Agriculture, pêcheries et alimentation

Lent début de saison pour les producteurs agricoles

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Les agriculteurs estiment que les travaux dans les champs s'amorceront avec 10 à 15 jours de retard cette année, en raison du printemps frais.

Les agriculteurs estiment que les travaux dans les champs s'amorceront avec 10 à 15 jours de retard cette année, en raison du printemps frais. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – L'hiver de neige abondante et le printemps plutôt frais que connaît la Gaspésie devraient retarder les travaux agricoles de 10 à 15 jours. Cependant, l'hiver aura été bénéfique pour la protection des sols.

« On va être retardé dans les travaux parce qu'il y a eu une grosse accumulation de neige, mais le sol sous la neige n'est pas gelé », indique Guy Gallant, producteur agricole sur les hauts plateaux de la Matapédia.

Contrairement à l'hiver 2012-2013, le dernier hiver a laissé un couvert de neige abondant, un point positif en agriculture : « Quand on a une bonne couverture de neige, nos terrains ont une protection contre la gelée. On ne devrait pas avoir de surprise du côté du gel des plants. L'an passé, on n'a pas eu assez de neige et les plants ont gelé. La plante fourragère meurt et ça fait des grands endroits où il n'y a pas de production », explique M. Gallant.

« Ça protège les sols et les prairies. C'est quelque chose de positif », renchérit le directeur régional de la Financière agricole, Bruno Bélanger.

La fonte des neiges permet aussi de bien hydrater les sols. « C'est bon pour faire partir la végétation au printemps, mais ça peut aussi nous retarder pour aller aux champs puisque ça ne sèche pas assez vite pour permettre à la machinerie de s'y rendre », souligne M. Gallant.

Une saison qui s'annonce bonne

Si la météo est normale, il est permis de croire à une bonne saison.
« On a eu un automne correct, un hiver avec un bon couvert de neige. Si on a de la chaleur et de l'ensoleillement, on peut espérer un bon printemps et un bon été », avance M. Gallant.

« Ça va prendre des journées à 20 degrés et des nuits sans gel pour pouvoir faire avancer la fonte des neiges et le réchauffement de la terre pour amorcer les travaux », souligne M. Gallant.

L'an dernier, la Financière agricole a dû verser des indemnités de 417 000 $ à 63 entreprises agricoles pour combler des pertes. Les conditions climatiques de la saison 2013 avaient été peu favorables aux cultures.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.