Les libéraux devront s'occuper de la région, disent préfets et CRÉGÎM

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le gouvernement libéral devra poursuivre le plan de relance de la Gaspésie, selon le président de la CRÉGÎM, Daniel Côté.

Le gouvernement libéral devra poursuivre le plan de relance de la Gaspésie, selon le président de la CRÉGÎM, Daniel Côté. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ –  Les acteurs politique et économique de la région estiment que le nouveau gouvernement Couillard devra s'occuper de la Gaspésie, au lendemain de l'élection provinciale qui amène la péninsule dans l'opposition.

« Le nouveau gouvernement devra continuer de tabler sur les axes de développement identifiés dans la Stratégie de développement de la région. Le nouveau gouvernement devra mettre la partisanerie de côté », indique le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Daniel Côté.

Il souligne que le gouvernement Couillard devra se faire rassurant dans le dossier de l'éolien. « 1200 travailleurs dépendent de ce dossier-là. On n'a pas les moyens de prendre une pause après le prochain appel d'offres. On devra sensibiliser M. Couillard aux impacts que pourrait avoir la prise d'une pause dans le développement pour la région », ajoute M. Côté.

Il entend les points positifs sur le chemin de fer et la cimenterie. « Il faudra que le gouvernement se compromette rapidement », dit-il.

Des préfets aux aguets

Les préfets de Bonaventure et de Côte-de-Gaspé soulignent que les libéraux devront tenir compte du choix des Gaspésiens. « Dans un système démocratique, ce sont les citoyens qui choisissent. Il faudra peut-être travailler d'une autre façon afin de faire savoir au gouvernement actuel que les projets qui sont en marche se concrétisent et que le gouvernement soit réceptif face aux projets à venir », explique le préfet de Bonaventure, Jean-Guy Poirier.

« Ils connaissent nos priorités », ajoute la préfète de la MRC de la Côte-de-Gaspé, Délisca Ritchie-Roussy. « Je vais travailler avec le gouvernement en place et je compte beaucoup sur notre député pour faire valoir nos revendications et nos priorités », dit Mme Ritchie-Roussy. « C'est le gouvernement de tous les Québécois. On se doit d'avoir une écoute attentive de leur part [les libéraux]. On a un député. Qu'il ne soit pas d’allégeance des députés de la majorité, ils vont débattre des priorités de chaque municipalité, chaque MRC ».

Et la cimenterie

GRAFFICI.CA a tenté de parler au président de Ciment McInnis de Port-Daniel-Gascons, Christian Gagnon, sans succès. Toutefois, en entrevue mardi midi à CHNC, M. Gagnon estime que beaucoup de choses plus ou moins exactes ont été dites durant la campagne.
« Le message a été très mal véhiculé sur ce qu'est le projet, ce qu'est le support financier à travers ça. On a laissé ou fait accroire aux gens qu'on obtenait des subventions quand on n'a aucune forme de subvention dans la mise sur pied de la cimenterie », déclare M. Gagnon.

Il souligne que la Caisse de dépôt et placement du Québec investit 100 M$ tout comme Investissement Québec. Un prêt de deuxième rang de 250 M$, avec prime sur intérêt, vient compléter le montage financier public.

« Il n'y a pas de cadeau dans ça. Émettre l'opinion que c'est un très grand cadeau et que c'est mauvais pour le Québec en général, ce n'est pas une bonne idée. C'est un projet porteur pour le Québec qui va générer des sous dans la cagnotte de l'État à moyen et long terme », conclut M. Gagnon.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.