Haute-Gaspésie : vers une solution en matière d’affichage

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
La côte du cimetière de Sainte-Anne-des-Monts est un bon exemple d’affichage intensif en bordure de la route 132.

La côte du cimetière de Sainte-Anne-des-Monts est un bon exemple d’affichage intensif en bordure de la route 132. Photo : Johanne Fournier

La Ville de Sainte-Anne-des-Monts et la Chambre de commerce de La Haute-Gaspésie ont récemment formé un comité et tenu une consultation publique visant à se pencher sur le problème de l’affichage routier.

Le comité Affichage, qui a été mis sur pied, est formé de gens d’affaires, d’élus et de représentants du ministère des Transports du Québec (MTQ). La consultation a réuni des commerçants qui possèdent de ces panneaux publicitaires.

La rencontre était dirigée par la Fondation Rues principales et animée par le chargé de projet de l’organisme, Jean-Yves Bernard. Cette consultation avait pour objectif de connaître les attentes des participants et d’évaluer les problématiques existantes relativement à cette question, tout en cherchant à trouver des solutions.

«Plusieurs entrepreneurs qui ont participé à la consultation tiennent à leurs pancartes, raconte le directeur général de la Chambre de commerce, Danny Pelletier. Ils disent que leur clientèle va baisser s’ils enlèvent leurs panneaux. C’est dans la culture des gens d’ici.»

Selon lui, la Haute-Gaspésie et, plus particulièrement Sainte-Anne-des-Monts, bat un record quant au nombre de panneaux publicitaires qui jonchent son territoire. «Le MTQ confirme qu’il y a 56 pancartes jugées illégales dans la MRC, indique Danny Pelletier. Pour la Gaspésie, c’est un record. Mais ce n’est pas un record plaisant à avoir!»

Budget et plan d’action

Aux prises depuis de nombreuses années avec ce problème de foisonnement de panneaux disparates qui sont disposés ici et là sur son territoire, plus particulièrement au pied de la côte du cimetière, la Ville de Sainte-Anne-des-Monts a voté un budget de 4 000 $ qui sera affecté à trouver des pistes de solutions pour contrer ce phénomène.  

À la suite de  la consultation publique, la Fondation Rues principales a reçu comme mandat de travailler sur ce dossier. Cet hiver, l’organisme devrait rencontrer les membres du comité Affichage et leur déposer un plan d’action.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.