Éducation

Les CJE de la Gaspésie dénoncent l'abolition d'un service destiné aux jeunes

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Dans 90 % des cas, l'agent de sensibilisation à l'entrepreneuriat jeunesse intervenait en milieu scolaire.

Dans 90 % des cas, l'agent de sensibilisation à l'entrepreneuriat jeunesse intervenait en milieu scolaire. Photo : CJE de la Haute-Gaspésie

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – Les carrefours jeunesse-emploi (CJE) de la Gaspésie dénoncent le refus du Secrétariat à la jeunesse du Québec de financer les services d'un agent de sensibilisation à l'entrepreneuriat jeunesse en Haute-Gaspésie.

Les CJE de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine ainsi que la Table d'action en entrepreneuriat du même territoire joignent leur voix au CJE de la Haute-Gaspésie pour s'opposer à cette décision qui fait en sorte que la Haute-Gaspésie soit la seule MRC de la péninsule à ne pas pouvoir bénéficier de cette ressource. Selon eux, l'absence de ce service en Haute-Gaspésie a un impact considérable sur toute la Gaspésie.

Clientèle trop peu nombreuse

Le Secrétariat à la jeunesse invoque le faible taux de population pour justifier son refus de financer ce programme, dont l'enveloppe annuelle est de 54 000 $. « Au Secrétariat à la jeunesse, on nous dit que les cinq agents de sensibilisation de la Gaspésie peuvent couvrir l'ensemble de la Gaspésie, relate la directrice du CJE de la Haute-Gaspésie, Ariane Lévesque. Mais ce serait impensable d'être couvert par la Côte-de-Gaspé à cause de l'étendue du territoire. On est pénalisés à cause d'un mode de calcul! »

Dès 2000, soit quatre ans avant la mesure nationale visant à offrir des services d'entrepreneuriat jeunesse dans les MRC du Québec, le CJE de la Haute-Gaspésie avait fait figure de précurseur en créant une ressource dédiée à ce secteur. Il réussissait à financer cet emploi grâce à un partenariat entre divers intervenants. Quand la mesure a été mise en place en 2004 par le Secrétariat à la jeunesse, le CJE n'a jamais cessé de faire des démarches afin d'obtenir le financement nécessaire, mais en vain. Depuis lundi, le poste a dû être aboli, faute de financement.

Un service apprécié

De 2006 à 2012, quelque 8 580 jeunes de la Haute-Gaspésie ont bénéficié des services de la ressource en entrepreneuriat scolaire et plus de 320 d'entre eux ont pu bénéficier d'un accompagnement dans leur projet. Dans 90 % des cas, l'agent de sensibilisation à l'entrepreneuriat jeunesse intervenait en milieu scolaire.

« C'est une belle façon de découvrir les rouages de l'entrepreneuriat », estime Marc-Olivier Dugas Pelletier, qui a profité de ces services. « C'est avec l'engagement des jeunes qu'on développe le sentiment d'appartenance à son milieu », témoigne Maxime Blanchette, un autre jeune qui a utilisé cette ressource.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.