La Haute-Gaspésie poursuit ses efforts pour recruter des médecins

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
À défaut de ne pouvoir être admis au sein du comité de recrutement de l’hôpital de Sainte-Anne-des-Monts, le député de Matane, Pascal Bérubé, participera, pour une troisième année, à la prochaine Journée Carrière Québec qui se tiendra à Montréal.

À défaut de ne pouvoir être admis au sein du comité de recrutement de l’hôpital de Sainte-Anne-des-Monts, le député de Matane, Pascal Bérubé, participera, pour une troisième année, à la prochaine Journée Carrière Québec qui se tiendra à Montréal. Photo : Johanne Fournier

Toujours aux prises avec un manque criant de médecins, le comité de recrutement du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Haute-Gaspésie redoublera d’efforts afin de courtiser des médecins lors de la Journée Carrière Québec.

Pour une troisième fois, le député de Matane, Pascal Bérubé, participera aussi à ce sommet de l’emploi médical organisé par la Fédération des médecins résidents du Québec. L’événement se tiendra le mardi 25 octobre au Palais des congrès de Montréal. «À part un autre député qui s’est présenté à l’événement l’an dernier, je suis un des seuls élus à participer activement au recrutement de médecins», souligne Pascal Bérubé.

Le député sera accompagné de deux autres représentants de l’hôpital de Sainte-Anne-des-Monts, dont la nouvelle agente de recrutement, Érika Gagné, qui a succédé à sa mère, Myriam Cimon, devenue adjointe à la direction des services professionnels et hospitaliers.

La présidente du conseil d’administration de l’établissement, Diane Lever, qui démontrait une forte résistance à ce que le parlementaire fasse partie du comité de recrutement de l’hôpital, se montre très favorable à ce que celui-ci participe à la Journée Carrière.

Effectif réduit de plus de 50%

Le CSSS de la Haute-Gaspésie ne compte plus que 10 médecins, sur les 22 qu’il lui faudrait. C’est d’ailleurs cette pénurie de praticiens, notamment l’absence d’obstétriciens, qui est à l’origine de la fermeture du service d’obstétrique.

Même si le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, avait affirmé, lors de sa visite du 22 mars, que le CSSS de la Haute-Gaspésie était l’un des établissements où le recrutement de médecins était le plus difficile, Mme Lever ne perd pas espoir. «On attend deux médecins qui sont en attente de leur permis de pratique du Collège des médecins», indique-t-elle.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.