Affaires municipales et développement régional, Affaires policières et juridiques

Les proches de Mirola Plusquellec exigent que la zone de l'accident soit sécurisée

Par ,
Les proches de Mirola Plusquellec ont déposé des fleurs, la semaine dernière, en sa mémoire. Ce geste vise également à demander aux conducteurs de ralentir à cet endroit emprunté par de nombreux piétons.

Les proches de Mirola Plusquellec ont déposé des fleurs, la semaine dernière, en sa mémoire. Ce geste vise également à demander aux conducteurs de ralentir à cet endroit emprunté par de nombreux piétons. Photo : Gracieuseté

CHANDLER — Les proches de Mirola Plusquellec, piétonne happée mortellement à Chandler la semaine dernière, exigent que la zone de l'accident soit rendue sécuritaire pour la circulation des piétons. 

Carole Johnson, fille de la victime, a accordé une entrevue à GRAFFICI.CA afin de sensibiliser la population à l'incident et au manque de sécurité de l'endroit. « C'est le quatrième accident qui arrive à cet endroit. On ne veut surtout pas qu'il en arrive un cinquième », lance-t-elle.

 

L'endroit de l'accident, à l'intersection de la rue des Recollets et du Boulevard René-Lévesque, à Chandler, est, selon la famille de Mirola Plusquellec, mal éclairé et dangereux. « À cet endroit, il fait noir et la limite de vitesse est de 70. Ça veut dire que les conducteurs vont se permettre de monter, parfois, jusqu'à 80 kilomètres-heure. Mais c'est tout près du centre commercial, beaucoup de gens traversent la rue à cet endroit », précise Carole Johnson. Elle estime qu'il est impératif que la municipalité prenne les choses en main et que l'endroit soit sécurisé soit par un passage pour piétons ou une baisse de la limite de vitesse, ainsi que par un éclairage adéquat.

 

Sensibiliser davantage

 

La semaine dernière, les proches de la victime de l'accident se sont rassemblés afin de lui rendre hommage, mais également dans le but d'inciter les conducteurs à ralentir. Ils ont déposé des fleurs à l'endroit de l'accident en mémoire de Mirola Plusquellec, en souvenir de celle qui a été une mère, une femme, une tante, une soeur, une amie. « Les fleurs vont faire revivre la mémoire de ma mère, mais on espère qu'elles vont également inciter les gens à ralentir quand ils vont se souvenir de l'accident », précise Carole Johnson. Ce dépôt de fleurs, sur un terreplein, a été encadré par la Sûreté du Québec et par un agent de sécurité pour éviter que la circulation rapide ne représente un danger pour la famille de Mirola Plusquellec.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.