Politique, Cimenterie

Les libéraux disent oui à la cimenterie

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le ministre Jacques Daousta déclaré que « Ciment McInnis renforcera la compétitivité du Québec dans l’industrie du ciment sans être un concurrent des cimenteries intégrées qui sont exploitées au Québec »

Le ministre Jacques Daousta déclaré que « Ciment McInnis renforcera la compétitivité du Québec dans l’industrie du ciment sans être un concurrent des cimenteries intégrées qui sont exploitées au Québec » Photo : Thierry Haroun

PORT-DANIEL — Le gouvernement libéral confirme son appui financier de 350 M$ au projet de cimenterie d'un milliard de dollars de Ciment McInnis à Port-Daniel.

Le ministre de l’Économie, Jacques Daoust, en a fait lui même l'annonce au bureau de Ciment McInnis lundi matin à Port-Daniel. La contribution d’Investissement Québec comprend un prêt de 250 M$ et un investissement de 100 M$ en capital-actions. S’ajoute à cela 100 M$ déjà annoncés par la Caisse de dépôt et placement du Québec en janvier dernier et qui n’ont pas été remis en cause.

Ce sont les mêmes sommes que le précédent gouvernement péquiste avait annoncées le 31 janvier dernier. Mais l'actuel gouvernement a voulu faire trois vérifications avant d'y donner son feu vert, soit de s'assurer de la solidité du plan d'affaires, que chaque partie impliquée assure sa part de risque et que le financement respecte les critères des accords internationaux.

Des flèches aux péquistes

Questionné pour savoir si le précédent gouvernement n'avait pas fait ses devoirs comme il se doit, le ministre a rétorqué que « le gouvernement précédent ne pouvait pas réaliser ce qu'il ne connaissait pas, c'est-à-dire le métier. Moi, ce que j'ai vu, c'est que ce [le précédent contrat] n'était pas suffisamment sûr. On était trop à risque comme gouvernement de répéter les mauvaises expériences qu'on avait déjà connues ».

Le ministre faisait ici référence à la relance avortée de l'usine Gaspésia à Chandler. « Je pense qu'il est tout à fait normal, quand vous regardez un projet de cette envergure, qu'un gouvernement qui arrive au pouvoir veuille le regarder de A à Z », a déclaré le président de Ciment McInnis, Christian Gagnon qui a tenu à rappeler que les travaux de construction ont commencé. « Et très bientôt, on va afficher sur notre site Internet le nom des différents entrepreneurs au fur et à mesure qu'ils auront des contrats qui vont varier d'environ 5 à 100 M$ ».

Par ailleurs, nombreux sont ceux et celles qui ont salué cette nouvelle. Les bureaux de Ciment McInnis  étaient bondés de gens du milieu des affaires et de la classe politique.
La préfète de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, et le maire de l'endroit, Henry Grenier affichaient un large sourire. Même chose du côté du directeur de la Chambre de Commerce Baie-des-Chaleurs, Maurice Quesnel, qui juge que Québec a bien fait de faire toutes les vérifications nécessaires avant de financer le projet. « Ça nous démontre que ce gouvernement veut que les choses avancent économiquement, mais qu'il ne donnera pas de l'argent d'un bord et de l'autre.»

La cimenterie prévoit la création de 400 emplois directs et indirects pendant l'exploitation qui est prévue en 2016.


5 commentaires

Sébastien Pagé a écrit le 3 juin 2014

Le tribunal de l'Alena est un organisme sans réel pouvoir, car trop lent on la bien vue dans le dossier du bois d'oeuvre.Si l'on change une virgule dans les contrat (exageration) ont doit retourner à 4-5 ans de tribunal. Le buy américain act en est aussi une preuve flagrante. Mais si ce sont des prêts à un taux raisonable et une prise de capital à un cout qui est proche des fondamentaux, je ne vois pas ce que OMC pourrais dire.

Hélène Morin a écrit le 3 juin 2014

Le gros bon sens ?

Jean-Francois Samuel a écrit le 3 juin 2014

Alea jacta est! Bonne chance avec le tribunal de l'Alena et le buy America act.

Bilbo Cyr a écrit le 2 juin 2014

la démocratie?

Paul Hachey a écrit le 2 juin 2014

Excellente nouvelle pour toute la région. Je suis extrêmement fier que le Gouvernement maintienne cette décision malgré les oppositions vertes et du lobbying des autres cimenteries. Ça me redonne confiance en la démocratie. Finalement, le gros bon sens aurait eu raison.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.