Politique

Les acteurs régionaux préoccupés par l'absence d'un ministre dans la région

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, offre sa collaboration au nouveau ministre responsable de la région, Jean D'Amour.

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, offre sa collaboration au nouveau ministre responsable de la région, Jean D'Amour. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine devra compter sur un ministre du Bas-Saint-Laurent afin de faire avancer ses dossiers, une décision qui préoccupe les acteurs politiques de la région.

Le premier ministre Philippe Couillard a nommé le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D'Amour, ministre responsable des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, en plus de ses fonctions de ministre délégué aux Transports et à l'implantation de la stratégie maritime.

Le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre, est préoccupé : « Tous les dossiers urgents qui commandent une connaissance de la région – le chemin de fer, la cimenterie de Port-Daniel, au niveau des croisières – c'est préoccupant de voir qu'on n’a pas quelqu'un de la région », analyse M. Lelièvre qui prend bien soin de dire que ce n'est rien de personnel avec M. D'Amour.

Il souligne que la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est une région distincte du Bas-Saint-Laurent depuis 1988. « La Gaspésie, avec les défis qu'elle a, avec l'ampleur des dossiers et l'étendue du territoire, la situation sociale et économique, une des plus difficiles du Québec, ça nécessite un ministre autonome pour la région », insiste M. Lelièvre.

Il indique avoir eu de bonnes relations avec Jean D'Amour au cours des 18 derniers mois et lui offre son entière collaboration tout comme avec le nouveau ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'occupation du territoire, Pierre Moreau. « Je vais lui offrir une rencontre de collaboration. J'ai préparé un dossier complet et lui offrir une rencontre de passation des pouvoirs », indique l'ex-ministre délégué aux régions sous le gouvernement Marois.

Poursuivre la stratégie de relance

Le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine affirme qu'il aurait été plus simple que la région ait son ministre en titre, mais ne s'en fait pas outre mesure.

« Ce n'est pas une première fois dans l'histoire qu'un ministre est responsable de plus d'une région. C'est toujours préférable d'avoir un ministre responsable qui habite dans la région. Mais il ne demeure pas très loin, au Bas-Saint-Laurent. M. D'Amour connaît assez bien la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine », estime Daniel Côté qui dit faire confiance au coureur.

« On aura un gros travail à faire au niveau de la sensibilisation pour qu'il défende bien notre région », souligne le président. M. Côté entend solliciter une rencontre dans les prochains jours, « pour mettre la table dès le début si on veut travailler de façon la plus efficace possible ».

Le chemin de fer, le développement éolien, le tourisme sont les grands thèmes évoqués par M. Côté, qui refuse d'identifier une priorité parmi l'ensemble des dossiers.

« De toute manière, il n'y aura pas de surprise. Nos priorités sont déjà toutes identifiées dans un plan quinquennal piloté par la CRÉ et dans une stratégie gouvernementale préparée par les acteurs de la région », souligne M. Côté.

1 commentaire

Eric Boucher a écrit le 28 avril 2014

Si je comprends bien, seulement M. Lelièvre est préoccupé par l'absence d'un ministre pour la région. Et il n'est pas biaisé du tout...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.