Les mesures d’urgence levées aux Îles-de-la-Madeleine

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Les planteurs et monteurs de lignes d’Hydro-Québec n’ont pas chômé depuis leur arrivée aux Îles. Ils ont été si efficaces qu’ils ont dépassé l’objectif de rebranchement fixé par leur employeur.

Les planteurs et monteurs de lignes d’Hydro-Québec n’ont pas chômé depuis leur arrivée aux Îles. Ils ont été si efficaces qu’ils ont dépassé l’objectif de rebranchement fixé par leur employeur. Photo : Louis Vigneau

Au jour 6 de l’après-tempête de verglas qui a soufflé sur les Îles-de-la-Madeleine, la situation est pratiquement revenue à la normale.

Les mesures d’urgence ont été levées hier. À ce moment-là, le décompte se chiffrait à 179 résidences qui n’avaient pas encore retrouvé l’électricité.

La veille, Hydro-Québec avait dépassé son objectif de 1 100 clients qu’elle s’était fixé. Au final, elle en aura rebranché 1 358.

Charest apporte son soutien

Mercredi, le premier ministre du Québec, Jean Charest, a fait escale dans l’archipel. Il a annoncé qu’un programme pourrait couvrir les biens essentiels non couverts par les assureurs privés. Demeurant vague sur la nature et le montant admissible du soutien, il a cependant invité les sinistrés à s’adresser d’abord à leur compagnie d’assurance.

Rentré ce jour-là d’un séjour écourté au Burkina Faso en Afrique, où il aura passé 48 heures plutôt qu’une semaine, le maire des Îles, Joël Arseneau, a pu accueillir le premier ministre. Il était accompagné du député de l’endroit, Germain Chevarie et du président-directeur général d’Hydro-Québec, Thierry Vandal. Le maire en a profité pour faire valoir une revendication de longue date, soit l’allongement de la piste de l’aéroport de Havre-aux-Maisons, au coût de 5 millionsc$. Jean Charest a accueilli les doléances du maire, en précisant que c’était de juridiction fédérale.

Conséquences désastreuses de la panne d’électricité

Alain Poirier, de Havre-aux-Maisons, fait partie de ces abonnés qui ont été privés d’électricité pendant cinq jours. Même s’il trouvait l’attente plutôt longue, il affichait une certaine bonhomie devant la situation, tout en se considérant chanceux de disposer d’un poêle à bois pour se réchauffer et cuisiner.

L’homme, qui possède une bonne quantité de poissons et de viande congelés, avait placé ses vivres dans des bacs de plastique hermétiques qu’il avait enfouis dans la neige. Mais comme le climat s’est adouci et compte tenu des variations de température, le Madelinot appréhende maintenant que ses aliments soient devenus impropres à la consommation. « On ne prendra pas de chance, signale-t-il. On va tout jeter pour ne pas s’intoxiquer. » Il évalue cette perte à environ 1 000 $.

Par ailleurs, une génératrice défectueuse est à l’origine d’un incendie qui a complètement détruit, mercredi, une résidence de Havre-aux-Maisons. La propriétaire et une voisine qu’elle hébergeait ont souffert de brûlures mineures aux bras. De plus, l’une d’elles a subi un choc nerveux. Les deux dames, respectivement âgées de 67 et de 77 ans, ont été transportées au Centre hospitalier de l’Archipel. La maison, évaluée à 150 000 $, est une perte totale.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.