Développement économique et exportation

Jardins-Nature renaît de ses cendres

Par Julien Sorsi, graffici.ca
La production annuelle de l'entreprise est estimée à 650 tonnes de tomates par année. Présentement, ce sont 18 à 20 employés qui travaillent aux serres Jardins-Nature.

La production annuelle de l'entreprise est estimée à 650 tonnes de tomates par année. Présentement, ce sont 18 à 20 employés qui travaillent aux serres Jardins-Nature. Photo : Julien Sorsi

NEW RICHMOND — Après avoir subi d'importants dommages suite à un incendie au mois de septembre, les serres Jardins-Nature recommenceront à vendre leurs tomates biologiques dans la région à la mi-mars. Vers la fin du mois de mars, ils pourront distribuer leurs produits sur les marchés nationaux. 

C'est à travers la reconstruction des infrastructures que les travailleurs des serres Jardins-Nature ont pu se remettre à travailler. La bâtisse qui avait été la proie des flammes est maintenant pratiquement complètement reconstruite.

 

« Nous avons 10 jours de retard pour l'année 2014. Les semis de tomate ont été plantés le 19 novembre. Nous commençons déjà à avoir de belles grappes de tomates. S'il fait beau comme prévu cette semaine, je suis confiant que nous pourrons avoir une bonne croissance », explique François Bouchard, directeur général et copropriétaire des serres Jardins-Nature.

 

M. Bouchard signale que lui et ses partenaires ont été chanceux dans leur malchance, puisque l'entreprise avait une bonne couverture d'assurance. De nouvelles serres similaires aux anciennes ont été reconstruites, la salle d'irrigation a été mise à jour et la salle de conditionnement d'emballage est dorénavant mieux adaptée aux normes de salubrité.

 

Impatients de retrouver leurs activités normales

 

Pour le moment, les bureaux se situent dans une roulotte de chantier, mais l'essentiel pour l'ensemble des travailleurs, c'est que les opérations des serres aient redémarré. Une dizaine d'employés ont été mis à pied. Normalement, les serres Jardins-Nature sont hors du marché trois mois durant l'année. Cette fois-ci, leurs clients ont dû attendre six mois. 

 

Toutefois, la période d'arrêt a permis la préparation du sol. Contrairement à l'habitude, plusieurs mois ont suivi le retrait des plants de tomates. Cela a permis d'enrichir le sol avec de l'engrais. La principale difficulté rencontrée lors de cette transition a été de coordonner l'automatisation du système de chauffage avec l'ouverture des toits et les différents types de systèmes d'informatiques qui gèrent les serres.

 

« Je suis passé il y a un mois, les plants n'étaient même pas encore transplantés. Cela a poussé! » raconte Christian Côté, le président du conseil d'administration et l'un des copropriétaires. Ce sont 90 à 95 % des travaux qui sont exécutés. Il restera le terrassement extérieur à faire. M. Bouchard est confiant qu'il pourra parvenir à s'entendre avec ses principaux clients : « c'est quand on va arriver sur le marché que l'on va savoir, mais tout le monde semble déjà répondre à l'appel. » 

1 commentaire

Jean-Marc Landry a écrit le 17 février 2014

Beau travail ! J'ai bien hâte de retrouver La Rebelle à mon supermarché !

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.