Éducation

Les étudiants du campus de Gaspé dans la rue

Par Maïté Samuel-Leduc, graffici.ca
Tout comme celui de Montréal, le centre-ville de Gaspé a été le théâtre d'une manifestation étudiante cet après-midi.

Tout comme celui de Montréal, le centre-ville de Gaspé a été le théâtre d'une manifestation étudiante cet après-midi. Photo : Maïté Samuel-Leduc

Plus de 225 personnes ont manifesté jeudi après-midi au centre-ville de Gaspé pour manifester contre la hausse des frais de scolarité annoncée par le gouvernement Charest.

C’est en scandant des «so-so-so-solidarité» que des citoyens et des représentants syndicaux se sont joints aux étudiants collégiaux et du secondaire.

Le président de l’Association générale des étudiants du cégep de la Gaspésie et des Îles,  Vincent Olivier-Bastien, s’est dit fier de ce point culminant de la grève étudiante qui dure depuis plusieurs semaines. «On est contents du résultat. Et si ça ne change rien,  ça voudra dire que le gouvernement n’est pas représentatif, qu’il n’écoute pas la population qui se mobilise», a-t-il lancé.

Rappelons que les étudiants du campus de Gaspé sont en grève depuis le 8 mars dernier et le seront jusqu’au 26 mars.

La manifestation au centre-ville de Gaspé s’est déroulée au moment où plusieurs dizaines de milliers d’étudiants ont pris d’assaut les rues de Montréal.

Selon le président de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Gabriel Nadeau-Dubois, les manifestants ont été deux fois plus nombreux que prévu. Il estime la foule à plus de 200 000. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dit ne pas avoir fait d’estimation du nombre de personnes.  

6 commentaires

H Morin a écrit le 25 mars 2012

Je vous invite à consulter les solutions portées par la société civile à l’adresse suivante : http://www.nonauxhausses.org/wp-content/uploads/Alternatives-version-8x113.pdf Vous constatez que le gouvernement à la possibilité de récupérer environ 9 milliards par année. 9 milliards! Plusieurs idées sont proposées. Cela va de l’établissement de 10 paliers d’imposition (1,3 milliard), à la modulation de la taxe de vente (745 millions), en passant par revoir les mesures fiscales des entreprises (1,4 milliard), rétablir la taxe sur le capital pour les entreprises financières (800 millions), lutter contre l’évasion et l’évitement fiscale (800 millions), cesser de recourir aux agences de placement dans les institutions publiques de santé (56 millions), adopter des mesures de contrôle du coût des médicaments (1 milliard) et enfin, arrêter la corruption dans l’attribution des contrats gouvernementaux accordés par les libéraux (600 millions). C’est pas mal, vous ne trouvez pas? Moi je dis qu’ils commencent par ça avant de venir chercher l’argent dans la poche des jeunes et de leurs parents qui doivent déjà payer pour les hausses d’Hydro, la taxe santé, l’augmentation de la taxe sur l’essence, l’augmentation de la TVQ, etc.

Albert Picard a écrit le 25 mars 2012

La future hausse, si elle se concrétise, soit 118M$ pour l'année 2017-2018, ne représente que 0,000078% du déficit prévu de 1,5 milliard$ de l'état québécois cette année. Cette même hausse potentielle sera amputée de 65% puisque seulement 41M$ iront en renfort au programme de prêt et bourse. Cette somme ne représente ainsi que 4% de l'enveloppe totale de 996M$ que l'état consacre à ce programme annuel en aides aux étudiants. Qu'on n'essaie pas de me faire croire en l'impossibilité de la proposition de Québec Solidaire de rendre gratuite l'éducation pour tous et toutes au Québec. Et encore moins au gel des frais de scolarité.

Monique Bisson a écrit le 23 mars 2012

Bravo à vous! De l'Outaouais, nous vous soutenons dans cette bataille historique pour faire de l'éducation ce droit fondamental auquel chaque Gaspésienne et Gaspésien mérite d'avoir accès, et ce, sans restriction aucune. Tenez bon, votre cause est juste! Monique Bisson et Pierre Carpentier de Gatineau

Annie Chouinard a écrit le 23 mars 2012

Très belle manifestation organisée par les étudiants du Cégep à Gaspé. J'ai été agréablement surprise de la participation citoyenne... pas que des étudiants mais des parents, grands-parents, personnel du milieu de l'éducation, de la santé et du communautaire. C'est donc signe que le débat a dépassé le milieu collégial et universitaire. Bravo à tous les participants et merci aux étudiants de nous permettre de rester vigilants et de si bien vivre notre démocratie. Il reste à voir jusqu'où nos élus seront à l'écoute de ce message collectif.

Daniel Côté a écrit le 23 mars 2012

Bravo à tous et à toutes pour cette manifestation de vos convictions! En démocratie, c'est le peuple qui parle et les élus ont le devoir d'écouter la population, pas seulement aux 4 ans, mais au quotidien. Le message des étudiants et de leurs nombreux supporteurs est clair ; les élus doivent l'écouter. Encore un gros bravo à tous ceux qui se battent pour leurs convictions!

Marc-Antoine Vallée Lebouthillier a écrit le 22 mars 2012

Bravo, ne baisser pas les bras! Ce n'est que le début du Combat

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.