Politique

Les libéraux conservent leur château fort dans Bonaventure

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les électeurs du comté de Bonaventure ont accordé leur confiance au candidat libéral, Damien Arsenault, pour succéder à la très populaire Nathalie Normandeau.

Les électeurs du comté de Bonaventure ont accordé leur confiance au candidat libéral, Damien Arsenault, pour succéder à la très populaire Nathalie Normandeau. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Après 33 jours de campagne, le Parti libéral (PLQ) est parvenu à conserver sa forteresse libérale dans le comté de Bonaventure. Avec 49,4 % des voix, son candidat, Damien Arsenault, est arrivé en tête du scrutin, devant le péquiste Sylvain Roy, qui a récolté 37,2 % des voix.

L’insatisfaction contre le gouvernement Charest à l’échelle provinciale n’aura donc pas eu raison du fief libéral de Bonaventure. Les électeurs ont opté pour la continuité en accordant leur confiance à Damien Arsenault pour succéder à la très populaire Nathalie Normandeau, qui a démissionné le 7 septembre dernier.

L’héritage de l’ex-députée semble d’ailleurs avoir fortement aidé M. Arsenault à remporter les élections. Un sondage réalisé pour GRAFFICI.CA et CIEU-FM publié la semaine dernière a révélé que parmi les personnes interrogées qui avaient l’intention de voter pour le PLQ, 44 % se disaient motivées par leur satisfaction envers le travail de Mme Normandeau.

Visiblement enchanté par les résultats du scrutin, M. Arsenault a promis d’être à l’écoute de tous les citoyens de Bonaventure. «Ce soir, la population m’a donné le mandat de continuer à développer nos communautés et c’est ce que je ferai. Je serai le député de tous les citoyens. Ma priorité c'est le secteur forestier. C'est ce sur quoi je vais me préoccuper rapidement pour que les gens retrouvent leur emploi», a mentionné celui qui poursuit une longue tradition libérale dans le comté.

Le Parti libéral règne sur le comté depuis plus de 50 ans, à l’exception de la période de 1994 à 1998, période pendant laquelle le péquiste Marcel Landry représentait les gens de Bonaventure à Québec. Mme Normandeau a facilement battu le PQ lors des trois dernières élections. En 2008, elle a obtenu 64,2 % des voix contre 29 % pour le PQ.

En récoltant 49,4 % des voix, le PLQ subit donc une baisse de 15 % par rapport aux dernières élections. Pour sa part, le PQ augmente ses appuis de 8 %.

Autres résultats

Comme le PLQ, Québec solidaire (QS) peut crier victoire. Sa candidate, Patricia Chartier, a obtenu 8,9 % des voix, ce qui représente une hausse de six points comparativement à l’élection générale de 2008, alors qu'elle avait recueilli 3 % de l’appui populaire.

Le candidat de l’Action démocratique du Québec, George Painchaud a obtenu 2,2 % des voix dans ce qui pourrait être la dernière campagne de l’histoire de son parti, s’il se fusionne avec la Coalition avenir Québec.

Les deux autres candidats, Jean Cloutier du Parti vert et Martin Zibeau de la Coalition Sans-parti, ont récolté respectivement 1,29 % et 0,82 %.

Le taux de participation des électeurs a atteint 54,55 %, un résultat honnête pour une partielle. Il est cependant inférieur au taux de participation de 58,02 % enregistré lors de l'élection en 2008. Un total de 29 481 étaient inscrits sur la liste électorale.

Victoire importante

La victoire du Parti libéral revêt une grande importance pour le gouvernement libéral. Ébranlé par les scandales dans l’industrie de la construction et faisant face à un taux d’insatisfaction considérable, les libéraux peuvent souffler un peu avec cette victoire de M. Arsenault.

À l’opposé, il s’agit d’un coup dur pour la chef péquiste, Pauline Marois, dont le parti n’a pas réussi à capitaliser sur l’insatisfaction à l’égard du gouvernement pour arracher le comté aux libéraux.

Mme Marois, qui a toujours refusé de considérer cette partielle comme un test, a promis de revenir en Gaspésie en déclarant que «la prochaine fois sera la bonne». Elle a ajouté vouloir continuer à expliquer les idées de son parti pour «changer la politique» et pour «bâtir un pays».

Pour sa part, la candidate de QS, Patricia Chartier, reçoit les résultats de cette élection comme une «victoire» et estime que les 33 derniers jours ont été un «bon entraînement» pour la prochaine élection générale. «C’est inespéré. On a triplé notre résultat de la dernière fois. Notre équipe a bien travaillé avec les moyens qu’elle avait. On a bien réussi à faire valoir nos idées», a-t-elle déclaré. 

Du pain sur la planche

Âgé de 51 ans, père de quatre enfants, Damien Arsenault passe donc de maire de Saint-Elzéar à député provincial de Bonaventure. Comme il l’a répété au cours de sa campagne électorale, il travaillera à la création d’une table de synergie avec les industriels du milieu forestier pour relancer l’industrie forestière dans Bonaventure.

Il mettra aussi en place un forum sur le développement durable pour s’assurer de l’acceptabilité sociale de tout projet d’exploration ou d’exploitation des ressources naturelles, dont les hydrocarbures.

Les résultats

Damien Arsenault, Parti libéral du Québec : 7887 voix ; 49,46 %
Sylvain Roy, Parti québécois : 5935 voix ; 37,22 %
Patricia Chartier, Québec solidaire : 1422 voix ; 8,92 %
Georges Painchaud, Action démocratique du Québec : 365 voix ; 2,29 %
Jean Cloutier, Parti vert du Québec : 205 ; 1,29 %
Martin Zibeau, indépendant : 131 voix ; 0,82 %

11 commentaires

Sébastien Lévesque, Citoyen a écrit le 6 décembre 2011

Surprenant? Trop prévisible au contraire. Voir mes commentaires du 12 novembre http://www.graffici.ca/blogues/bloguedulibre/2011/11/11/le-pq-pourrait-l%E2%80%99emporter-dans-bonaven/#comments

Mathieu Ruel a écrit le 6 décembre 2011

Bravo à tous les candidats. Cette campagne s'est déroulé sobrement, sans débordement et dans le respect.

Cécile Marcoux a écrit le 6 décembre 2011

Bravo M. Arsenault! Vous avez travaillé fort et ça porté fruit. On voyait que vous étiez au courant des dossiers, même si vous n'étiez pas le seul. Votre expérience vous a bien servi ainsi que l'héritage que Nathalie Normandeau a laissé au comté. 74% des québécois se disent insastisfaits de votre chef mais vous l'avez quand même emporté haut la main. J'ose espérer que les gens qui ont voté pour la Gaspésie (qui a toujours été très bien servie par le gouvernement libéral) ne mettront pas le reste du Québec dans l'embarras. Comme Madame Normandeau l'a fait, peut-être apporterez vous une touche d'intégrité et de transparence au sein de ce parti qui en a grandement besoin, et ce plus que jamais. Maintenant que tout est dit, il vous reste à faire. Bonne route!

Simon a écrit le 6 décembre 2011

J'ai mal à mes racines. C'est à perdre la foi dans le genre humain. Un gouvernement de corrompus dont on dévoile le plus récent scandale. Le marchandage de l'éducation de nos enfants. Des enquêtes bidons, des enveloppes "bétons". Troublant qu'on trouve encore du monde pour voter pour cette clique. Et la moitié du monde qui va même pas voter. Écouter, apprendre, aimer Pis la Normandeau qui sort de sa cachette. Dis-nous, dis-nous, qu'est-ce qu'ils t'ont promis pour que tu vienne faire la belle à coté d'un autre pion. Dis Nathalie, elles trempent dans quoi tes racines toi? C'est quoi le prochain sapin? Empathie, entraide, solidarité J'aime la vie et les humains mais notre trop grande crédulité m'attriste. Vigneault a chanté: "Dans tout québécois un homme sommeille qui prétend qui veille sans lever le doigt Moi j'prétends qui dort, il faut que j'le réveille Il faut que j'le réveille avant d'm'endormir" Ti ta di de la Ta ti de lom!!

Antoine Deraiche a écrit le 5 décembre 2011

Le facteur déterminant du résultat de cette partielle dont on a pas parlé durant cette campagne, c'est que l'électorat de Bonaventure conprend une base solide de fédéralistes. On se rappellera que les électeurs de Bonaventure ont dit non haut et fort lors du référendum de 1995. Pour le PQ prendre Bonaventure, c'est aussi improbable que de voir les libéraux prendre la circonscription de Borduas.

lavallée isabelle a écrit le 5 décembre 2011

Tu as bien raison Bilbo! je fais partie du Québec qui vous regarde et oui, je constate que les électeurs choisissent encore les libéraux, malgré tous les scandales. Félicitations et salutations à Martin Isabelle, de La Malbaie

Martin Zibeau a écrit le 5 décembre 2011

Félicitation à M. Arsenault. Comme je l'ai déjà dit lors d'un des débats auquel j'ai participé, c'est un honneur de pouvoir faire parti d'une démarche telle que de demander aux citoyens et aux citoyennes d'une région donnée de nous accorder leur confiance en tant que représentant des gens de cette région. Je n'ai aucun doute qu'une personne telle que M. Arsenault fera tous les efforts nécessaires afin de répondre aux attentes des gens de la circonscription de Bonaventure. J'ai évidemment de sérieux doutes quand à la possibilité de n'importe quel individu voulant défendre nos régions à l'intérieur d'un parti tel que le PLQ, mais ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué (bien qu'il y ait déjà quelques peaux sur le plancher des libéraux à Québec). Bonne chance M. Arsenault, je sais que vous avez les gens du comté à coeur et j'espère que vous saurez placer l'intérêt de ceux-ci devant les intérêts de votre parti. Au plaisir de travailler avec vous sur le terrain à l'établissement d'une société où chaque citoyen pourra bientôt se vanter d'y vivre dignement.

Églantine Lalonde a écrit le 5 décembre 2011

C'est une honte en effet d'applaudir pour la victoire de la grosse machine libérale.... je dis au contraire OUach OUach OUach !! et pour rajouter... Libérez-nous des libéraux !

Olivier Wafer Blais a écrit le 5 décembre 2011

Un résultat très étonnant ... !

Bilbo a écrit le 5 décembre 2011

Réélire un libéral pendant que le Québec au complet nous regarde. La honte! Ca prouve surtout que la machine rouge marche encore bien dans le compté. Vivement les élections générales... À la prochaine fois, comme disait l'autre.

John et Georgette Horn a écrit le 5 décembre 2011

Nous lui avons accordé notre confiance...........l'avenir nous le prouvera..............BRAVOS................

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.