Art, culture et loisirs

Les municipalités investissent plus en culture

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Un des lieux de diffusion de la culture en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, la Maison de la culture de Sainte-Anne-des-Monts.

Un des lieux de diffusion de la culture en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, la Maison de la culture de Sainte-Anne-des-Monts. Photo : Louis Tremblay

GASPÉ – Les dépenses culturelles des municipalités gaspésiennes ont considérablement augmenté entre 2009 et 2011, selon l’Observatoire de la culture et des communications du Québec.

L’étude «Les dépenses culturelles des municipalités en 2011», qui analyse les données des municipalités de plus de 5000 habitants, démontre que le taux de croissance annuel moyen des dépenses en services rendus a été établi à 9,5 %. La moyenne nationale est de 5,9 %

Au total, 4,8 millions de dollars ont été investis en 2011, comparativement à 4 millions de dollars en 2009.

La région fait bonne figure au niveau de l’augmentation des dépenses : la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est au 4e rang pour ce qui est du pourcentage de croissance durant la période étudiée, précédée par le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Capitale nationale et le Centre-du-Québec.

«C’est une bonne nouvelle, indique l’agent de concertation et de développement du Conseil de la culture de la Gaspésie, Joël Gauthier. Les municipalités ont un rôle à jouer dans le développement de la culture et elles le font.»

Par citoyen

Cette étude révèle également que les dépenses par habitant s’établissent à 53,33 $. C’est une croissance de 10,3 % par rapport à 2009.

À ce chapitre, la région se classe au 9e rang à l’échelle de la province, mais fait mieux que le Bas-Saint-Laurent, qui consacre 44,93 $ par habitant. La pire région est celle de Chaudière-Appalaches, avec un maigre 34,60 $ par habitant. La moyenne nationale est de 78,07 $.

«Quand on se compare, on se console. Il y a un effort réel des municipalités en faveur de la culture», souligne M. Gauthier.

Le financement

Le document révèle que le financement des dépenses culturelles provient principalement de la contribution municipale. Il ne donne pas de données précises pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, mais il indique que pour les régions éloignées, la contribution municipale s’établit à 79,9 %. La contribution des usagers, via les tarifications, vient au 2e rang avec 10,9 %.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.