Santé, services sociaux et communautaire

La journée mondiale de la Croix-Rouge soulignée en Gaspésie

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
La Croix-Rouge offre une aide de 72 heures aux sinistrés lorsqu'ils doivent quitter leur résidence pour différentes raisons.

La Croix-Rouge offre une aide de 72 heures aux sinistrés lorsqu'ils doivent quitter leur résidence pour différentes raisons. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Plusieurs municipalités gaspésiennes hisseront le drapeau de la Croix-Rouge à l'occasion de la journée mondiale de l'organisme, qui se tient jeudi à travers la planète.

« Ça se fait depuis plusieurs années dans différentes régions de la province et au niveau international. À Gaspé, ce sera une première. Par contre, dans notre MRC, ça se fait déjà à Grande-Vallée », indique la responsable de la Croix-Rouge dans la MRC de la Côte-de-Gaspé, Danielle Athot.

Plusieurs autres municipalités gaspésiennes souligneront également cette journée : Chandler, Bonaventure et toutes celles de la Haute-Gaspésie hisseront sur leur mât le drapeau rouge et blanc.

Au Québec, l'organisme est particulièrement visible dans l'aide aux sinistrés.
« On vient en aide aux gens sinistrés pour une période de 72 heures, le temps qu'ils puissent se relever, contacter leurs assurances s'ils en ont ou le temps de se trouver un logement, selon le sinistre », précise Mme Athot.

Ils peuvent être logés dans des hôtels ou chez des amis et des allocations sont versées pour se nourrir et se vêtir, au besoin.

En 2013, la Croix-Rouge était intervenue à 43 reprises en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Elle a offert de l'aide à 72 personnes, dont 21 enfants. De ce nombre, la Côte-de-Gaspé a connu 21 interventions, neuf dans Rocher-Percé, quatre dans la MRC d'Avignon et autant dans Bonaventure. Trois événements ont été soutenus par les bénévoles de la Croix-Rouge en Haute-Gaspésie.

Lors d'événements de grande envergure, la Croix-Rouge fait appel au réseau provincial. « Lorsqu'il y a un sinistre majeur, il y a une mise en place pour faire une levée de fonds spéciale », précise Mme Athot.

Les inondations de 2007 à Rivière-au-Renard, avaient été un exemple majeur. Une vaste mobilisation avait permis d'amasser 1,6 M$ à l'échelle de la province pour soutenir les 293 familles victimes de Dame nature.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.