Société

Haute-Gaspésie: le seul centre de pédiatrie sociale dans l’Est

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Le CPS de la Haute-Gaspésie compte sur l'expertise de la travailleuse sociale Myriam Johnson, de l'avocat Guillaume Loiselle-Boudreau, qui assume la coordination et du médecin Guillaume Hardy.

Le CPS de la Haute-Gaspésie compte sur l'expertise de la travailleuse sociale Myriam Johnson, de l'avocat Guillaume Loiselle-Boudreau, qui assume la coordination et du médecin Guillaume Hardy. Photo : Johanne Fournier

CAP-CHAT – Beaucoup de gens ont entendu parler du Dr Gilles Julien, le père de la pédiatrie sociale au Québec. Mais, plusieurs ignorent encore que la Haute-Gaspésie dispose depuis 2011 d’un Centre de pédiatrie sociale (CPS) en communauté. Son siège social est situé à Cap-Chat et des points de services se trouvent à Sainte-Anne-des-Monts et Gros-Morne.

 

« Une chance qu’on les a! »

Karine Vallée, mère de la petite Mérydith, a recours aux services du CPS de la Haute-Gaspésie. « C’est un soutien aux parents, exprime cette citoyenne de Cap-Chat. Ils font progresser et évoluer les enfants, comme s’il a des problèmes d’estime de soi ou du côté social. Ils les aident à cheminer là-dedans. Ça m’apporte beaucoup. Une chance qu’on les a! Si notre enfant a un problème, c’est pris en charge tout de suite. Des fois, on ne voit pas le problème. Eux, ils le voient! Aussi, ça nous permet d'avoir un médecin de famille très accessible. »

Les trois piliers de la pédiatrie sociale

Le CPS de la Haute-Gaspésie est un organisme à but non lucratif dont la mission permet à chaque enfant issu d’un milieu vulnérable d’avoir accès à des soins et à des services visant son développement et l'amélioration de son bien-être. Ce modèle permet un diagnostic plus complet grâce à une évaluation tant physique, émotionnelle, mentale que sociétale. Axé sur les forces du jeune, de sa famille et de sa communauté, ce modèle unit la médecine, le droit et le travail social.

Une approche unique

L’approche utilisée en pédiatrie sociale se distingue surtout par son caractère multidisciplinaire. « On fait une rencontre avec la famille de façon vraiment conviviale, décrit la travailleuse sociale Myriam Johnson. On s’assoit autour de la table et on regarde quels sont les besoins de l'enfant. »

Par la suite, la travailleuse sociale peut établir des liaisons avec différents partenaires qui interviennent dans le développement de l’enfant. « On les invite à nos cliniques pour faire un cercle autour de l'enfant avec les adultes qui lui sont significatifs, ajoute-t-elle. C’est quelque chose que la Fondation du Dr Julien priorise. C’est pour que tout le monde ait le même plan d’action. »

Pour qui?

Le CPS de la Haute-Gaspésie s’adresse aux enfants de 0 à 17 ans et leur famille vivant sur le territoire s’étendant des Capucins à Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine. « La clientèle qu'on vise, ce sont les familles les plus vulnérables de la région sur le plan socio-économique, explique la travailleuse sociale du Centre. Ça inclut les parents qui ne sont pas beaucoup éduqués. »

120 enfants suivis

La Haute-Gaspésie est l’une des MRC les plus pauvres du Québec. « C’est donc un endroit où c’est excessivement pertinent d’avoir un centre de pédiatrie sociale », souligne le Dr Hardy. « En 2016, on était au dernier rang de l’indice de défavorisation au Québec, soit au 104e rang, ajoute Me Loiselle-Boudreau. À Cap-Chat, c’est un enfant sur trois, à Sainte-Anne-des-Monts, c’est un sur quatre et jusqu’à Gaspé, on tombe à un sur deux qui est issu d'une famille défavorisée. » Le CPS de la Haute-Gaspésie suit 120 enfants et leur famille. Mais selon les statistiques, quelque 300 enfants auraient besoin des services du Centre.

-30-

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.