Art, culture et loisirs

Un livre de la région en nomination pour les Prix Égalité

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le livre d’art, Un Métier, ça n’a pas de sexe, réalisé par la Commission scolaire René-Lévesque et la Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie-les-Îles, est en nomination pour les prix Égalité.

Le livre d’art, Un Métier, ça n’a pas de sexe, réalisé par la Commission scolaire René-Lévesque et la Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie-les-Îles, est en nomination pour les prix Égalité. Photo : Courtoisie

Le livre d’art, Un Métier, ça n’a pas de sexe, réalisé par la Commission scolaire René-Lévesque et la Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie-les-Îles, est en nomination pour les prix Égalité, remis par le Secrétariat à la Condition féminine du Québec.

Cet ouvrage présente des photos d’œuvres en art visuel et des textes littéraires réalisés par près de 75 élèves et une vingtaine d’intervenants provenant de quatre établissements scolaires de la Baie-des-Chaleurs, soient l’école Antoine-Bernard de Carleton-sur-Mer, les centres d’éducation des adultes de Maria et l’Odyssée de Bonaventure ainsi que le Centre d’études collégiales Baie-des-Chaleurs.

Les œuvres qui se retrouvent dans le livre sont inspirées par le parcours de 26 femmes de la région qui ont choisi des métiers traditionnellement masculins. L’objectif de la production artistique est de briser les préjugés au sujet de la pratique de métiers masculins par les femmes. «Plus le livre sera diffusé, plus on va sensibiliser les gens, alors c’est un plus. Nous sommes très heureuses de faire partie des finalistes. C’est aussi très valorisant pour ceux qui ont participé à ce projet éducatif», commente Mireille Chartrand, de la Table de concertation des femmes.

Au-delà du concours

Bien qu’elle se réjouisse de cette nomination, Mme Chartrand a tenu à mentionner que le livre vise à améliorer les conditions économiques des femmes de la région en favorisant leur intégration dans des milieux de travail traditionnellement masculin. Et à son avis, ce réflexe n’est pas encore suffisamment développé. «Il y a encore un énorme blocage. On remarque que les femmes sont plus portées à choisir de façon automatique des métiers traditionnellement féminins. Pourtant, en tant que société, je pense qu’on est rendu là», mentionne-t-elle.

Selon Mme Chartrand, plus il y aura de femmes qui pratiqueront des métiers traditionnellement masculins, plus la condition de la femme aura tendance à s’améliorer. «Les métiers dits masculins, comme ceux de la construction, les professions qui touchent l’ingénierie, la plomberie, l’électricité sont généralement bien rémunérés, alors c’est certain que ça peut diminuer l’écart salarial entre les femmes et les hommes», dit-elle.

Remise du prix

Délivrés par le ministère de la Culture des Communications et de la Condition féminine, les prix Égalité récompensent des projets qui encouragent l’égalité entre les hommes et les femmes.  Un Métier, ça n’a pas de sexe est finaliste dans la catégorie égalité économique, l’une des six catégories du concours. Les gagnants seront dévoilés par la ministre Christine St-Pierre au théâtre Capitole de Québec lors d’un gala animé par Geneviève Borne le 29 février. Le projet Coup de coeur, déterminé par le vote du public, sera aussi remis à cette occasion. Il est possible de voter en ligne avant le 24 février au www.prixegalite.gouv.qc.ca.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.