Lelièvre croit que Québec doit investir dans le rail gaspésien

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le candidat péquiste dans Gaspé Gaétan Lelièvre dit que Québec doit investir dans le maintien du réseau ferroviaire.

Le candidat péquiste dans Gaspé Gaétan Lelièvre dit que Québec doit investir dans le maintien du réseau ferroviaire. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Le candidat péquiste dans Gaspé a fait son lit et affirme que Québec doit investir dans le rail en Gaspésie.

Sa position exprimée en point de presse hier est beaucoup plus claire que celle exprimée en début de campagne alors qu'il indiquait « avoir de l'espoir et que ça prenait une volonté gouvernementale ».

Gaétan Lelièvre a parcouru les études commandées par la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) sur les coûts de mise à niveau du réseau du chemin de fer gaspésien, mais surtout celle de la mise en marché du rail.
« À partir de la lecture que j'ai faite, oui, je crois qu'on doit investir dans le maintien du réseau ferroviaire », a lancé M. Lelièvre dans un dernier point de presse sur son programme électoral, jeudi, à Gaspé.

« Il y a des chiffres qui démontrent qu'il y a un marché. À partir des perspectives de revenus qui sont inscrits et de l'importance (…) que le chemin de fer peut avoir pour le maintien et le développement de futures entreprises, je considère qu'il y a une belle perspective d'investissements », justifie M. Lelièvre. 

100 millions $ nécessaires

Selon ces études qui n'ont pas encore été dévoilées publiquement par la SCFG, il manquerait quelque 100 millions de dollars pour remettre le rail en état pour les 25 prochaines années. Québec a déjà allongé 30 millions jusqu'à maintenant.

Gaétan Lelièvre va plus loin que son collègue Sylvain Roy dans Bonaventure, qui disait cette semaine favoriser le transfert d'une partie du budget routier vers le rail.

« On met entre 100 et 150 millions [par année] sur le réseau routier en Gaspésie. Est-ce que prendre 5 millions sur l'entretien du réseau routier pendant 20 ans, est-ce que ça a des conséquences négatives sur l'entretien du réseau? Je pense que c'est quelque chose de réaliste. Ça fait partie des scénarios possibles, mais il ne faudra jamais négliger le réseau routier », indique M. Lelièvre.

Il s'engage à ce que son gouvernement statue dès 2014 sur la réalisation de ce dossier qu'il qualifie « d'important » pour la région.

Secteur de l'Estran

Il a également livré un autre élément de son programme électoral, notamment sur le réseau routier.

Gaétan Lelièvre s'engage, s'il est réélu, à le préserver et à l'améliorer.
La route 132 dans le secteur de l'Estran est visée : « C'est un secteur qui a été négligé par le passé. C'est une priorité en terme de reconstruction et non pas d'entretien de cette route entre Cloridorme et Grande-Vallée », explique M. Lelièvre.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.