Transport

Les gens d’Orléans Express « heureux », de la décision de la CTQ

Par ,
Photo 2: L'avocat David Blair et Marc-André Varin, d'Orléans Express, ont réussi à convaincre la CTQ que leurs doléances l'emportaient à tout coup sur l'argumentaire du public, lors des audiences en août.

Photo 2: L'avocat David Blair et Marc-André Varin, d'Orléans Express, ont réussi à convaincre la CTQ que leurs doléances l'emportaient à tout coup sur l'argumentaire du public, lors des audiences en août. Photo : Gilles Gagné

CARLETON-SUR-MER – Le porte-parole d’Autocars Orléans Express, Marc-André Varin, exprime de la satisfaction suite à la décision de la Commission des transports du Québec d’accepter intégralement les changements soumis à ce tribunal administratif, changements qui ont pour effet de supprimer quatre des six voyages quotidiens entre Rimouski et la Gaspésie.

M. Varin se déclare « heureux » et « agréablement surpris » du verdict de la Commission des transports (CTQ), qui a aussi pour effet de supprimer la desserte le long des 100 kilomètres séparant Grande-Rivière de Gaspé, dont Percé.
 
« On tient à souligner le courage de la Commission des transports du Québec d’avoir accepté toutes les demandes et rapidement. C’est une étape importante pour la compagnie. Toutefois, on reconnaît un impact important à court terme sur plusieurs employés. Mais ça va permettre la survie et la poursuite des activités d’Orléans », précise M. Varin.
 
La société-mère d’Orléans Express, Keolis Canada, avait fait des profits pendant 11 années consécutives avant de déclarer une perte de 3,5 M$ en 2013. Sommairement, les profits et l’achalandage étaient en baisse depuis la récession de 2008-2009. Récemment, le transporteur a reçu une aide d’urgence de 450 000 $ de la part de l’État québécois, pour assurer la continuité de son service en attendant la décision de la CTQ.
 
Les changements entreront en vigueur le 1er janvier, au milieu du congé des Fêtes, une autre situation dénoncée par les Gaspésiens.
 
Marc-André Varin assure n’y être pour rien, parce qu’on « n’a pas dit le 1er janvier 2015 dans notre demande. On voulait plus tôt que ça soit le 6 juillet. On va analyser tout ça. Il y a les répercussions sur les conducteurs. Je vais faire le point (…) On fera des communications. C’est mon intention de retourner dans les régions pour la mise en œuvre, pour arrimer avec d’autres services. Il y a du travail à faire. Le travail commence en fait ».
 
M. Varin précise en outre que pour les usagers, « les horaires vont changer, le nombre d’arrêts sera réduit pour qu’on devienne un service semi-express ». Il restera 13 arrêts à l’est de Rimouski, environ quatre fois moins que maintenant.
 
Philippe Toone déplore la décision de la CTQ

Fort actif lors des audiences de la Commission des transports dans la péninsule en août, le député fédéral de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, déplore la décision de l’organisme réglementaire.
 
« Je crois que la CTQ a manqué à son mandat de protéger le grand public, particulièrement la population des régions. Elle a favorisé les profits d’une entreprise privée au détriment de l’économie de notre région et de la qualité de vie de nos citoyens », dit-il.
 
Il ajoute que la CTQ a basé sa décision sur des données incomplètes, parce qu’elle n’a pas tenu compte des revenus venant du transport des colis.
 
Dans les faits, la Commission des transports avait fait valoir, suite à une question de M. Toone en août à Carleton, que les colis n’étaient pas sous sa juridiction.
 
À ce moment, Marc-André Varin, avait indiqué ne pas avoir sous la main les chiffres liés aux colis. La Commission a par contre demandé à voir ces chiffres lors d’audiences supplémentaires à Québec, les 10 et 11 septembre.
 
« Des états financiers détaillés ont été présentés, mais scellés. Ce n’est pas de l’information que nous sommes “confortables” de rendre publique », dit Marc-André Varin.

2 commentaires

https://www.resumeedge.com a écrit le 19 octobre 2019

I had a great experience with their service. My writer was very professional and helpful in my resume. Awaiting for my LinkedIn service and hopefully I will be able to find a good job. Thank you for a great product. I am definitely recommending your https://www.resumeedge.com service to my friends.

Michel L. Fréchette a écrit le 14 octobre 2014

Je reviens sur les audiences de la Commission des Transports du Québec dont celle tenue à Gaspé. Je retiendrai de l’article signé par M. G. Gagné la citation suivante relativement aux états financiers : « Ce n’est pas de l’information que nous sommes “confortables” de rendre publique », dit Marc-André Varin. Or, ce représentant de Keolis pouvait-il ne pas déposer les chiffres en amont de la tenue des audiences largement annoncées et publicisées? Au risque de me répéter, dans la conclusion de mon mémoire déposé au Président, j’invoquais qu’il serait judicieux de pouvoir estimer la valeur des arguments sur les pertes prétendues de Keolis à la lumière des informations comptables. Je m’appuyais alors, tel que référé, à l’article 44.10 qui lui-même s’appuie sur l’article 44.7 du document suivant : CIT chapitre T-12, r. 11 Règlement sur la procédure de la Commission des transports du Québec Loi sur les transports (chapitre T-12, a. 48) SECTION V.1 DOSSIERS DE LA COMMISSION … 44.7. Une personne peut, sur demande, avoir accès et obtenir copie de tout document qui a un caractère public. Décision 2001-10-31, a. 1. … 44.10. Ont un caractère public les renseignements suivants des dossiers de la Commission qui s'ajoutent, le cas échéant, à ceux du Registre des propriétaires et des exploitants de véhicules lourds: le cas échéant, le numéro du demandeur au Registre des propriétaires et des exploitants de véhicules lourds et les renseignements qu'il fournit à la Commission au soutien de sa demande dans les questions où la Commission exerce un pouvoir discrétionnaire. Ont aussi un caractère public les renseignements produits par un demandeur concernant les connaissances, l'expérience et les habiletés d'un demandeur, les renseignements de même nature concernant ses ressources humaines, la liste des actionnaires, des administrateurs ou sociétaires d'un demandeur et leur participation dans l'entreprise, sa flotte de véhicules, les renseignements de même nature contenus dans les contrats et les lettres de crédits ou d'appui, ses états financiers annuels ainsi que, le cas échéant, les contrats d'abonnement aux services de courtage et le contrat d'engagement du directeur. Décision 2001-10-31, a. 1. FINCIT Il était apparent que les chiffres présentés lors de la session tenue à Gaspé par la délégation de Keolis étaient incomplets dans la période de couverture et dans les rubriques budgétaires et qu’un faux débat sur de fausses questions fut quand même administré au public. Tout et son contraire pouvait être dit en l’absence de données solides et on comprendra que dans une tel décorum, Keolis se soit prêté à ce petit jeu simulacre de transparence. Nous ne sommes pas le tribunal administratif et nous n’entendons aucunement nous y substituer mais pour que l’exercice soit crédible, surtout dans l’acceptation des dommages collatéraux que nous aurons tous à vivre, il faudrait minimalement respecter les règlements qui conditionnent la tenue de telles audiences. Un dossier financier se devait d’être disponible et si nos sociétés et organismes de gouvernance ont reçu une telle information, aucun témoin entendu cette journée n’a eu d’argumentaire pour contre interroger le procureur du transporteur sur les allégations. Encore une fois, les émotions et les interprétations ont largement pris l’espace de la froide rationalité. À moins que tout cela ne soit qu’une simple mise en scène pour un scénario déjà convenu… Rappelons cependant que le sujet traité porte essentiellement sur une question de gros sous pour cette société dite privée même si financée par la SNCF et la Caisse de Dépôt et d’une rentabilité soudainement perdue et prétendument causée par les régions. Il aurait été de la plus élémentaire décence de traiter le sujet correctement et non de prétendre à des effets de toge par des manœuvres de diversion. Au fait, nous sommes toujours dans l’attente des bilans financiers complets incluant le poids de la dette pour le parc de véhicules même si la décision est maintenant prise. La Gaspésie qui aspire à du réel développement n’avait surtout pas besoin de se voir amputer à froid d’un tel instrument et de devoir maintenant se mobiliser pour trouver des solutions en quêtant des subventions alors qu’une série de propositions pouvaient encore être mises sur la table et valorisées. Comment ces gens de Keolis peuvent-ils se pavaner « heureux » et « agréablement surpris » avec la décision de la CTQ en poche? La désespérance d’une population flouée serait-elle si jouissante? Devant un tel comportement, on devrait s’attendre à ce que nos élus et élues deviennent de véritables représentants de la population qui elle, ne perdra pas sa dignité.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.