Développement économique et exportation

Haldimand : Québénergie demeure partenaire de Pétrolia

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Pétrolia conserve la foreuse sur le site d’Haldimand n° 4, à Gaspé, mais a abaissé la tour pour des raisons de sécurité.

Pétrolia conserve la foreuse sur le site d’Haldimand n° 4, à Gaspé, mais a abaissé la tour pour des raisons de sécurité. Photo : Geneviève Gélinas

Le partenaire français de Pétrolia, Québénergie, n’a «pas dans ses cartons» d’abandonner le projet Haldimand. Le président de l’entreprise, Ali Chaisson, a fait cette déclaration à la suite de discrètes visites à Gaspé et Québec la semaine dernière.

Cette démarche visait à «faire un tour pour parler aux gens, savoir ce qu’ils disent», explique M. Chaisson. Il était accompagné d’un représentant de sa société mère, la française SCDM Énergie.

Est-ce que la suspension du forage Haldimand n° 4 change quelque chose au partenariat avec Pétrolia? «Non», répond M. Chaisson, avare d’autres commentaires. «C’est Pétrolia l’opérateur du projet. Il n’est pas approprié pour nous, comme partenaire, d’émettre des opinions», dit-il.

Québénergie a rencontré le ministre responsable de la Gaspésie, Gaétan Lelièvre, et le maire de Gaspé, François Roussy, ainsi que le comité Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé. «Ils voulaient nous écouter, savoir ce qui se passe à Gaspé, rapporte la présidente du comité, Lise Chartrand. On a fait valoir notre argumentaire, nos craintes pour l’air et pour l’eau, et par rapport aux questions du transport [du pétrole] et du brûlage [du gaz], qui ne sont pas réglées.»

Sans Pétrolia

Pétrolia n’était pas présente à ces rencontres. Pétrolia ne fait aucun commentaire sur ces visites qui relèvent «de l’interne», mais ses dirigeants étaient au courant de leur tenue, précise une porte-parole.

L’attachée de presse du ministre Lelièvre confirme la visite, mais son contenu est «privé», ajoute-t-elle.

Registre des lobbyistes

Ali Chaisson est inscrit au registre des lobbyistes avec comme mandat «d’obtenir les autorisations administratives et réglementaires en vue d'un bail d'exploitation d'hydrocarbures dans la région de Gaspé [Champ Haldimand]».

Son accompagnateur, Christophe Bachy, directeur du développement des affaires, pétrole et gaz pour SCDM Énergie, n’est pas inscrit au registre. Il aurait dû l’être, selon la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme, si la rencontre visait à «influencer la prise de décision ou pouvant être considérée […] comme étant susceptible de l’influencer.»

Des engagements de 8,5 millions de dollars

La française et Pétrolia sont devenues partenaires en 2010. La filiale canadienne de SCDM devait verser 6,5 millions de dollars à Pétrolia en compensation des travaux déjà réalisés, et s’engageait à réaliser pour 8,5 millions de dollars en travaux d’exploration. Le forage d’Haldimand n° 4 fait partie de ces travaux. En échange, Québénergie a obtenu 50 % des intérêts de Pétrolia sur la découverte d’Haldimand et sur 13 autres permis sur la pointe de la Gaspésie. 

1 commentaire

Bilbo Cyr a écrit le 18 mars 2013

Pour ceux qui veulent savoir à qui ils ont affaire avant de se faire forer, le site meteopolitique.com propose un portrait de famille des plus instructifs... Celui qui sait lire entre les lignes y comprendra que Bouygues=GDF=Albert Frère+Desmarais. Si vous poussez plus loin votre lecture, vous comprendrez même pourquoi l'utilisation de prête-nom est nécessaire à ceux qui étaient au C.A d'Hydro-Québec quand la Soqip à été démantelée... http://meteopolitique.com/Plan/Fiches/environnement/compagnies_gaz_petrole/administrateur/administrateurs_gaz_schiste_petrole.htm

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.