Les chasseurs gaspésiens à l’affût

Par ,
La chasse à l’orignal : une religion qui compte de plus en plus d’adeptes en Gaspésie, au grand plaisir des commerçants locaux, comme Marcel Scott.

La chasse à l’orignal : une religion qui compte de plus en plus d’adeptes en Gaspésie, au grand plaisir des commerçants locaux, comme Marcel Scott. Photo : Philippe Daoust

Il faut avoir mis les pieds en Gaspésie une seule fois durant la période automnale pour se rendre compte que la chasse à l’orignal est une véritable religion. Le nombre de fidèles est en constante progression dans la région et les orignaux sont au rendez-vous.

En jetant un œil aux données du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), on se rend vite compte de l’ampleur de l’engouement pour la chasse à l’orignal dans la zone 01. En 12 ans, le nombre de permis de chasse à l’orignal émis par le MRNF a presque doublé, passant de 12 741 en 1998 à 25 133 l’an dernier.

Pour ce qui est des prises, en excluant les réserves fauniques, on remarque une stabilité depuis 2004 à environ 4000 bêtes abattues. En 1998, seulement 1787 captures avaient été enregistrées.

Vraie saison


Les chasseurs à l’arc seront les premiers à prendre d’assaut les forêts gaspésiennes samedi. Toutefois, la « vraie » saison de chasse à l’orignal, celle à l’arme à feu, débutera le 15 octobre et se terminera 8 jours plus tard. L’an dernier, 77 % de la récolte d’orignaux a été effectuée à la carabine.

Histoire de famille


« Maintenant, les gens se préparent durant toute l’année, indique Marcel Scott, propriétaire de la Boutique Sports Plein-Air de Rivière-au-Renard. La chasse, c’est rendu très familial. On voit les enfants qui viennent au magasin avec leur père et leur mère pour acheter les permis. La folie de la chasse est énorme!»

Le commerçant admet du même souffle que l’engouement est plus prononcé cette année. Il ne s’en plaindra pas car la vente de produits de chasse représente environ 60 % de son chiffre d’affaires. « Ça fait vivre la région », dit-il. De fait, la chasse sportive permet d’injecter environ 9 millions $ par année dans l’économie de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, selon le MRNF.

1 commentaire

Orbie a écrit le 23 septembre 2011

dommage que la saison de la chasse tombe en même temps que la saison des randonnées ça devient un peu stressant marcher en foret ensuite :S

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.