Politique

Jean Charest vend le Plan Nord à Gaspé

Par La rédaction, graffici.ca
Le premier ministre du Québec, Jean Charest, à Gaspé vendredi pour vendre le Plan Nord.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, à Gaspé vendredi pour vendre le Plan Nord.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a prononcé une allocution, vendredi matin, pour vendre le Plan Nord devant plus d’une centaine de personnes issues des milieux politiques et économiques de la région, à l’Hôtel des Commandants à Gaspé.

Le chef du gouvernement libéral a présenté les grandes lignes du Plan Nord, un projet «qui marquera l’histoire du Québec», a-t-il mentionné d’entrée de jeu.

M. Charest a invité les Gaspésiens à prendre connaissance des possibilités qu’offrent le Plan Nord pour une région comme la Gaspésie.

À son avis, le développement du Nord québécois représente une occasion d’affaires intéressante pour plusieurs entreprises de la région qui doivent y voir des possibilités de contrats.

M. Charest a souligné que la demande mondiale pour les ressources naturelles connaît une augmentation fulgurante et que le Québec doit saisir la balle au bond. Il estime que le gouvernement doit encourager un développement durable.

Manifestation

Plus de 200 manifestants, dont des écologistes, des représentants de groupes communautaires et des étudiants, ont manifesté devant l’Hôtel des Commandants pour faire valoir leur mécontentement envers les politiques du gouvernement libéral.

Le bruit des contestataires était audible à l’intérieur de la salle dans laquelle M. Charest a prononcé son discours. De nombreux agents de la Sûreté du Québec étaient sur place pour surveiller l’évolution de la manifestation.  

Cet article a été mis à jour le vendredi 30 mars à 15h30.


5 commentaires

Gaston Langlais a écrit le 1 avril 2012

Bonjour, À entendre tout ce qui se dit et à lire tout ce qui s'écrit, il y aura une indigestion véritable de développement économique au pays des outardes et des oies blanches. Trop de travail, trop de revenus élevés et très élevés, enfin le ciel plein d'avions qui voleront sans cesse du nord au sud et du sud vers le nord. Revenons au moins quelques instants sur terre. Le grand rêve du nord pourrait bien se révéler n'être qu'un grand rêve. Ne comptez pas sur ces supposés gains de loterie à venir pour prendre des engagements financiers dans l'immédiat. Ça s'est déjà produit ailleurs de telles promesses démesurées et la déception fut à la hauteur du rêve entretenu. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 31 mars 2012

Je me demande combien de fois le Premier Ministre et le Ministre des finances ou leurs enfants s'en sont allé travailler dans le Grand Vide? La lune terriblement claire, le paysage glacé, le hurlement des loups qui vous plantent dans le froid. Le silence des souvenirs familiaux "d'en bas" se fraie un chemin dans vos pensées absentes. À demi mort, le minier vie dans un monde désolé, sans vie, rendu fou par cette saleté appelé OR, FER, CUIVRE. Telles les couleurs qui se déploient au-dessus de sa tête à la manière des ailes du grand rapace qui flotte dans le vent. Ce sont les lumières du nord qui illuminent son esprit qui comprend maintenant ce qu'est la faim, la souffrance, l'absence des siens, l'ennuie. Ne pouvons-nous pas faire autrement, Monsieur le Premier Ministre? Quel dessein êtes-vous en train de tracer à l'improviste, hâtivement? Ce développement qui fait plier le dos mérite un meilleur plan, un plan beaucoup plus payant, des redevances beaucoup plus équitables ( au moins 51% des profits restent ici ). Il reste quoi pour les minières aux actionnaires étrangers? Si une telle aventure pouvait procurer à une quelconque corporation d'ici ou d'ailleurs un retour sur investissement de 49% moins, disons 25% pour couvrir les risques et les dépenses, ce qui lui laisserait 24% de rendement net, la SGF, la Caisse de dépôt, la nouvelle SOQUIP, tous seraient preneurs. Il faut cesser de brandir le miroir aux alouettes en promettant aux régions et à ses travailleurs des opportunités attrayantes.

Raynald Blais a écrit le 30 mars 2012

Il est où le plan Gaspésie dans toute cette mise en scène du gouvernement libéral de Jean Charest. Nous avons aussi un territoire qui renferme des richesses et qui est assez grand pour accueillir bien des gens avec des projets de développement durable. Jean Charest est venu nous dire que notre avenir passe par un exode de nos travailleurs vers le Nord ! Un plan de cette nature n'est pas suffisant pour une région comme la nôtre car les retomblées financières ne seront pas assez importantes pour l'ensemble de la Gaspésie. Il faudrait miser sur un plan Gaspésie, aussi.

Mathieu.H a écrit le 30 mars 2012

J'aurais aimé avoir une séquence vidéo qui soit plus représentative du discours de M. Charest.

André Ouellet a écrit le 30 mars 2012

une patrouille = 2 agents, ils étaient une vingtaine et + et oin ne parle pas des policiers en civil

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.