Politique

Les élus de la Gaspésie appuient les revendications autochtones

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les Micmacs de Listiguj ont érigé un barrage sur la route 132 quelques jours avant Noël.

Les Micmacs de Listiguj ont érigé un barrage sur la route 132 quelques jours avant Noël. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Alors que les leaders des Premières Nations, dont le chef de Listuguj Dean Vicaire, rencontreront le premier ministre Stephen Harper vendredi à Ottawa, la Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles annonce qu’elle appuie les revendications des autochtones. 

C’est à la suite d’une rencontre tenue cette semaine avec les leaders micmacs de la Gaspésie que les représentants de la CRÉGÎM ont décidé d’appuyer publiquement les revendications du mouvement Idle No More.

«Nous partageons leur mécontentement à plusieurs égards. Nous comprenons leur frustration. Ils n’ont pas été consultés alors que le fédéral a modifié des lois qui ont des impacts sur eux. Toute la population est touchée par la façon de faire des conservateurs», soutient le président de la CRÉGÎM, Bertrand Berger.

Avec le mouvement Idle No More, les peuples autochtones dénoncent le fait que le gouvernement ne les consulte pas lorsqu’il modifie des lois qui les concernent.

De façon plus spécifique, Idle No More s’insurge contre plusieurs des politiques fédérales, notamment le projet de loi C-45, qui modifie les lois sur les autochtones et les pêches, ainsi que le projet de loi C-38, qui modifie le régime d’assurance-emploi.

«Le C-45 vient restreindre la protection des cours d’eau. Et la réforme de l’assurance-emploi aura des impacts majeurs sur l’économie saisonnière d’une région comme la nôtre. Ces enjeux touchent l’ensemble de la population, pas seulement les Premières Nations», poursuit M. Berger.

Moyens utilisés

Les élus de la Gaspésie n’approuvent cependant pas tous les moyens que les autochtones ont utilisés jusqu'à présent pour faire entendre leur voix. 

Rappelons que les Micmacs ont érigé des barrages sur la route 132 pendant le temps des Fêtes, autant du côté de Listiguj que de Gesgapegiag. Certains ont aussi bloqué la voie ferrée à la hauteur de Listuguj au cours des derniers jours.

«Lors de notre rencontre, nous avons fait valoir qu’en bloquant la voie ferrée, ils ne s’attaquaient pas au fédéral, mais à l’économie locale. Nous n’avons qu’à penser à Temrex, qui a vu sa marchandise bloquée. Nous ne sommes pas d’accord avec les blocus et  nous avons suggéré d’utiliser d’autres moyens», précise M. Berger.

Notons que la communauté micmaque a annoncé son intention de lever totalement le blocus de la voie ferrée dès vendredi.

La mobilisation se poursuit

La mobilisation des autochtones se poursuit dans la région, alors qu’une manifestation se tiendra vendredi de 13h à 15h sur le pont J.C. Van Horne, qui relie le Québec au Nouveau-Brunswick.

Cette marche est organisée par le Conseil de bande de Listiguj dans le but d’appuyer les chefs autochtones, dont Dean Vicaire, qui rencontreront le premier ministre du Canada.

Le pont sera bloqué à la circulation pour la durée de la manifestation, peut-on lire sur le site Web du Listiguj. 

À lire aussi

Listuguj : blocus levé, mais préoccupations pendantes

Listuguj : les Micmacs perturbent la circulation sur la route 132

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.