Cimenterie

Les décideurs de la région dénoncent « la poubelle de l’Amérique »

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Les travaux de construction de la cimenterie de Port-Daniel se poursuivent.

Les travaux de construction de la cimenterie de Port-Daniel se poursuivent. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Les décideurs de la région s’inscrivent en faux contre une manchette du Journal de Québec, publiée lundi, qualifiant le projet de cimenterie de Port-Daniel de « poubelle de l’Amérique », en raison des émissions de gaz à effet de serre qui seront produits par l’usine de Ciment McInnis lorsqu’elle sera en exploitation.

Le quotidien de la capitale écrivait dans son édition de lundi que la cimenterie allait devenir un incinérateur de déchets des raffineries, en brulant jusqu’à 175 000 tonnes de coke de pétrole par année, ce qui aurait des impacts sur le bilan des émissions de gaz à effet de serre du Québec.

« On s’aperçoit que le lobby du groupe Lafarge est excessivement fort et je pense que plus ça va aller, plus ils vont beurrer épais », lance la préfète de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, à la lecture de cette manchette.

« C’est évident qu’on fait face à une campagne de désinformation qui a pour but de salir la réputation de la Gaspésie. La Gaspésie n’est pas la poubelle de l’Amérique du Nord et elle a le droit de se développer comme n’importe laquelle des autres régions », renchérit le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Daniel Côté.

« C’est une fausse nouvelle. C’est une information que tout le monde a depuis environ deux ans et là, on le ressort avec un titre sensationnalisme simplement pour faire plaisir au lobby des cimenteries », ajoute M. Côté.

« Je suis convaincue que dans quelques années, on sera cité comme étant une région qui aura réussi à travailler en parallèle le développement industriel et touristique », avance Mme Lebouthillier.

« Ça va être la cimenterie la plus écoresponsable en Amérique du Nord et peut-être au monde. Elle vient remplacer de vieilles cimenteries désuètes et polluantes », estime de son côté Daniel Côté.

Appui du premier ministre

Participant à une conférence sur le climat de l’ONU à New York cette semaine, le premier ministre Philippe Couillard a défendu la création d’emplois de qualité pour la région, soutenant que c’est un faux débat d’opposer le développement économique et la lutte aux changements climatiques. Il soutient qu’avec la bourse du carbone, la cimenterie aura le choix de payer pour continuer à polluer ou encore trouver des sources d’énergie alternatives.

« C’est une très bonne nouvelle que le projet puisse compter sur l’appui de notre premier ministre », indique M. Côté.

Le directeur général de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé, Olivier Nolleau, rappelle que des discussions ont cours entre Pétrolia, qui aurait des réserves de gaz naturel pour alimenter la cimenterie via le projet Bourque, et Ciment McInnis. Cette solution réduirait de 20 % les émissions de gaz à effet de serre de la cimenterie, si cette opportunité se réalisait, rappelle-t-il.

13 commentaires

Dany Brown a écrit le 25 septembre 2014

C'est le genre de titre qu'affectionne Québécor et ses journuls. On a pris soin de mentionner ''Port Daniel'' comme titre et non ''Mc Innis, '' car pour bien des québécois qui lisent peu, (sauf le tit journal de Québec) Mc Innis devrait être en Écosse. Tant qu'on utilisera le béton on va avoir des cimenteries et tant qu'on va aller faire notre épicerie avec des Pick-up format ''char d'assaut'' on va avoir du pétrole et des pipelines, des raffineries et des pétrolier. Ce qui est le plus néfaste pour la santé, à la grandeur de la planète, ce n'est pas les usines, c'est la pauvreté. Tous les statistiques le démontre. Alors encourageons la richesse et la population va vivre plus longtemps, même avec une cimenterie.

Martin Zibeau a écrit le 25 septembre 2014

S'ÉLOIGNER DU SUJET. Les commentaires se perdent assez rapidement dans des sujets différents de ce dont parlait l'article. Si on perd le fil de ce dont on parle après 250 mots, je crois qu'il est légitime de croire que notre capacité d'attention collective est relativement faible. En plus d'un déficit d'attention collectif, il est à noter que notre confiance souvent aveugle (quand ça fait notre affaire) en nos institutions gouvernementales, ne semble avoir souvent d'égale que notre insouciance. Que les personnes s'insurgent lorsqu'elles croient qu'on traite leur région de poubelle, c'est bien évidemment normal. Encore faut-il que ce soit le cas. Mais lorsqu'on se sert de cette braise d'indignation pour y jeter de l'huile de promotion, ce n'est pas très élégant. Et ce, d'un côté comme de l'autre. Il y a, il me semble, d'excellentes questions qui sont soulevées, entre autres au sujet de l'intégrité gouvernementale en matière de prises de décisions ces jours-ci. Le jugement à Cacouna il y a deux jours en est une preuve. Il faut donc être de mauvaise foi, à mon avis, pour s'opposer à ce que le démarchage menant à la réalisation de la cimenterie à Port-Daniel soit scruté plus attentivement.

Martin Zibeau a écrit le 25 septembre 2014

Il est difficile d'échanger sainement lorsqu'une des personnes dans la discussion lance des attaques personnelles aux gens avec qui elle souhaite discuter. M. Thibodeau, si je ne me trompe pas, nous ne nous connaissons pas du tout. Bien que vos doigts vous aient vaguement mené vers une définition google de Martin Zibeau, en grande partie vous semblez assumer que je suis un trou d'cul qui dit n'importe quoi. En agissant de la sorte, une personne lance un message. Message qui sera interprété de toutes sortes de façons et qui permettra aux personnes concernées de juger, au moins en partie, de la pertinence (ou non) des propos de cette personne en général et probablement pas juste sur leurs propos diffamatoires. Bien que j'aie créé un dossier à votre nom intitulé « attaques personnelles », je peux vous assurer que je m'en porte très bien et même que j'ouvre la porte à une rencontre en personne à votre convenance afin que nous puissions prendre le temps d'échanger humainement et se connaître un peu mieux.

Jessie Thériault a écrit le 25 septembre 2014

http://www.graffici.ca/nouvelles/dpj-signalements-hausse-budget-baisse-3704/ Pendant trop longtemps, au Québec, on a parlé de partage de la richesse, tout en ne parlant pas de sa création. Finalement, c'est de la pauvreté qu'on répartit présentement. L'article portant sur la DPJ en est l'exemple le plus éloquent. L'article sur les hausses des taxes municipales en rajoute. Toutes les coupures, toutes les hausses de tarifs vont affecter qui? Trop souvent, les plus démunis, les plus faibles, les enfants ultimement, malheureusement. Comment peut-on être contre un projet comme la cimenterie, qui va générer, directement et indirectement, des millions en impôts, le tout dans un contexte de restriction budgétaire? Comment peut-on refuser ces emplois alors qu'il y a un lien direct à établir entre la santé des gens et la pauvreté? Comment peut-on être en opposition à un projet de ce type, connaissant ses impacts sociaux, dans la région la plus affligée de la province? Je ne l'invente pas, lisez l'article concernant la DPJ et la hausse des signalements! Merci, Ciment McInnis, de venir créer de la richesse ici. Je vous souhaite de vous enrichir et aux Gaspésiens de le faire aussi, au maximum. Nous le méritons. Nos enfants le méritent. Tout le monde va y gagner, même ceux qui s'y opposent... indirectement! Parce que c'est grâce aux impôts des travailleurs, des sociétés que tous ces programmes de répartition de la richesse existent. il ne faut pas l'oublier! Et personnellement, j'aime bien mieux que l'État prenne cet argent des poches de Ciment McInnis que des miennes!

Jean Morin a écrit le 25 septembre 2014

Regarder cela une cimenterie construit en Syrie par Lafarge de 2.6 millions de tonnes de ciment par an , construit en 2011 ,personne en parle (ou est Greenpeace etc )je crois a mon avis que Lafarge veut garder le monopole partout dans le monde ,et usine est construit dans endroit le plus dangereux au monde . A LIRE s.vp Holc Lafarge a évacué sa cimenterie en Syrie, par mesure de sécurité Paris (awp/afp) - Le producteur français de matériaux de construction Lafarge, en cours de fusion avec le cimentier saint-gallois Holcim, a évacué le personnel de sa cimenterie en Syrie par mesure de sécurité, a indiqué jeudi à l'AFP une porte-parole du groupe. Lafarge "a pris la décision de faire évacuer l'usine" située à 150 kilomètres au nord-est d'Alep, entre le 18 et 19 septembre et "de suspendre l'activité tant que la sécurité ne peut pas être assurée" dans la région, a affirmé la porte-parole. "L'instruction a été donnée aux employés de l'usine de ne pas se rendre sur le site tant que la situation sécuritaire ne le permet pas", a-t-elle ajouté. "Il n'y plus de personnel sur le site" mis en service en 2011 et dont l'activité était d'ores et déjà réduite, selon la porte-parole. Cette dernière n'était pas en mesure de dire si l'usine avait été ou non endommagée depuis le départ du personnel. L'usine d'une capacité annuelle de 2,6 millions de tonnes de ciment représente l'un des investissements étrangers les plus importants jamais consenti en Syrie en dehors du secteur pétrolier. Au moment de son lancement, le projet avait été chiffré à 600 millions d'euros. La construction de l'usine avait été engagée par le groupe égyptien Orascom, racheté par Lafarge en 2007. Lafarge compte 250 collaborateurs en Syrie, pour la quasi-totalité des travailleurs locaux, mais la porte-parole n'a pas pu déterminer exactement combien travaillaient dans la cimenterie. Au moins 14 jihadistes et cinq civils ont été tués dans des frappes de la coalition dirigée par les Etats-Unis contre des cibles du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a indiqué une association syrienne jeudi. Les dernières news 13:20 - Admin.ch - Nouvelle publication: NABEL – La pollution de... 13:13 La 13:11 Holc la cimenterie Lafarge en Syrie aux mains des jihadistes

Gilles Thibodeau a écrit le 24 septembre 2014

Il y a quelques jours, on publiait partout sur le Web que la Gaspésie était dans le top 10 mondial pour ses couleurs d’automne. Les Gaspésiens en étaient bien fiers! C’est flatteur d’être reconnu à grande échelle comme ça. Oui, parce que nous, en Gaspésie, sommes souvent les oubliés… Bref, on passe généralement en dessous la table quand vient le temps de recevoir du financement des différents paliers de gouvernement. Parfois, ça me donne même l'impression qu'on n’est pas si important que ça. Et là, il y a ce projet de cimenterie à Port-Daniel, projet que le gouvernement a décidé d’appuyer. Puis, tout bonnement, comme ça, une semaine après avoir été nommée l’une des plus belles régions au monde pour admirer l’automne, on vient traiter de poubelle en pleine couverture de journal national l’un des projets les plus importants et les plus porteurs d’espoir des dernières décennies en Gaspésie. Merci les grands journaux de continuer de nous rabaisser ainsi! De toute façon, c’est clair qu’on ne peut pas gagner. Les environnementalistes se sont défendus contre les pétrolières à Gaspé et on s’est fait traiter de paresseux sans vision qui au fond ne voulaient pas que la Gaspésie se développe. Et là, la construction de la cimenterie va de bon train et est appuyée en grande partie par les instances locales et régionales, et on se fait traiter de poubelle de l’Amérique.Ce que je sais toutefois, ce qu'est de la pollution, il y en a partout. Dans le nord, dans le sud, dans l’ouest… et maintenant dans l’est. Pourquoi on ne parle que du point de vue de Greenpeace dans cet article? Pourquoi on ne parle pas des autres éventualités pour faire brûler les fours qui ont été mis sur la table par le promoteur, bien avant d’en arriver à brûler du coke de pétrole? Pourquoi au fond le gouvernement a pris la décision de ne pas tenir de BAPE (consultation publique sur l'environnement) si c’est si pire que ça? Croyez-vous vraiment qu’avec cette usine qui se veut «l’un des projets industriels les plus polluants de l'histoire de la province», nous deviendrons tout d’un coup une région ultra polluante? Comme si les dizaines, voire centaines d’usines ailleurs mises ensemble ne polluaient pas cent fois plus que ça… Mettons les choses en perspective un peu s’il-vous-plait. Pour reprendre les mots d’une amie à moi : «Je n'ai jamais vu d'usine qui crachait des fleurs roses». C’est sûr qu’une usine c’est polluant. Et des usines, il y en a partout. De la pollution, il y en a partout. Je sais, ce n’est pas une raison pour accepter de polluer à volonté notre belle Gaspésie. C'est correct de vouloir défendre l'environnement! Mais est-ce qu’on pourrait avoir en mains toutes les informations avant de traiter celle-ci de poubelle devant tout le monde? Que celui qui ne pollue pas jette la première pierre! première pierre, ,,,Choisirlebonheurblogspot.com Par Kim Poirier.

Gilles Thibodeau a écrit le 24 septembre 2014

@ Martin Zibeau & Bilbo Cyr . Bonsoir Messieurs , Difficile n'est-ce pas d'assumer vos dégâts , je n'ose pas dire votre merde . Gilles Thibodeau Pabos............................................... --------------------------------------------------------------------------------- Opinion d'une citoyenne ....Ce que je SAIS toutefois, c’est que de la pollution, il y en a partout. Dans le nord, dans le sud, dans l’ouest… et maintenant dans l’est. Pourquoi on ne parle que du point de vue de Greenpeace dans cet article? Pourquoi on ne parle pas des autres éventualités pour faire brûler les fours qui ont été mis sur la table par le promoteur, bien avant d’en arriver à brûler du coke de pétrole? Pourquoi au fond le gouvernement a pris la décision de ne pas tenir de BAPE (consultation publique sur l'environnement) si c’est si pire que ça? Croyez-vous vraiment qu’avec cette usine qui se veut «l’un des projets industriels les plus polluants de l'histoire de la province», nous deviendrons tout d’un coup une région ultra polluante? Comme si les dizaines, voire centaines d’usines ailleurs mises ensemble ne polluaient pas cent fois plus que ça… Mettons les choses en perspective un peu s’il-vous-plait. Pour reprendre les mots d’une amie à moi : «Je n'ai jamais vu d'usine qui crachait des fleurs roses». C’est sûr qu’une usine c’est polluant. Et des usines, il y en a partout. De la pollution, il y en a partout. Je sais, ce n’est pas une raison pour accepter de polluer à volonté notre belle Gaspésie. C'est correct de vouloir défendre l'environnement! Mais est-ce qu’on pourrait avoir en mains toutes les informations avant de traiter celle-ci de poubelle devant tout le monde? Choisirlebonheurblogspot.com Par Kim Poirier.

Jean Morin a écrit le 24 septembre 2014

Ciment McInnis et GES: des précisions s'imposent Mercredi 24 septembre 2014 15:41:06 HAE Changer la taille du texte de l'article Imprimer Signaler une erreur Toutes vos nouvelles locales Actualités Sports Divertissement Opinion PORT-DANIEL-GASCONS - Le 24 septembre 2014 Dernièrement, beaucoup a été dit sur le volet environnemental de la cimenterie de Ciment McInnis en cours de construction à Port-Daniel–Gascons, en Gaspésie. Il importe aujourd’hui d’amener dans le débat public des précisions incontournables pour la bonne compréhension du dossier. Cimenterie ultra-moderne de nouvelle génération Dotée d’une technologie de pointe conçue par des ingénieurs allemands, l’usine de Ciment McInnis utilisera 33 % moins de combustible par tonne de ciment et 40 % moins d’énergie que les cimenteries existantes dans l’Est du Canada et des États-Unis, largement désuètes. Elle n’émettra ainsi que 0,79 tonne de CO2 par tonne de ciment produit, contrairement à 1 tonne pour la moyenne des cimenteries de l’Amérique du Nord, soit 20 % de moins. En introduisant dans le marché une usine aussi performante et à moindre coût de production, le jeu de la concurrence fera en sorte que l’équivalent de sa production sera retiré d’usines moins performantes, où qu’elles se trouvent dans l’Est du continent, contribuant ainsi à la lutte au changement climatique. Pour répondre aux exigences ministérielles, la mise à jour de l’étude de répercussions analyse, comme il se doit dans le cadre d’un tel projet, le pire des scénarios, celui d’une utilisation annuelle de 175 000 tonnes de coke de pétrole sans autre combustible et d’émissions de 1,76 millions de tonnes de GES par an (et non pas 2 millions). Ces données sont issues d’hypothèses qui ne se matérialiseront jamais dans la réalité pour deux raisons principales : aucune nouvelle installation ne produit à pleine capacité à sa première année d’exploitation, et les quantités indiquées ne tiennent pas compte de l’introduction graduelle de la biomasse après la période de rodage. Ces chiffres ne seront jamais atteints par la cimenterie en exploitation et Ciment McInnis fera tout pour diminuer à la fois sa consommation de coke de pétrole et ses émissions de GES. Des chiffres à préciser Il est faux d’avancer que la cimenterie produira 10 % des GES industriels du Québec. Le Québec produit environ 80 millions de tonnes de GES par an. L’usine en produira donc moins de 2 %, et environ 6 % de ses GES industriels. Ciment McInnis participera au marché du carbone. Pour 2015, 459,8 millions de tonnes de droits d’émission de GES seront mis en circulation. La cimenterie émettra moins de 0,4 % de ce total. Elle sera de plus la seule au Canada et une des seules en Amérique du Nord à respecter les normes américaines de polluants dangereux qui entreront en vigueur en 2015 pour les nouvelles usines, beaucoup plus strictes que celles actuellement en vigueur au Québec et au Canada. Coke de pétrole et biomasse Par ailleurs, notre technologie offre le débouché le plus écologique qui soit pour le coke de pétrole, un résidu presque impossible à utiliser pour générer de l’énergie domestique. Sans la cimenterie, il irait contaminer les sites d’enfouissement ou l’atmosphère à la suite de procédés beaucoup moins performants. Les fours et le système de précalcination de la cimenterie à très haute température permettent d’utiliser le pouvoir calorifique supérieur du coke de pétrole, tout en réduisant les émissions de polluants atmosphériques grâce à une filtration hautement performante des gaz de combustion. La cimenterie remplacera graduellement une partie du coke de pétrole, jusqu’à 50 %, par la biomasse abondante disponible en Gaspésie, permettant ainsi d’atteindre une réduction des GES d’un autre 20 %, pour un total de 40 % par rapport aux autres usines nord-américaines. Des résidus de coupe de bois importants produits par les scieries gaspésiennes sont actuellement enfouis, faute de débouché rentable. Bref, nous avons des réserves très abondantes de calcaire de grande qualité, un accès maritime immédiat qui nous permettra d’expédier facilement et écologiquement nos produits (1 bateau = 1 500 camions), de même que la meilleure technologie disponible mondialement. C’est un projet visionnaire, ambitieux et moderne, mené par des gens d’ici, qui génère d’importantes retombées économiques pour les Gaspésiens et les Québécois, tout en étant à l’avant-garde mondiale en matière d’environnement. Nous en sommes fiers à tous égards. par Christian Gagnon, ing., président et directeur général de Ciment McInnis

Martin Zibeau a écrit le 24 septembre 2014

Je trouve intéressant que dans une même phrase M. Côté, président de la CRÉGIM, parle de désinformation et blâme le Journal de Québec de traiter la Gaspésie de "poubelle du Québec". Est-ce qu'on est rendu à substituer Ciment McInnis pour Gaspésie maintenant ? Ce n'est pas la Gaspésie, mais bien la cimenterie qui est accusée par le Journal. Nuance qui je l'espère est encore importante pour la majorité des gens habitant la Gaspésie.

Bilbo Cyr a écrit le 24 septembre 2014

Charrie pas Thibodeau, c'est quand même pas moi qui rédige le journal de Québec. Il n'y a pas que moi qui se pose des questions sur les passe-droit... Moi, ce que je dis, et répète, c'est que ce projet aurait du et devrait toujours passer par le BAPE, parce que ce n'est manifestement ni vous, ni moi, ni les journalistes qui ont en main tout ce qui est nécessaire pour que ce projet évolue de façon transparente. Se fier seulement au promoteur apparait un peu risqué comme calcul, surtout si on se projette sur le prochain siècle.

Gilles Thibodeau a écrit le 24 septembre 2014

Bonjour. "" La poubelle de l’Amérique du nord "" Quel vif plaisir pour notre Bilbo national , un parfum de fleur. Voilà le résultat où toutes les actions véhiculées du chien de garde ont conduit la Gaspésie . Hier une des plus belles régions du Québec , aujourd'hui une bombe puante. L'Alberta produit 46.8 % des gaz à effet de serre au Canada et une seule cimenterie devient la poubelle de l'Amérique du nord ,curieusement cette cimenterie est en Gaspésie. Donc selon les propos de M. Cyr on devrait mettre le couvercle sur cette poubelle , cependant les autres poubelles (cimenteries) pourraient fonctionner à plein régime. Et l'Alberta dans ce cas on doit y mettre le couvercle aussi , M. Cyr à le devoir de claironner son discours au travers les plaines Albertaines et de son sifflement fermer l'Alberta , car n'est-ce pas de cette Alberta que provient le coke de pétrole?.... Question de transparence M.Cyr et E.V.P devraient mettre à jour leur site Web ( Conseil d'administration ? Membres ? ) ce serait une façon de s'assumer.....Au - delà de tout cela vaut mieux en rire , les Gaspésiens ne sont pas à leur première méprise et cette cimenterie verra le jour. Ciment Mcnnis est une entreprise responsable qui saura s'ajuster aux exigences environnementales et ainsi s'assumer. Gilles Thibodeau Pabos.

Bilbo Cyr a écrit le 24 septembre 2014

Allllo? La pollution générée inévitablement par la combustion du coke de pétrole, messieurs dames les élu(e)s, ce n'est pas du Gaspésie bashing. Cessez de jouer les victimes, c'est gênant. Le coke de pétrole est un résidu du raffinage, et les effets de sa combustion sont assez bien documentés pour qu'il soit absurde de croire que ce sera sans effet. Les cimenterie sont très souvent utilisées à travers le monde comme incinérateur de déchets dangereux. Il y a surement eu du lobbying de l'autre côté aussi, pour que les représentants de la population choisissent de représenter d'abord la compagnie et s'opposent à ce que leurs commettants aient leur mot à dire. Les seules informations disponibles à ce jour sont celles que le promoteur à bien voulu fournir. Question de transparence, il y a encore un bout qui pourrait être fait. Le fait qu'on se dépêche ne justifie rien.

Jean-François Samuel a écrit le 24 septembre 2014

Le lobby de Lafarge a le dos large, c'est le journal de Québec, propriété de Québécor Média, appartenant à PKP. Pas très pro Power Corporation. Le journal de Québec fait dans le sensationnalisme pour ces unes et ce n'est pas nouveau. Toutes les cimenteries incinèrent des déchets.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.