Éducation

Hygiène et salubrité: une formation en demande en Gaspésie

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
La première cohorte d’étudiants programme d’attestation d’études professionnelles en Hygiène et salubrité.

La première cohorte d’étudiants programme d’attestation d’études professionnelles en Hygiène et salubrité. Photo : Gracieuseté

Sept des onze finissants de la première cohorte du programme d’attestation d’études professionnelles en Hygiène et salubrité viennent d’être embauchés par le CSSS de la Baie-des-Chaleurs.

En avril dernier avait lieu la remise des diplômes à la toute première cohorte de finissants de l’attestation d’études professionnelles (AEP) en Hygiène et salubrité en milieux de soins.

Celle-ci a été dispensée par le service aux entreprises de la Commission scolaire René-Lévesque, aussi connu sous l'appellation Réseau FAC. Un programme qui a aussi reçu l'étroite collaboration d'Emploi-Québec. Au total, onze personnes ont suivi ce cours offert en soirée sur une période de six mois, soit un total de 630 heures.  Un parcours parfois difficile pour les étudiants où la persévérance et les efforts sont aujourd’hui récompensés.

Avec un taux de placement significatif, les responsables du programme estiment que cette formation répond à un besoin spécifique dans la région. De fait, ce cours s’adresse aux adultes qui veulent accéder rapidement au marché du travail ou qui veulent améliorer leurs compétences dans ce domaine. La formation vise l’apprentissage du métier de préposé en entretien spécifique au monde de la santé: unité de soins spécialisés, aires publiques intérieures et extérieures, pharmacie, bloc opératoire, laboratoire, salle d’examens, clinique, etc.

Sur le terrain

«Les gens qu'on a embauchés travaillent au service technique, à la buanderie et au service alimentaire», note Pierre Parisé, responsable du Département d'hygiène et salubrité au CSSS de la Baie-des-Chaleurs, situé à Maria.

D'après lui, cette formation répond à un besoin criant. «L'idée [d'une telle formation] vient du ministère de la Santé qui a établi des nouvelles normes [de salubrité] à l'intérieur de nos murs».

Josée Francoeur, la conseillère à la formation du Réseau FAC, abonde dans ce sens en précisant que cette formation n'est pas étrangère à l'émergence dans le réseau québécois de la santé d'épidémies comme le SARM ou la bactérie C. Difficile. «Le ministère a mis sur pied un plan d'action qui invite les établissements à avoir du personnel qui soit formé pour intervenir dans les unités de façon adéquate.»

La deuxième cohorte devrait être lancée à l'automne 2012 en partenariat avec le CSSS du Rocher-Percé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.