Les jeunes de la Gaspésie fument plus qu’ailleurs au Québec

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Près de 10 % des élèves du secondaire en Gaspésie et aux Îles fument la cigarette quotidiennement.

Près de 10 % des élèves du secondaire en Gaspésie et aux Îles fument la cigarette quotidiennement. Photo : GRAFFICI.CA

L’enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire au Québec révèle que les jeunes de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine fument davantage que les autres adolescents de la province. 

Selon cette étude réalisée en 2010-2011 par l’Institut de la statistique du Québec pour le ministère de la Santé et des Services sociaux, 12% des jeunes du niveau secondaire de la région fument quotidiennement ou occasionnellement, alors que la moyenne québécoise se chiffre à 6,9%.

La différence est encore plus importante chez les fumeurs quotidiens, alors que 8% des jeunes interrogés dans la région ont affirmé fumer tous les jours, comparativement à 4% au Québec.

Au total, 3804 des 4563 élèves du secondaire de la Gaspésie et des Îles, inscrits en 2010-2011, ont participé à l’étude.

Une tendance?

L’agente de recherche à la Direction de la santé publique à l’Agence de la santé et des services sociaux Gaspésie-les-Îles, Nathalie Dubé, souligne qu’il n’est pas possible de savoir si l’usage de la cigarette est en hausse ou en baisse dans la région, car il s’agit des premières données collectées à ce sujet en Gaspésie.

Par contre, note-t-elle, le taux de tabagisme presque deux fois plus élevé chez les jeunes de la Gaspésie, comparativement à la moyenne québécoise, est préoccupant. «Nous analyserons ces résultats au cours des prochains mois pour mieux comprendre cette différence. Ce qu’on sait pour le moment, c’est que cette réalité touche autant les filles que les garçons et qu’elle se constate à tous les niveaux du secondaire», mentionne-t-elle.

À l’instar de Mme Dubé, Christianne Paquette, coordonnatrice en santé communautaire pour l’Agence, s’explique mal pourquoi les jeunes Gaspésiens et Madelinots fument davantage qu’ailleurs au Québec.

«Beaucoup d’initiatives existent, ici comme ailleurs, pour sensibiliser les jeunes du secondaire aux méfaits du tabagisme», souligne-t-elle, en faisant référence au programme de la gang allumé et au défi j’arrête j’y gagne. «Ces données démontrent que nous devons continuer le travail de prévention, dans toutes les sphères de la société.»

Les environnements sans fumée, les messages de prévention sur les paquets de cigarette et les campagnes de santé publique nationale sont «tous des pas dans la bonne direction», poursuit Mme Paquette. «Il faut continuer dans le même sens pour parvenir à changer les comportements à long terme.»  

Autres données

L’enquête montre par ailleurs que 29% des jeunes interrogés dans la région ont consommé de la drogue au cours des 12 derniers mois, alors que la moyenne québécoise s’élève à 26%.

La consommation d’alcool est un peu plus élevée chez les jeunes du secondaire en Gaspésie et aux Îles qu’ailleurs au Québec, alors que 70% ont bu de l’alcool au cours des 12 derniers mois, alors que la moyenne provinciale est de 60%.

Près de la moitié des jeunes de 14 ans et plus dans la région (48%) ont déjà eu une relation sexuelle comparativement à une moyenne de 37% au Québec. En Gaspésie et aux Îles, 36% ont affirmé de ne pas avoir utilisé de condom lors de leur dernière relation sexuelle.

Enfin, 72% des jeunes du secondaire de la Gaspésie et des Îles considèrent leur santé très bonne, soit pratiquement le même pourcentage que la moyenne provinciale. (71%)

Chiffres en bref

-74% des jeunes du secondaire de la région ne font pas suffisamment d'activité physique (moyenne québécoise : 70%)

-35% des jeunes du secondaire de la région consomment tous les jours des boissons sucrées, des grignotines ou des sucreries (moyenne québécoise : 31%)

-19% des jeunes du secondaire de la région font de l’embonpoint (moyenne québécoise : 14%)

-9% des jeunes du secondaire de la région souffrent d’obésité (moyenne québécoise : 7%) 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.