Politique

Les sylviculteurs demandent une rencontre avec Pauline Marois

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Il manque encore 4 millions dans les budgets en sylviculture dit le milieu forestier

Il manque encore 4 millions dans les budgets en sylviculture dit le milieu forestier Photo : Gracieuseté

CAPLAN - Devant le manque à gagner de plusieurs millions de dollars dans leur budget régulier, le Collectif des entreprises sylvicoles de la Gaspésie demandent une rencontre dans les plus brefs délais avec la première ministre Pauline Marois.

Ce sont pas moins de quatre millions de dollars que les cinq groupements forestiers, les cinq coopératives forestières et une entreprise privée, regroupés au sein du Collectif, demandent à Québec afin de boucler leur budget. À défaut de quoi, environ 115 emplois seront perdus dans la région. 

Tel est le message que plus de 200 personnes membres du Collectif ont scandé mercredi devant les bureaux du ministère des Ressources naturelles situés à Caplan. «Nous ce qu'on demande c'est quatre millions de dollars. On a aussi profité de l'occasion pour demander de meilleures conditions de travail», fait valoir le directeur général du Groupement forestier coopératif de la Baie-des-Chaleurs,Pierre-Luc Desjardins.

Rencontre avec Pauline Marois

C'est dans ce contexte que les sylviculteurs souhaitent obtenir une rencontre avec Mme Marois, tient à rappeler M. Desjardins. «C'est elle qui préside le plan de relance de la Gaspésie. On estime que le secteur sylvicole devrait être considéré comme une force (économique) dans la région. Notre forêt est plus productive que la moyenne québécoise. On est aussi la région où on peut compter sur la meilleure main-d'oeuvre qui est expérimentée et compétente. Et nos entreprises engagent localement, ce qui n'est pas le cas d'autres régions», affirme M. Desjardins.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.