc la parole. Sur Facebook, dans le milieu des commentaires du Graffici, sur les blogues citoyens. Me semble que ça nous permettrait de croire, même juste un peu, que le rôle d'un député en 2012 n'est pas seulement celui d'un pantin qui vote au gré des ficelles d'un parti. S'il-vous-plait, parlez-nous directement, c'est si facile. J'attends de vos nouvelles Martin

Bilbo a écrit le 22 mai 2012

Il n'y a pas de service au numéro que vous avez composé. Veuillez raccrocher et composer de nouveau. Ceci est un message enregistré.

Mathieu Fournier a écrit le 22 mai 2012

Merci Monsieur Picard.

Maryse Goudreau a écrit le 22 mai 2012

J'aimerais élire un député qui s'oriente avec l'avis des experts du barreau du Québec et qui ne s'improvise pas comme un pseudo expert en droit. J'aimerais aussi qu'il adopte une position qui dénonce à la fois l’esprit et les effets du projet de loi 78 qui créer une forme de criminalisation du droit de manifester en plus de bafouer les libertés fondamentales protégées par les Chartes canadienne et québécoise des droits et libertés, notamment en reniant trois garanties de notre société libre et démocratique; les libertés d'expression, de réunion pacifique et d'association. J'aimerais aussi qu'il offre sa juste part d'écoute aux gens qu'il juge minoritaire au lieu de les mépriser.

Albert Picard a écrit le 22 mai 2012

Monsieur Doris Bélanger, ne saviez vous pas qu'en lisant La Presse du samedi 19 mai 2012 vous avez été victime d'une manipulation pernicieuse de l'information. Certain vont même jusqu'à affirmer que vous avez été le témoin d'un odieux mensonge. Ce sondage laisse entendre que le Québec est massivement en faveur de la loi 78, tout comme vous. Il faut savoir que ce sondage ne pose aucune question relative au droit de manifester et qu'il a été tenu avant même que soit rendu public l'entièreté du contenu de la loi. Vous n'êtes pas sans savoir non plus que monsieur Desmarais père est un proche ami de l'idole de notre député Arsenault, à savoir Jean Charest.

Mathieu Fournier a écrit le 22 mai 2012

Mme Poirier, D'abord, je n'ai pas traité de gueulards les gens qui approuvent la loi 78. Je parlais des tribuns sensationnalistes qui se targuent d'être du bord de la "majorité" et du gros "bon sens" pour faire valoir leurs opinions arrêtées et qui, le plus souvent, ont des allures conservatrices voire réactionnaires. Je pense ici aux R. Martineau, D. Lévesque, P. Larocque et S. Gendron, des gens qui, sans s'afficher "Charestiens", véhiculent clairement son idéologie.On patauge dans la malhonnêteté intellectuelle. D'ailleurs, la loi 78 n'a rien amélioré. en ce sens qu'elle empêche le dialogue entre les parties gouvernementals et étudiantes, qui est plus que souhaitable. Surtout, Mme Poirier, ce qui est souhaitable, selon moi, est que M. Charest quitte le parlement. Il y a trop longtemps qu'il nous manque de respect. Comme vous dites, Mme Poirier, "nous n'avons besoin que d'être respectueux". Et, contrairement à M. Charest et son parti qui ne respectent ni l'opinion d'une bonne tranche de peuple instruite, ni la Charte des droits et libertés avec une loi 78 répressive, ni l'opinion publique par le biais de sondages mésinterprétés (La Presse du 15 mai 2012), ni l'environnement avec un plan nord improvisé et critiqué, ni l'égalité, ni la liberté, ni la loi, bref, contrairement à M. Charest et son parti, je respecte votre opinion, même si je ne la partage pas. D'ailleurs, je suis certain que, si l'on se croisait et qu'on en venait à parler de la période d'indignation générale que vivent actuellement les Québécois et Québécoises un tant soit peu informés, on échangerait, on s'écouterait, on trouverait un terrain d'entente et on se dirait content d'avoir eu votre opinion Madame Poirier; moi aussi Monsieur Fournier, et passez une belle fin de journée; mais vous aussi; le poulet est en spécial cette semaine, profitez-en; justement, j'en cherchais... Parce que je crois que nous sommes comme ça, vous et moi, respectueux. Et j'aimerais don' que Charest prenne exemple sur nous. Mathieu Fournier P.-S. - "Les gouvernements et les couches doivent être changés régulièrement. Pour les mêmes raisons". (Avouez que je vous ai fait sourire.)

Albert Picard a écrit le 22 mai 2012

Monsieur le député Arsenault n'a pas encore remarqué que le desordre qui régnait avant 78 est le même désordre qui règne après l'adoption de 78. Ses attachés n'ont pas encore détecté que toutes les manifs tenues à Montréal depuis l'adoption de 78 ont été déclarées illégales. La cassette qu'il nous fait entendre aujourd'hui c'est celle qui avait été enregistrée avant l'adoption de 78. Monsieur le député Arsenault peut bien affirmer à tort que son gouvernement a été à l'écoute, la réalité est qu'il ne maîtrise pas le language des sourds. Ce mouvement ne se limite pas à un gel des frais de scolarité. Il s'oppose au principe de l'utilisateur-payeur en éducation. Il réclame une société juste et équitable. Des compagnies extrêmement profitables ne payent pas d'impôt aux Québec, et ce après avoir utilisé les ressources locales et après avoir fait des profits mirobolants. Et aujoird'hui il réclame le respect des droits fondamentaux d'association, de manifestation et d'expression. Si le gouvernement était réellement à l'ecoute il aurait compris au moins cela. Quelqu'un peut-il venir à l'aide de notre député avant que ses simagrées domestiques ne deviennent trop pathétiques?

Doris Bélanger a écrit le 22 mai 2012

J'aimerais bien que les gens comprennent le sens du mot democratie quand un majoritée approuvent les mesures adoptés par le gouvernement au pouvoir sondages crop la presse il me semble que d'etre logique est d'accepter le choix d'une majorité, c'est ce qu'il me semble etre le plus démocratique. Mr Fournier Mr Arsenault fut élu democratiquement par le peuple ce qui a mon avis exige un certain respect on peut etre d'accord ou pas mais vous pouvez toujours vous presenter au prochaine elections et essayer de faire mieux .

Lise Poirier a écrit le 22 mai 2012

J'aimerais dire à M.Fournier que cette majorité qui approuve la loi 78 n'a pas besoin d'être dans les rues à manifester pour exister ni d'être des gueulards(comme vous le mentionnez) pour comprendre le bon sens.Nous n'avons besoin que d'être respectueux.Mais sachez que nous existons quand même.Sachez aussi que M.Arsenault est très réaliste et qu'il a été élu par une population qui croyait en ses compétences. Merci de m'avoir lue.

Mathieu Fournier a écrit le 22 mai 2012

La majorité des Québécois approuvent la loi 78, dit M. Arsenault. Le nouveau député parle évidemment de la majorité qui ne sort pas dans les rues, celle qui ne se manifeste pas, celle que l'on n'entend qu'à travers une minorité d'éditorialistes gueulards, bref, la majorité qui n'a pas trop l'air d'exister. Quelque chose aveugle ce politicien, j'ai l'impression.

Yanik Element a écrit le 22 mai 2012

Il parle pour la majorité. La solution c'est des élections on va voir ce que la majorité en pense. Moi je vois ici un député obligé de suivre la ligne d'un partie qui improvise des solutions face à un peuple dégouté de ses politiques.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.