Éducation

Les cégépiens de Carleton-sur-Mer rejettent la grève

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les étudiants du campus de Carleton-sur-Mer ont décidé de se retirer du mouvement de grève étudiante qui prend de l'ampleur un peu partout au Québec.

Les étudiants du campus de Carleton-sur-Mer ont décidé de se retirer du mouvement de grève étudiante qui prend de l'ampleur un peu partout au Québec. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Les étudiants de l’Association générale étudiante du Cégep de la Gaspésie et des Îles du campus de Carleton-sur-Mer ont rejeté un deuxième mandat de grève.

Réunis en assemblée générale mercredi après-midi, les étudiants ont refusé de poursuivre  leur grève dans une proportion de 50,6 % contre 47,4 %. La différence (2%) représente ceux qui ont  annulé leur bulletin de vote.

La proposition était de tenir une journée de grève vendredi et une semaine de piquetage du 19 au 23 mars, au retour de la semaine de relâche.

«C’est sûr que l’Association est déçue. Par contre, même si la proposition avait été acceptée avec un faible pourcentage, ça n’aurait pas été l’idéal. Nous respectons la décision des étudiants», a commenté la présidente de l’Association, Myralie Sauvé, visiblement affectée par la tournure des événements.

La représentante étudiante a tout de même tenu à spécifier qu’elle était «fier» des membres qui ont érigé un piquet de grève lors de la grève de deux jours, lundi et mardi. «L’effort y était pour quelques-uns», a déclaré celle qui estime que le rejet de la grève est attribuable à la «crainte» de devoir reprendre le temps à la fin de l’année.

Débat mouvementé

Alors que la première assemblée générale de grève, tenue la semaine dernière, s’était déroulée dans le calme, celle de mercredi a donné lieu à des échanges musclés entre les étudiants. Pendant plus de 45 minutes, les cégépiens ont débattu sur les enjeux liés à la poursuite ou non de la grève.

Myralie Sauvé a donné le ton en faisant valoir la «déception» de l’Association quant au nombre d’étudiants présents sur le piquet de grève au début de la semaine.

Un étudiant a par la suite renchéri en affirmant que la situation était «pathétique». Selon lui, plusieurs des étudiants ont voté en faveur de la grève de deux jours pour obtenir des congés. «C’est stupide, 70 % des membres ont voté en faveur, mais seulement une trentaine étaient sur le piquet de grève. Ça aurait été le fun de voir moins de personnes prendre leur snowboard pour aller à Pin Rouge», a-t-il fustigé, ce qui lui a valu des applaudissements.

Une étudiante contre la poursuite de la grève s’est quant à elle plainte du manque de communication de l’Association étudiante auprès des étudiants en formation continue avec le groupe Collégia. «On a su aujourd’hui qu’il y avait une assemblée de grève et on a dû annuler notre cours. Nous, on vit un contexte différent. Avec la formation continue, nous avons seulement deux semaines de vacances dans l’été, alors il nous serait impossible de reprendre le temps», a-t-elle fait valoir.  

En grève le 22 mars ?

Malgré la division chez les étudiants, ces derniers ont convenu de se réunir en assemblée générale au cours des prochaines semaines pour voter sur la tenue d’une grève d’une journée le 22 mars, alors que se tiendra une grande manifestation nationale à Montréal.

La date de cette assemblée sera fixée dans les prochains jours.


1 commentaire

Steve a écrit le 8 mars 2012

Je tiens a préciser que l'étudiante de Collegia a parlé pour elle même ,je suis dans le même groupe qu'elle et j'étais au courant de tous en ce qui concerne la gréve j'étais même présent.Elle parlais plutôt de l'assemblé général , je crois plutôt qu'il s'agit d'une mauvaise communication niveau administratif , quelqu'un a omis de transmette les courriers électronique des groupes de Collegia une malheureuse erreurs . Par contre comme étudiant tu te doit de t'informer continuellement du déroulement de la vie étudiante surtout en temps de gréve.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.