Affaires policières et juridiques

Incendies à Sainte-Anne-des-Monts: l’œuvre d’un pyromane?

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
L’incendie du Motel Manoir-sur-mer a causé pour environ 200 000 $ de dommages.

L’incendie du Motel Manoir-sur-mer a causé pour environ 200 000 $ de dommages. Photo : Johanne Fournier

Après quatre incendies d’origine suspecte en deux semaines à Sainte-Anne-des-Monts, dont trois la même nuit, la thèse qu’il s’agirait de l’œuvre d’un pyromane devient de plus en plus plausible.

Deux incendies sont survenus au même endroit à l’édifice de la MRC de la Haute-Gaspésie, situé sur le boulevard Sainte-Anne. Le premier, qui a causé des dommages de l’ordre d’environ 60 000 $, s’est déclaré vers 3h dans la nuit du 19 au 20 mars. Le deuxième a pris naissance au même endroit, soit dans la façade sud du bâtiment, vers 2h dans la nuit de lundi à mardi.

«L’opération de nettoyage du premier incendie n’était même pas terminée», rapporte le directeur du service de prévention des incendies de la Ville de Sainte-Anne-des-Monts, Carol Dugas. Cette fois-ci, les dommages sont minimes. L’intervention des sapeurs n’a pas été requise.

Deux autres incendies la même nuit

Presque au même moment que l’incendie de l’édifice de la MRC, le feu faisait rage au Motel Manoir-sur-mer, situé à moins de 500 mètres de là, sur la 1re Avenue Ouest. Quelque vingt pompiers des casernes de Sainte-Anne-des-Monts et Cap-Chat ont été appelés pour combattre le brasier.

Une unité du motel a complètement été détruite, tandis qu’une autre a subi de lourds dommages. Celle-ci venait tout juste d’être rénovée, n’ayant même pas été louée une seule fois depuis sa réfection. Le feu s’est également propagé à la buanderie de l’établissement. Les flammes ont détérioré une partie de la structure. Les dégâts sont évalués, dans l’ensemble, à près de 200 000 $.

Pendant que le feu embrasait une partie du Motel, un début d’incendie s’est déclaré à l’entreprise Armoires des Monts, située à environ 200 pieds de l’édifice de la MRC. «On se demande si le même individu n’était pas en train de mettre le feu à cet endroit pendant qu’on combattait celui du Manoir», se questionne M. Dugas. Le feu a été allumé dans des palettes de bois placés à l’arrière de l’édifice. Celui-ci n’a causé aucun dommage puisque l’incendie s’est éteint par lui-même.

Une enquête est ouverte

La Sûreté du Québec, qui a ouvert une enquête, recherche activement un ou des individus qui seraient à l’origine de ces méfaits. Dans tous les cas, le même modus operandi est utilisé. Le présumé pyromane frappe dans un rayon d’environ un demi-kilomètre, dans le secteur de l’Anse de Sainte-Anne-des-Monts. Il s’attaque uniquement à des commerces ou édifices publics, par derrière les bâtiments, évitant ainsi d’être aperçu par des passants.

«Dans le cas de l’édifice de la MRC, il a profité de l’absence du voisin le plus proche, fait remarquer Carol Dugas. Il savait qu’il était parti en vacances. C’est quelqu’un qui connaît les habitudes des gens du secteur.»

«Des citoyens de ce secteur ne dorment pas, poursuit le chef-pompier. Ils sont inquiets et surveillent constamment les environs par leur fenêtre. D’autres règlent leur cadran afin de se réveiller pour faire des rondes de nuit.» Il admet aussi que ses hommes sont nerveux et sur le qui-vive. «D’une nuit à l’autre, on ne sait jamais si on va être appelés, indique-t-il. On commence à être fatigués. Combattre un incendie, c’est très épuisant physiquement!»

Incendie majeur aux Capucins


La vingtaine de pompiers de Sainte-Anne-des-Monts et de Cap-Chat n’ont pas eu la chance de se reposer bien longtemps avant d’intervenir hier, vers 16 h, sur l’incendie d’une résidence unifamiliale. Celui-ci, qui n’a aucun lien avec les autres survenus à Sainte-Anne-des-Monts, a eu lieu à Cap-Chat, dans le secteur des Capucins. «À notre arrivée, c’était l’embrasement généralisé», relate le directeur du service de prévention des incendies.

Le sinistre a été causé par un chaudron d’huile oublié sur la cuisinière, pendant que le propriétaire des lieux s’était endormi. Personne n’a été blessé. La résidence, qui était évaluée à 25 000 $, est une perte totale. L’événement a jeté une personne à la rue.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.